Revenir à la rubrique : International

Les Anjouanais refusent les Comoriens des autres îles refoulés de Mayotte

Le problème des immigrés clandestins refait régulièrement la Une de l’actualité à Mayotte. Hier, comme le rapporte le JIR de ce matin, un record a semble t-il été battu: Près de 212 clandestins ont débarqué en une seule journée sur les plages de Mayotte, à bord de 7 kwassa-kwassa! Le flot semble intarissable, et ce […]

Ecrit par Pierrot Dupuy – le jeudi 23 octobre 2008 à 11H32

Le problème des immigrés clandestins refait régulièrement la Une de l’actualité à Mayotte.
Hier, comme le rapporte le JIR de ce matin, un record a semble t-il été battu: Près de 212 clandestins ont débarqué en une seule journée sur les plages de Mayotte, à bord de 7 kwassa-kwassa!
Le flot semble intarissable, et ce n’est pas l’annonce d’une prochaine départementalisation de Mayotte qui risque de le faire cesser!
D’où la question: « Que faire de ces clandestins? »
Aujourd’hui, les forces de l’ordre ne prennent même plus la peine de les arrêter pour les mettre en Centre de Rétention administrative… Conçu pour accueillir 60  personnes, le CRA situé en Petite Terre en contient régulièrement 150 à 200.
Alors, quand 212 clandestins débarquent d’un coup, en un seul jour, vous imaginez bien qu’il est impossible de les retenir. Les forces de l’ordre se contentent de noter leur état-civil, avant de les relâcher dans la nature.
Autrement dit, l’arrivée à Mayotte s’apparente aujourd’hui à une sinistre loterie: S’il y a quelques places de disponibles dans le CRA, on peut avoir la malchance de se faire arrêter et emprisonner en attendant une expulsion. Sinon, on a de grandes chances de pouvoir aller grossir les rangs des dizaines de milliers de clandestins vivant de façon plus ou moins tolérée dans ce futur département français.
On comprend pourquoi les arrivées de kwassa-kwassa ne sont pas près de s’arrêter…
Certaines statistiques officieuses estiment qu’une personne sur deux vivant aujourd’hui à Mayotte est un clandestin…

Devant cette situation, Yves Jego a annoncé lors de son dernier séjour à Mayotte le 16 mai dernier, la construction d’un nouveau CRA de 140 places. Des études de faisabilité sont d’ailleurs actuellement en cours. Mais que représentent 140 places face à l’arrivée continue de nouveaux clandestins? Et surtout, face au nombre de personnes déjà présentes clandestinement à Mayotte… Si demain, les autorités françaises se décidaient réellement à renvoyer vers Anjouan, Mohéli et la Grande Comore leurs ressortissants, outre les troubles que cela pourrait causer, resterait la question de savoir où les retenir avant de les expulser…

