Revenir à la rubrique : Blog de Pierrot

[Le podcast de Pierrot] La bourde de Jordan Bardella : il propose que certains partent à la retraite à 66 ans !

Je vous propose de revenir aujourd’hui sur le débat organisé hier soir sur TF1 entre, par ordre alphabétique, Gabriel Attal, Jordan Bardella et Manuel Bompard.

Ecrit par Pierrot Dupuy – le mercredi 26 juin 2024 à 20H18

Relevons pour commencer le côté brouillon des échanges. Les deux journalistes Gilles Bouleau et Anne-Claire Coudray ont eu toutes les peines du monde à maîtriser les prises de parole. Les intervenants parlaient souvent en même temps, ce qui rendait parfois difficilement audible ce qu’ils disaient.

Puisqu’on en est au stade des critiques, continuons… Les contraintes liées à ce genre de débats font que tout est minuté. Les durées des interventions de chaque participant, ce qui est normal, mais aussi les temps attribués à chaque sujet. Et ça, ça pose problème. On a parfois eu le sentiment que c’est au moment où ça s’emballait un peu, où ça devenait intéressant, vous savez ces moments où sous le coup de l’excitation, des choses non contrôlées et donc intéressantes pourraient être dites, que le journaliste intervenait pour couper les débats et dire que, pour des impératifs de temps, on devait passer au sujet suivant.  Cela étant dit, le débat en lui-même fut intéressant.

Chaque débat est marqué par des moments forts. Il n’y en a pas eu vraiment hier soir, sauf un peut-être. Jordan Bardella qui avait été très lisse jusque-là, se contentant de dérouler une leçon bien apprise, a fait une énorme bourde, d’ailleurs reprise en boucle par les radios nationales ce matin. Interrogé sur l’âge de départ à la retraite dans le système qu’il propose pour quelqu’un qui aurait commencé à travailler à 24 ans, ce qui reconnaissons-le est très courant par les temps qui courent, le candidat du RN a répondu : « A 24 ans, vous partirez avec 42 années de cotisations, c’est-à-dire à 66 ans ». Stupéfaction sur le plateau. Gilles Bouleau, le journaliste, a même cru à une erreur : « 66 ans ??? Soit plus tard que dans la réforme actuelle d’Emmanuel Macron ??? » Gabriel Attal, sentant la bourde, renchérit : « Vous n’aviez jamais donné ce chiffre là avant ».

Mais non, ce n’était pas une erreur, Jordan Bardella, confirme et en rajoute même une couche : « Pour une raison très simple : quand vous avez commencé à travailler plus tard, il est normal que vous soyez amené à travailler plus tard ».

Ce sont les Français qui ont naïvement cru aux promesses de Marine Le Pen et de Jordan Bardella et qui se réjouissaient de pouvoir partir à la retraite à 60 ans qui ont dû tomber des nues. Déjà que depuis le début de la campagne électorale, Jordan Bardella avait jeté à la poubelle des pans entiers de ses promesses, celles qui coûtaient le plus cher, et notamment celle d’un départ à la retraite à 60 ans pour tous, la réservant à ceux qui ont commencé à travailler avant 20 ans… J’imagine déjà les désillusions de certains. Mais là, c’est le coup de grâce. Voilà qu’on leur annonce qu’alors que la loi sur les retraites d’Emmanuel Macron permet à tous les Français de partir à 64 ans, que Jordan Bardera repousse ce départ, pour une partie importante d’entre eux, à 66 ans.

Et encore ne s’agit-il que de ceux qui ont pu engranger 42 annuités. Que se passera-t-il pour ceux qui ont connu des vicissitudes au cours de leur carrière professionnelle et qui, pour cette raison, n’ont pas pu cotiser pendant 42 ans ? Ils vont partir encore plus tard ? Ou devront le faire avec une retraite amoindrie ?

Qui a dit que ces débats étaient inintéressants et n’apportaient rien ?

Pour le reste, on n’a pas assisté à proprement parler à d’autres surprises. Chacun est resté sur ses positions. Jordan Bardella, comme on s’y attendait, a mis l’accent sur la sécurité, proposant des mesures strictes pour contrôler l’immigration et renforcer les frontières nationales. Il a notamment insisté sur la nécessité de lutter contre la délinquance et a critiqué les politiques actuelles qu’il juge inefficaces. Gabriel Attal a répondu en soulignant l’importance de maintenir un équilibre entre sécurité et respect des droits humains, tout en rappelant les actions déjà entreprises par le gouvernement en matière de sécurité.

En matière d’économie et d’emploi, Manuel Bompard a présenté les propositions économiques du Front populaire, axées sur la justice sociale, la redistribution des richesses et la transition écologique. Il a dénoncé les politiques néolibérales qu’il attribue à la majorité présidentielle, affirmant qu’elles creusent les inégalités. Gabriel Attal a défendu le bilan économique du gouvernement, mettant en avant les réformes pour l’emploi et la croissance, et a critiqué les propositions du Front populaire qu’il considère irréalistes et dangereuses pour l’économie de marché.

Les trois candidats ont enfin également abordé le thème de l’éducation. Jordan Bardella a critiqué la gestion actuelle des écoles et a proposé des réformes pour renforcer la discipline et les valeurs républicaines. Gabriel Attal a mis en avant les investissements dans l’éducation et la formation professionnelle, tandis que Manuel Bompard a insisté sur la nécessité de réduire les inégalités scolaires et d’augmenter les financements pour l’éducation publique.

Le débat a été marqué par quelques échanges vifs, notamment lorsque Gabriel Attal a accusé Jordan Bardella de diviser la société avec des propositions qu’il juge extrêmes. Le ton est notamment monté lorsque ses deux adversaires ont vivement critiqué la proposition du candidat du RN d’interdire aux binationaux d’avoir accès à certains emplois liés à la sécurité et à la défense. Gabriel Attal s’est étonné, dans ce contexte, que Jordan Bardella ait pu avoir embauché comme attachée de presse de son groupe parlementaire à Bruxelles une franco-russe liée aux réseaux d’influence russes, mettant ainsi en danger les institutions européennes. Manuel Bompard, de son côté, a critiqué les deux autres candidats pour leur incapacité à répondre aux véritables besoins des citoyens, notamment en matière de justice sociale et de lutte contre les inégalités.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

95 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique