Revenir à la rubrique : Océan Indien | Société

Le périple des baleines et des tortues de La Réunion en replay sur Arte

La chaîne Arte diffuse une version légèrement raccourcie (43 minutes) du documentaire « Des baleines, des tortues et des hommes » de Rémy Tézier. Le réalisateur relate avec brio les voyages d'un baleineau et d'une tortue à partir de La Réunion, le spectateur se laissant guider par la voix de la narratrice Cécile de France.

Ecrit par Thierry Lauret – le mercredi 24 janvier 2024 à 08H50
Photo David PARIS

Combien d’heures, de jours ou de semaines perdues de tournage, avant que l’objectif de sa caméra 4K ne capture enfin l’image rêvée ? L’histoire ne le dit pas et le documentaire « Des baleines, des tortues et des hommes » mériterait, à plus d’un titre, d’être accompagné d’un making-off, pour exposer l’écoulement du temps que l’équipe de tournage passe à guetter ou attendre. Tous ces efforts déployés en vain ou ces espoirs douchés par une mauvaise journée.

« Parfois, on rentre et on a le moral au plus bas, en se disant que ça ne va pas fonctionner. Et puis un jour, on ne sait pas pourquoi, on fait un maximum d’images. C’est inexplicable », confie Rémy Tézier, qui a appris l’école de la patience durant sa longue carrière de photographe sous-marin.

Son documentaire de 55 minutes, déjà diffusé dans sa version complète en exclusivité sur Réunion 1ère et Canal + Réunion, est désormais visible dans une version légèrement raccourcie (pour se conformer aux normes du diffuseur) sur la chaîne Arte, qui a financé le film.

Le documentaire débute dans les eaux de La Réunion et prend le parti de suivre, en parallèle, le périple d’une baleine à bosse et de son baleineau pour rejoindre l’Antarctique, et le voyage, non moins périlleux, d’une tortue verte vers l’île d’Europa (canal du Mozambique). Un souffle épique accompagne les étapes de ces deux voyages, comme lorsque la baleine à bosse subit les assauts de ses prétendants au large de l’île de Sainte-Marie, à Madagascar.

Comme souvent dans les documentaires animaliers, l’émotion emporte le spectateur sans qu’il s’y attende, à l’image d’un moment de grâce et d’intimité volé à deux tortues qui s’accouplent durant de longues heures, en se laissant porter par l’océan Indien.

Les interventions humaines sont rares, mais capitales pour la compréhension de l’enjeu : la préservation de ces espèces animales. Comme à Mohéli, dans l’archipel des Comores, où des villageois sans moyens se battent pour protéger les tortues des filets des braconniers. Ou à Saint-Gilles, lorsqu’un prestataire de plongée proche des cétacés, Gecko Bleu, explique restreindre ses propres activités commerciales pour limiter les perturbations liées à l’exploitation touristique de la saison des baleines.

Les prouesses techniques et les super ralentis en 4K servent avant tout une histoire comme on en voit peu. « Quand j’ai commencé à filmer les baleines à La Réunion et que j’ai appris qu’elles partaient en Antarctique, je me suis dit que c’était incroyable. Cela me paraissait lointain et je ne m’imaginais pas y aller un jour. C’est là qu’on se rend compte que ce sont des animaux extraordinaires, capables de passer du corail à la glace. La tortue verte, qui elle est capable de retrouver son lieu de naissance à des milliers de kilomètres, c’est complètement fou aussi », abonde Rémy Tézier.

Déjà présente sur le précédent documentaire « Quand baleines et tortue nous montrent le chemin » (2019), l’actrice Cécile de France reprend son rôle de narratrice avec une justesse jamais démentie, évitant les pièges de l’emphase ou de la dramatisation pour créer une forme de suspense, qui ajoute du caractère au documentaire.

On frémit en songeant qu’un jour tout pourrait s’arrêter, en raison de l’intense augmentation du trafic maritime marchand autour de La Réunion, liée à la crise en mer Rouge, ou encore à cause de développement en cours de l’industrie gazière off-shore dans le canal du Mozambique.

« J’en suis bien conscient », acquiesce le réalisateur. « On est toujours confronté au problème du développement et de la protection, cet équilibre qu’il nous faut trouver. On l’a encore vu dans l’Hexagone avec les agriculteurs qui bloquent la route ».

 

Thèmes : Baleine | Documentaire | Tortue
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les Chroniques de tonton Jules #174 – L’Abbé Pierre… je suis dévasté

Il y a eu plein de nouvelles ces deux dernières semaines. Le tri est difficile à effectuer. Et je ne parle même pas des coups tordus à l’Assemblée, où les carriéristes de tout poil s’accordent sous le manteau : ma voix contre une bonne place. Ça fait mal à la démocratie. Quand, en plus, j’apprends que l’Abbé est accusé de gestes répréhensibles, lui, l’homme que je persiste à vénérer…

Le combat quotidien des personnes handicapées : Entre obstacles et résilience

« Je ressens souvent une profonde solitude lorsque je croise le regard de pitié des autres, même de ceux que j’aime. Ce regard, bien qu’empli de bonnes intentions, me rappelle constamment ma différence et me fait sentir comme un fardeau… » C’est en ces mots que Patrick S., handicapé moteur depuis 10 ans suite à un accident de voiture dans le centre-ville de Saint-Denis, exprime son ressenti sur sa situation de personne porteuse de handicap. 

Environnement : Une bananeraie 100% Bio

La Bananeraie de Bourbon, nichée au pied des colimaçons à Saint-Leu, est bien plus qu’une simple plantation. C’est un site magnifique où la nature et l’homme coexistent en parfaite harmonie.  Le regard perdu dans un vaste paysage dominant la côte et le son doux du bruissement des feuilles des arbres fruitiers invitent au calme  et à la quiétude.

[Communiqué] La gouttière anti-moustique de Verléo récompensée

Olivia Grégoire, ministre déléguée chargée des Entreprises, du Tourisme et de la Consommation, a réuni le jury de sélection des produits pour la Grande Exposition du Fabriqué en France, prévue en octobre prochain. Parmi les 122 produits choisis, l’entreprise réunionnaise Verleo a été sélectionnée pour son innovant collecteur de gouttière anti-moustique.