Revenir à la rubrique : Santé

Le tiers payant généralisé à la Réunion: Pas une réussite pour la CSMF

Au lendemain d'une visite dans notre île, le président de la CSMF (Confédération des Syndicats Médicaux Français) fait part du "constat accablant" qu'il dresse à propos du tiers payant généralisé instauré dans notre Département à titre expérimental. Ce système largement utilisé sur l'île mais dispenser l'avance des frais ne serait pas sans problème. Les médecins dénonceraient, selon lui, des "dysfonctionnements" dans sa mise en place. Le laboratoire "Réunion" permet à Jean-Paul Ortiz d'affirmer que la loi santé pourrait avoir des effets néfastes à l'échelle nationale. Voici le communiqué de presse publié ce début de semaine:

Ecrit par zinfos974 – le mercredi 13 mai 2015 à 13H14

L’île de la Réunion : le laboratoire grandeur nature du tiers payant généralisé. Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF, dresse un constat alarmant.

Le tiers payant est historiquement très largement utilisé sur l’île. Il porte sur la partie obligatoire mais également sur la partie complémentaire.

Les actes non réglés représentent 10% des actes réalisés par les médecins de l’île qui pratiquent ce tiers payant pour la partie obligatoire et pour la partie complémentaire. La plupart des médecins font ainsi passer en pertes et profits 10% de leurs honoraires !

Le flux d’envoi électronique des feuilles de soins par les médecins est couteux et ne garantit pas le paiement. Le flux unique d’envoi mis en place face aux nombreuses complémentaires oblige les médecins à s’abonner à un concentrateur pour l’envoi de leurs feuilles de soins électroniques. Celui-ci coûte entre 10 et 45 € par mois aux médecins. Pourtant, cela ne garantit pas un paiement effectif des régimes obligatoire et complémentaire. On ne dénombre qu’une quarantaine d’assurances complémentaires à la Réunion contre cinq cent cinquante en métropole.

Les médecins dénoncent unanimement des dysfonctionnements majeurs liés à la déclaration du médecin traitant dans le cas de tiers payant. Hors parcours et en tiers payant, la pénalité est attribuée au médecin.

Pour éviter cette amputation de 10 euros, les médecins, dès lors qu’ils ne sont pas identifiés comme « médecin traitant » sont contraints de faire une nouvelle déclaration, y compris au sein du même groupe médical ! Cette situation fait apparaître clairement les premiers travers du système.

Le tiers payant a bien des effets inflationnistes : Les médecins utilisent très largement le tiers payant du fait de la sociologie de la population de l’île ; ils constatent une augmentation du nombre d’actes, favorisé par le nomadisme médical, pointant ainsi de façon explicite qu’il s’agit bien d’un mécanisme inflationniste.

Alors que la loi Santé a commencé son voyage vers le Sénat, la CSMF en appelle au bon sens des sénateurs. Les petits aménagements de la loi ne résoudront pas la situation. Il faut d’abord résoudre les difficultés du terrain pour étendre un procédé.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Fin de la vente d’alcool réfrigéré dans les grandes surfaces de La Réunion

La préfecture de La Réunion, l’ARS et les acteurs économiques ont signé une charte pour lutter contre les consommations à risque d’alcool. Parmi les nouvelles mesures qui seront mises en place, l’arrêt de la vente d’alcool réfrigéré dans les grandes surfaces réunionnaises, mais aussi des 4×3 et des couvertures de catalogues de vente une semaine avant les fêtes des mères et des pères.

Le cas importé de choléra à La Réunion infirmé

Alors qu’un cas de choléra avait été déclaré le 20 mars 2024 à La Réunion, des analyses plus poussées ont finalement permis d’écarter la maladie. L’ARS de La Réunion rappelle tout de même que tout signalement de cas suspect ou confirmé de choléra est à déclarer auprès de l’organisme.