Revenir à la rubrique : Société

Le petit-fils de Nelson Mandela, marié à une Réunionnaise, est polygame

Souvenez-vous de cette jeune Réunionnaise originaire de la ville de Saint-Louis qui avait épousé l'un des petits-fils de Nelson Mandela. Mandla Mandela, c'est son nom, est poursuivi par sa première épouse, une certaine Tando Mabunu-Mandela, qui lui reproche de multiplier les rencontres et les mariages traditionnels sans que la prononciation de leur divorce ne soit formalisé. L'affaire conjugale s'étale dans la presse sud-africaine.

Ecrit par . – le vendredi 23 décembre 2011 à 18H00

 

Les contes de fée ont une fin. La Réunionnaise Anaïs Grimaud l’apprend à ses dépens. Le 8 mars 2010, un mariage traditionnel autorisait Mandla Mandela, petit-fils du célèbre ex-président sud-africain, à se marier avec la saint-louisienne. Plus d’un an plus tard, l’union tourne court. Monsieur a visiblement choisi la polygamie comme mode de vie.

Problème pour le petit-fils de Nelson Mandela : sa première et pour l’instant unique épouse sous régime civil réclame la moitié des biens de son futur ex-époux. Pour l’heure, la prononciation du divorce n’a toujours pas eu lieu. Si tel était le cas, Mandla Mandela serait dans l’obligation de céder la moitié de sa fortune.

Tando Mabunu-Mandela, la première femme légitime avait déjà contesté l’année dernière le premier mariage traditionnel entre le petit-fils Mandela et la Réunionnaise Anaïs Grimaud. Mandla Mandela, 38 ans, chef traditionnel issu de l’ethnie xhosa, député et homme d’affaires dont la fortune est estimée à quelques millions d’euros, ne veut pas céder un centime à sa légitime, bien qu’il l’ait épousée sous le régime de la communauté des biens.

 

En célébrant en mars 2010 un mariage traditionnel avec Anaïs Grimaud, Réunionnaise de 19 ans à l’époque, et rebaptisée du prénom xhosa Nobubele pour l’occasion, Mandla Mandela n’avait pas informé sa première femme, Thando Mabunu de ses désirs de nouvelle liaison. Or, le droit civil sud-africain ne reconnaît pas la polygamie. Les traditions zoulous oui, mais le petit-fils Mandela n’appartient aucunement à cette ethnie. Ce qui ne l’empêche pas de multiplier les mariages traditionnels en dehors de son premier mariage civil.

Ce vendredi 23 décembre devait avoir lieu le deuxième mariage traditionnel du petits-fils Mandela, avec une certaine Nodiyeala Makhathini, princesse swazi. Mais l’épouse légitime fait tout pour retarder la cérémonie. Maintenant, la presse sud-africaine s’empare du feuilleton. Pour l’heure explique la presse sud-africaine, l’époux adepte de la polygamie « reste injoignable« . La méthode du petit-fils fait désordre. Elle tranche avec l’illustre Nelson Mandela qui avait divorcé de sa première épouse pour se remarier, mais toujours sous le régime civil.

« Je pense que Mandla devrait plutôt se concentrer sur son divorce que de se marier avec plus de femmes« , a sèchement commenté l’avocat de l’épouse légitime dans la presse sud-africaine.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Le président de l’Ordre des médecins accusé de violences par son ex-compagne

Actuel président de l’Ordre des médecins, le docteur Benjamin Dusang fait l’objet d’accusations de violences de la part de son ex-compagne Lise François, elle-même médecin. Alors que le renouvellement des membres de l’Ordre est prévu le 21 juin, Lise François a vu sa candidature à l’élection indirectement refusée : le dossier de son binôme, le Dr Ramou Anandanadaradja, a été jugé irrecevable et rejeté par le Conseil départemental de l’Ordre des médecins. Le docteur Anandanadaradja conteste son éviction du scrutin ce jeudi 20 juin devant le tribunal administratif de Saint-Denis.