Revenir à la rubrique : Faits divers

Le mot « gros zozos » les envoie au tribunal

Les Révoltés 974 étaient une nouvelle fois devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis ce jeudi en soutien de Denise Fontaine et de Salim Moussajee, accusés de diffamation à l'encontre de plusieurs sociétés immobilières.

Ecrit par zinfos974 – le vendredi 02 avril 2021 à 12H09

Salim Moussajee était à nouveau devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis ce jeudi mais pour une affaire autre que celle qui le préoccupe depuis plusieurs années contre la Sogecore. Membre actif du collectif Les Révoltés 974, il était venu en aide l’année dernière à une dame, Denise Fontaine, qui souhaitait dénoncer une injustice, selon elle, liée à la vente d’un terrain familial à un groupe de sociétés immobilières. Une vidéo de lui-même et de Denise Fontaine avait été publiée sur sa page Facebook. 
 
C’est cette vidéo qui aurait été diffamatoire, selon les sociétés visées, qui avaient donc porté plainte. Ce jeudi, le tribunal a conclu que la citation juridique était nulle, des irrégularités entraînant finalement l’annulation de la procédure et donc du procès.

« Je ne me suis pas laissée faire parce qu’ils voulaient acheter pour trois fois rien les biens de mes parents, ils m’ont assignée devant le tribunal en 2006, raconte-t-elle, avec toutes les entourloupes dont je me suis aperçue, j’ai eu du mal à me défendre. Ils nous ont attaqués à cause de cette vidéo pour incitation à la haine raciale, alors que ‘gros zozos’ n’a rien de raciste, ça fait partie de notre langage ». Elle affirme que les sociétés immobilières avaient acheté les parts de ses frères et sœurs pour 110 euros le m2 alors que selon Denise Fontaine, la valeur du secteur où se trouve le foncier familial varie plutôt entre 450 et 600 euros le m2. 
 
Les Révoltés 974 se sont quant à eux rassemblés devant le tribunal en soutien aux prévenus. « On est tous victime de quelque chose donc on essaye de se soutenir et s’entraider », affirme Xavier Fontaine, porte-parole. 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Agression sexuelle incestueuse : Comment en apporter la preuve 20 ans après ?

Accusé d’agression sexuelle sur sa nièce il y a vingt ans, un oncle fait face à la cour d’appel après une relaxe controversée à St-Pierre. Entre souvenirs douloureux et absence de preuves matérielles, la quête de vérité confronte la justice à un défi. La décision attendue le 26 septembre pourra-t-elle apporter une réponse à ce drame familial présumé ?

Chronique judiciaire : Les différents profils des prédateurs de mineurs

Lors de l’audience du tribunal correctionnel de Saint-Pierre de jeudi dernier, plusieurs audiences concernaient des faits d’agressions sexuelles sur mineurs. Si les intentions des prévenus étaient les mêmes, ce sont les différents types de profils et de contexte qui interpellent, démontrant malheureusement que le danger peut venir de partout.