Revenir à la rubrique : Faits divers

Les demandeurs d’asile sri-lankais devant le juge des libertés

Ils sont 62, dont des femmes et des enfants, arrivés sur notre île vendredi, du Sri-Lanka. Tous ont demandé l'asile à la France, affirmant être victimes de persécutions dans leur pays.

Ecrit par N.P – le mercredi 19 décembre 2018 à 08H40

C’est un dispositif exceptionnel que le tribunal a dû mettre en place aujourd’hui, afin que les 62 Sri-Lankais rencontrent un des deux juges des libertés et de la détention réquisitionnés pour les entendre. Deux salles d’audience ont été mises à disposition – l’une pour les demandeurs d’asile parlant le Tamoule et l’autre pour ceux parlant le Cingalais – pour que le sort de chacun des demandeurs d’asile soit décidé. À l’issue des échanges, une plaidoirie commune sera réalisée par les avocats, sauf pour les cas particuliers.

Les Sri-Lankais sont arrivés ce matin tôt, à bord d’un bus, ils passeront un à un devant un juge, qui décidera ou non de prolonger leur placement en zone d’attente. Il est fort probable que le délai soit prolongé, il peut l’être à deux reprises, pour une durée de 8 jours.

En effet, l’Ofpra doit instruire les dossiers de demande d’asile, [difficilement établis par les avocats des Sri-Lankais]urlblank:https://www.zinfos974.com/%E2%96%B6%EF%B8%8F-Les-avocats-des-migrants-sont-scandalises-Leurs-droits-ont-ete-bafoues_a135240.html . Tant que l’Ofpra ne s’est pas prononcé sur la conformité des demandes, les demandeurs d’asile ne peuvent être mis en liberté, l’administration leur ayant opposé un refus d’entrer sur le territoire français, ils seraient alors en situation irrégulière.

Deux demandes déjà accordées

Deux demandes d’asile ont déjà été acceptées pour un homme et une femme avec enfants. La demande avait été effectuée avant l’audience prévue ce mercredi. 

 

Les demandeurs d'asile sri-lankais devant le juge des libertésLes demandeurs d'asile sri-lankais devant le juge des libertésLes demandeurs d'asile sri-lankais devant le juge des libertés

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Un incendie se déclare dans un immeuble SIDR à Saint-Denis

Ce mercredi peu avant 19 heures, un appartement situé au 1er étage de la résidence SIDR Camp Jacquot situé à l’angle de la rue Camp Jacquot et général de Gaulle à Saint-Denis a pris feu. Les sapeurs pompiers ont déployé la grande échelle pour accéder à l’appartement en proie aux flammes. Fort heureusement, il n’y a pas de blessés à déplorer. Par mesure de précaution, l’ensemble de l’immeuble a été évacué.

Viol d’une prostituée sur la voie publique : L’auteur présumé ne voulait pas payer

Gabriel*, mis en examen le 25 août 2022 pour un viol commis la veille sur une prostituée rencontrée via les réseaux sociaux, a donné des explications variables sur le non paiement de ses services. Il a été décrit par des experts comme ayant des difficultés relationnelles mais sans dangerosité criminelle. Malgré sa demande de libération, la chambre de l’instruction a maintenu sa détention, suivant l’avis du parquet général qui craint qu’il exerce des pressions sur la victime.

Trafic de stupéfiants en bande organisée : 45 kilos de zamal péi retrouvés au domicile d’un cultivateur

Jean-Cédric L., 45 ans, a été arrêté pour avoir cultivé 45 kg de cannabis chez lui, impliqué dans un trafic entre l’Île Maurice et La Réunion. Après un an en détention provisoire, il a été placé sous contrôle judiciaire, mais reste sous les verrous après un appel du parquet. Le réseau d’envergure bien huilé révèle des envois fréquents et volumineux vers Maurice.

Soupçons d’emplois illégaux : Didier Robert, Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou se défendent à la barre

La deuxième journée du procès des emplois de cabinet de la Région a conforté la défense dans sa contestation de la partialité de l’enquête menée par l’OCLCIFF : les témoins auditionnés ont en effet tous confirmé l’effectivité des missions effectuées par les ex-conseillers techniques Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou, tandis que le troisième prévenu appelé à la barre, l’ancien président Didier Robert, a martelé sa légitimité, en tant que chef de l’administration, à choisir lui-même les personnes embauchées dans son cabinet. Enfin, le DGS d’alors Mohamed Ahmed, convoqué comme témoin, a souligné qu’un arrêté relatif à l’organisation administrative de la Région avait rattaché certains services au cabinet, sans que cela ne soit contesté ni par le contrôle de la légalité, ni par le tribunal administratif.