Revenir à la rubrique : Politique

Le Progrès confirme l’organisation de primaires ouvertes

Le Progrès annonce des primaires ouvertes à tous pour désigner, les 29 septembre et 6 octobre prochains, les candidats du mouvement de Patrick Lebreton aux élections municipales.

Ecrit par zinfos974 – le lundi 08 juillet 2013 à 15H28

Lors de son deuxième meeting depuis sa création, qui s’est déroulé dimanche devant plus de 1.000 militants à Saint-Anne, les socialistes du Progrès ont confirmé et détaillé l’organisation de primaires. Celles-ci viseront à désigner les candidats du mouvement pour les élections municipales.

Les primaires du Progrès se dérouleront dans au minimum 10 communes (Saint-Joseph, Saint-Philippe, Petite-Ile, Sainte-Rose, Saint-Pierre, Saint-Benoît, Le Tampon, Trois Bassins, Cilaos et Salazie). D’autres peut-être suivront… Le premier tour est prévu pour le 29 septembre. Quant au second tour, si besoin est, il se déroulera la semaine d’après, le 6 octobre.

« Ce n’est pas une primaire interne »

« Le Progrès n’est pas un mouvement d’investiture. Ce sont les militants, les sympathisants, ceux qui veulent participer à l’action politique qui doivent désigner leur candidat pour les représenter aux prochaines élections. C’est le sens des primaires ! », nous explique Jean-Jacques Vlody, député et vice-président du mouvement, interrogé ce matin. L’idée est donc d’organiser une primaire à la manière de celle organisée par le parti socialiste pour désigner leur candidat à l’élection présidentielle de mai 2012.

« Ce n’est pas une primaire interne, insiste Jean-Jacques Vlody. C’est une primaire ouverte à tous ceux qui partagent nos valeurs et qui ne sont pas adhérents. Nous nous occupons de proposer des candidats choisis par les militants, le Parti socialiste a une autre procédure, c’est justement ce qui nous distingue« .

Ce n’est sans doute pas un hasard, ces primaires auront lieu avant la date des investitures organisées par la fédération socialiste de la Réunion. Lors d’une précédente conférence de presse, le Premier secrétaire de la fédération du PS, Philippe Leconstant, avait souligné :  « Les candidats seront désignés au sein des sections socialistes de la fédération et nul part ailleurs« . Le vote dans les sections socialistes pour désigner les candidats auront lieu les 10 (premier tour) et 17 octobre 2013 (second tour).

Les quatre parlementaires candidats aux primaires

Pourront donc voter aux primaires du Progrès, toutes les personnes inscrites sur les listes électorales et ayant rempli un bulletin de pré-inscription sur un site web dédié à cet effet qui sera créé dans les prochaines semaines. Et n’importe quel candidat peut donc se présenter à ces élections à partir du moment où il signe une charte indiquant qu’il partage les valeurs progressistes.

Les candidats ont entre le 10 et le 23 août pour se déclarer. Sans surprise, les quatre parlementaires du mouvement, Patrick Lebreton, Michel Vergoz, Jean-Jacques Vlody et Jean-Claude Fruteau seront candidats aux primaires, respectivement à Saint-Joseph, Sainte-Rose, Le Tampon et Saint-Benoît.

L’annonce de l’organisation de primaires ne devrait en tous cas pas appaiser les relations déjà plus que tendues entre la fédération du PS et le Progrès…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Législatives : Ce que cache la polémique Fèt Kaf

Les déclarations du maire de La Plaine-des-Palmistes sur la Fèt Kaf ont provoqué la colère de la classe politique réunionnaise durant cette période de campagne électorale. Les opposants du secrétaire départemental du RN ont condamné sa prise de position. Des candidats du parti d’extrême droite aux Législatives ont aussi rapidement pris leurs distances avec Johnny Payet. Le leadership de la formation politique qui a le vent en poupe semble également se jouer durant ces élections législatives.