D’autant que les autorités anjouanaises qui acceptaient jusqu’à maintenant de jouer le jeu, viennent apparemment de changer d’avis, suite aux dernières élections.
Selon le site d’information en ligne [Malango]urlblank:http://www.malango-actualite.com/ , les autorités anjouanaises ont fait savoir qu’elles n’accepteront dorénavant plus sur leur ile les Grand-Comoriens et Mohéliens refoulés de Mayotte.
Ce sont trois ministres du gouvernement anjouanais, Bastoine Soulaïmana (Justice), Fadul Ahamed (Transports) et Mohamed Saïd (Intérieur) qui se sont rendus en personne mardi sur le quai du port de Mutsamudu pour assister à l’arrivée du Maria Galanta, chargé de Comoriens refoulés du territoire mahorais par les autorités françaises. Ils ont demandé à ce que les personnes originaires de la Grande-Comore et de Mohéli soient rapatriées dans leur île, et non à Anjouan. Après quelques minutes de négociations, ils ont finalement accepté d’héberger ces personnes en attendant qu’une solution soit trouvée, mais ont interdit au Maria Galanta de quitter le port.
« Il y a deux semaines, nous avons envoyé une note aux agences de voyages leur indiquant que désormais, elles doivent rapatrier les personnes expulsées de Mayotte au plus près de chez elles« , a indiqué hier le ministre des Transports d’Anjouan, Fadul Ahamed, dans des propos repris par [Malango]urlblank:http://www.malango-actualite.com/ . « Nous sommes allés sur le port pour vérifier que cette note était bien respectée, ce qui n’a pas été le cas. »
Cette note du gouvernement anjouanais date du 9 octobre dernier. Selon ce document envoyé aux trois agences de voyages (Comores Aviation, Tratringa 3 et Maria Galanta) qui acheminent les Comoriens refoulés par les autorités françaises de Mayotte vers Anjouan, il revient à l’agence de voyage de « rapatrier au plus près de chez eux » ces personnes. « Nous nous retrouvons à Anjouan avec des Grand-Comoriens et des Mohéliens qui n’ont rien à faire. Ils créent des troubles et n’ont aucun moyen de subsistance. Il nous semble légitime de demander à ce que l’Etat français prenne en charge leur retour chez eux« , indique le ministre.
Toujours selon cette note,  il n’est plus question que les personnes expulsées arrivent dépenaillées au port de Mutsamudu et à l’aéroport de Ouani. « On voit des jeunes en culotte, sans chemise, sans chaussures« , dénonce le ministre des Transports. « C’est inhumain. Nous demandons à ce que les autorités françaises respectent les droits de l’Homme et permettent à ce que ces personnes puissent récupérer leurs affaires personnelles avant d’être expulsées. Dans le cas contraire, c’est à l’agence de voyage de leur fournir le minimum« , poursuit-il. La note stipule également que les mineurs expulsés ne seront plus acceptés et devront retourner à Mayotte.
Si les agences ne respectent pas cette note à l’avenir, le ministre n’exclut pas de prendre prochainement « des mesures« , sans préciser lesquelles. « Nous attendons de voir s’ils acceptent de coopérer« , conclut M. Ahamed. « Si cela ne change pas, nous agirons en conséquence. Ce n’est que le début d’une série de mesures que nous comptons appliquer dans les prochains jours » a pour sa part déclaré le ministre de l’Intérieur.
[Malango]urlblank:http://www.malango-actualite.com/  révèle que, à Mayotte, les autorités cachent difficilement leur désarroi face à ces « complications« . « Nous en prenons acte. Ils sont souverains. Pour l’instant, il n’y a pas eu de refus, juste quelques complications« , indique-t-on à la préfecture. Du côté des agences de voyage, on reste dubitatif. « On va aller sur place pour discuter avec les autorités. On leur demandera ce qu’on doit faire« , expliquait mercredi un cadre de la compagnie Tratringa.
Déjà que, proportionnellement, un nombre très faible de clandestins était expulsé de Mayotte! Nul doute que ces nouvelles « complications » ne vont pas arranger les choses…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Ukraine : La centrale nucléaire de Zaporijjia de nouveau prise pour cible

La plus grande centrale nucléaire d’Europe désormais sous contrôle russe, inactive mais toujours dangereuse, reste un enjeu majeur sur le plan stratégique. Les tensions entre Moscou et Kiev ne cessent de s’intensifier, chacun accusant l’autre de viser la centrale. Ce dimanche, des drones ont de nouveau ciblé la centrale nucléaire de Zaporijjia, selon l’administration russe en place. Elle a rapporté sur Telegram que des tentatives d’attaque par les forces armées ukrainiennes se poursuivent, mentionnant un drone kamikaze abattu au-dessus de la centrale, sans causer de dommages.

Cour européenne des Droits de l’Homme : Rejet de la requête contre 32 États pour « inaction climatique »

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a rendu plusieurs décisions majeures ce 9 avril concernant trois affaires distinctes, portant sur la responsabilité des États en matière d’action contre le changement climatique. Ces recours, engagés par des individus âgés de 12 ans à plus de 80 ans, ont été l’occasion pour la CEDH de se prononcer pour la première fois sur ce sujet brûlant.

[Pierrot Dupuy] Contrairement à ce que vous croyez, La Réunion ne serait pas protégée par l’OTAN en cas de guerre

Depuis quelques semaines, l’actualité bruisse de rumeurs concernant le potentiel déclenchement d’une 3ème guerre mondiale. Il faut dire que les sujets d’inquiétude ne manquent pas : guerre en Ukraine aux portes de l’Europe, guerre à Gaza où les morts se compteraient selon le Hamas par dizaines de milliers, risque de conflit entre l’Iran et Israël, la Chine qui cache de moins en moins ses intentions belliqueuses vis-à-vis de Taïwan…
Dans cet océan de mauvaises nouvelles, nous nous croyons à l’abri sur notre petite île perdue au milieu de l’océan Indien.
En plus, que peut-il nous arriver, protégés que nous sommes par la France, laquelle est elle-même membre de l’OTAN ? Bien fou celui qui oserait s’en prendre à un membre de l’Alliance Nord, et donc aux États-Unis. C’est oublier un peu vite que dans Alliance Nord, il y a Nord…