Revenir à la rubrique : Météo

« Le saviez-vous ? » : les houles australes

Avec l'arrivée de l'hiver austral, La Réunion va progressivement connaître le retour des houles australes, comme c'est le cas ce week-end. Cependant, même si il s'agit d'un phénomène relativement familier, connaissez vous réellement ce qu'est une houle australe ?

Ecrit par Alexandre Dijoux – le vendredi 12 avril 2024 à 23H17
Houle australe d'août 2019 à La Pointe au Sel - Crédit image : Energies Tropicales/Loïc Abadie

C’est quoi une « houle australe » ?

Du strict point de vue du vocabulaire, la houle (pas forcément australe) se définit comme telle : « Une oscillation régulière de la surface de la mer, indépendante du vent local »  🤔

➡️ Pour parler de manière plus concrète, on dira que la houle est : un train (groupe) de vagues régulières formé (très) loin du lieu de l’observation. 

Exemple d’un train de houle aux vagues bien régulières

 

Dans le cas des houles australes qui intéressent notre île, la zone de formation se situe loin, très loin au sud-ouest dans la zone dite des « 40ème rugissants et 50ème hurlants« , généralement à plus de 3000 km de nos côtes.

Ces houles se forment dans cette zone car, pendant l’hiver austral, s’y succèdent des dépressions (non tropicales) très creuses et des anticyclones puissants. La concomitance de ces phénomènes génère des vents puissants (>80 km/h) et réguliers sur d’immenses surfaces océaniques (plusieurs centaines de milliers de km² – C’est la zone dit de « fetch« ) qui vont alors lever des vagues de grande hauteur.
Ces vagues vont alors se déplacer dans le sens du vent générateur (en direction du nord-est ou du nord) et, petit à petit, vont s’ordonner pour se transformer en un train de houle aux vagues régulières progressant sur de très longues distances.

Pour exemple, dans l’océan indien une houle australe formée au large de l’Afrique du Sud va généralement se déplacer en direction du nord-est, d’abord concerner Madagascar puis les Mascareignes et, au bout de 4 à 5 jours, elle ira finir sa vie sur les côtes de l’Inde, des Maldives et de l’Indonésie à plus de 7000 km de leur lieu de formation !

Schéma de formation de la houle – Source : www.researchgate.net

 

👉 La houle est un phénomène météorologique car son fait générateur est le vent fort qui souffle sur la surface de l’eau. Pensez aux vagues que l’on a tous fait dans notre bain en soufflant juste à la surface 😉

⛔ Au contraire, le tsunami n’est pas un phénomène météorologique car sa formation est causé par un important déplacement de matière dans l’eau (explosion volcanique, séisme puissant, glissement de terrain etc.)

 

Les principales caractéristiques d’une « houle australe »

Une houle australe va se définir par trois caractéristiques principales que l’on retrouvera généralement dans le bulletin de prévision émis par Météo France :

➡️ La hauteur des vagues : on parle de la hauteur significative/moyenne et de la hauteur maximale.
La hauteur moyenne est très variable au sein d’un même groupe de vagues, aussi définit-on une valeur représentative appelée « hauteur significative ». Notée H1/3 et indiquée en mètres, c’est la moyenne des hauteurs du tiers des vagues les plus hautes. Les vagues les plus hautes peuvent, quant à elles, atteindre des hauteurs deux fois supérieures aux hauteurs significatives.
👉 Pour exemple, lors de la grande houle australe de mai 2007 ayant fortement impacté les côtes sud et ouest de l’île, un houlographe placé devant le port de St Pierre avait mesuré des vagues de 6,4 m en hauteur significative et une vague de 11,3 m en hauteur maximale.

➡️ La période des vagues : il s’agit de l’intervalle de temps qui sépare le passage de deux crêtes de vagues successives en point fixe (un bateau par exemple). Elle est évaluée en secondes.
Plus la valeur en seconde est élevée, plus les vagues se déplace rapidement et plus le train de houle a de l’énergie. Et un train de houle énergétique est forcément plus destructeur à la côte. Classiquement, les houles australes qui impactent nos côtes ont des périodes comprises entre 11 et 16 secondes. Dans les cas les plus extrêmes, cette valeur peut monter à 18 voire 20 secondes.
👉 Pour exemple, les vagues de la grande houle australe de mai 2007 (la référence !) avaient une période de 18 secondes. Cela signifie que, en haute mer, celles-ci se déplaçaient à près de 100 km/h !

➡️ La direction : il s’agit de l’orientation générale du train de houle.
Les houles australes qui nous intéressent proviennent généralement du secteur sud-ouest et, plus rarement, du secteur sud. Leur orientation est un élément important car elle permet de savoir quelles régions de l’île risquent d’être le plus impactées.

Schéma des principales caractéristiques de la houle – Crédit : Allosurf

 

 

 

Thèmes : actusmeteo974
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Une zone perturbée au Nord-Est de Madagascar

L’activité cyclonique se précise au Nord-Est de Madagascar. Le système sous surveillance depuis ce week-end a atteint le stade de zone perturbée et pourrait devenir tempête en fin de semaine. Des fortes pluies sont prévues dans le secteur des Seychlles et d’Agaléga.