Revenir à la rubrique : Faits divers

?? Les migrants sri-lankais font leur demande d’asile

Les 62 migrants sri-lankais arrivés il y a exactement une semaine touchent au but. Après six jours d’imbroglio judiciaire, ils peuvent finalement faire leur demande d’asile auprès de l’Etat français. Un bus a été affrété ce matin par les associations pour que certains se rendent dès aujourd’hui au bureau de l’OFPRA. Ce service d’Etat est […]

Ecrit par Régis Labrousse - Ludovic Grondin – le vendredi 21 décembre 2018 à 08H20

Les 62 migrants sri-lankais arrivés il y a exactement une semaine touchent au but. Après six jours d’imbroglio judiciaire, ils peuvent finalement faire leur demande d’asile auprès de l’Etat français.

Un bus a été affrété ce matin par les associations pour que certains se rendent dès aujourd’hui au bureau de l’OFPRA. Ce service d’Etat est à même de statuer sur les demandes d’asile et d’apatridie qui lui sont soumises. Depuis 2010, l’OFPRA est placé sous la tutelle du ministère de l’Intérieur.

Le groupe, assisté de quatre avocats et d’associations telles la Cimade et la Ligue des droits de l’homme, n’a donc pas tardé. Ils sont dès ce matin devant les locaux de l’OFPRA à Saint-Denis pour y déposer leur demande d’asile. 

Il faut dire que la fenêtre de tir est assez contrainte. Après un jour férié hier pour cause de célébration de l’abolition de l’esclavage à La Réunion, un week end prolongé qui s’annonce avec, de nouveau un jour férié mardi prochain, les possibilités de se rendre dans ce service étaient peu nombreuses. Seules 12 demandes seront déposées aujourd’hui.

Mercredi soir, grâce à la décision des juges de la liberté, ils ont pu obtenir la possibilité de demeurer libres de leurs mouvements sur le sol réunionnais pendant une période de huit jours maximum, le temps de déposer leur demande sur le bureau de l’OFPRA. Jusque-là, ils étaient assignés à résidence, dans deux hôtels de Saint-Denis pour les 46 hommes et dans les locaux de la Police aux frontières à Gillot pour les 7 femmes et 9 enfants réunis. 

Le vendredi 14 décembre 2018 vers 11h10, le navire de pêche sri-lankais Wasana 1 était signalé au centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) à 400 mètres au large de la côte de la commune de Saint-Philippe. 

 

?? Les migrants sri-lankais font leur demande d'asile

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Accusé du viol d’une mineure de 14 ans, l’accusé arguant s’être « laissé tenter » reste en détention

« Un viol barbare » a décrit le parquet général ce mardi matin dans le cadre d’un appel sur un placement en détention provisoire interjeté par un père de famille de cinq enfants accusé d’avoir abusé sexuellement d’une adolescente de 14 ans dont il était proche. L’intéressé s’en défend et invoque une relation consentie. Mais c’est méconnaître la loi de 2021 sur le consentement sexuel des mineurs de moins de 15 ans.

Des escrocs se font passer pour Big Morel

Pour fêter les 10.000 abonnés sur sa page Facebook officielle, le combattant réunionnais a lancé un concours afin de gagner une de ses paires de gants. Des esprits malveillants profitent de l’occasion pour tenter d’arnaquer des internautes qui pourraient se laisser piéger par la ressemblance.

Clip tourné à Fayard : Le rappeur Bofré invoque la drill plutôt qu’une incitation à la haine et finit en prison

Le 18 janvier dernier à Saint André, des habitants caillassaient des policiers intervenant sur des violences conjugales. Le lendemain, le rappeur Bofré publiait un clip vu comme un appel à la haine envers les autorités, entraînant son arrestation. Il a été condamné ce lundi à deux ans de prison, dont un avec sursis, et maintien en détention. Il est interdit de retour à Saint André après sa libération.

Domenjod : Un agent pénitentiaire frappé par un détenu

Un agent a été frappé par un détenu ce lundi matin au centre pénitentiaire de Domenjod. L’UFAP UNSA Justice tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme concernant les difficiles conditions de travail du personnel, liées au manque de personnel et à la surpopulation carcérale.