Revenir à la rubrique : Politique

La « vraie Gauche » et Jean-Luc Mélenchon jouent l’unité autour de Younous Omarjee

Un peu plus de 1.000 personnes ont assisté ce samedi au meeting de Younous Omarjee à Saint-Gilles. La candidat réunionnais, placé en seconde position sur la liste conduite par Manon Aubry, a pu compter sur la présence de la quasi-totalité de la plateforme "la vraie Gauche" d'Huguette Bello, avec en invité de marque son mentor Jean-Luc Mélenchon.

Ecrit par Samuel Irlepenne – le dimanche 07 avril 2024 à 06H59

La quasi-totalité des élus et parlementaires locaux proches du mouvement de Jean-Luc Mélenchon ont fait le déplacement : les députés Frédéric Maillot, Karine Lebon et Jean-Hugues Ratenon ; la sénatrice Evelyne Corbière ; les maires Emmanuel Séraphin (Saint-Paul), Olivier Hoarau (Le Port) et Patrick Lebreton (Saint-Joseph) ; mais aussi bien évidemment la présidente de Région accompagnée de nombreux élus de sa majorité à la Région (Karine Nabénésa, Fabrice Hoarau, Jean-Bernard Maratchia, Axel Vienne, Patricia Profil, Wilfrid Bertile, Jean-Pierre Chabriat, Lorraine Nativel, Stéphanie Poïny-Toplan ou encore Amandine Ramaye).

Européennes : Younous Omarjee, « un choix pour La Réunion »

Premier à prendre la parole, Younous Omarjee est longuement revenu sur la situation internationale, notamment sur la guerre en Ukraine et sur la guerre dans la bande de Gaza. Le député européen sortant dit faire avec sa tête de liste Manon Aubry « une campagne pour la paix », qui aura nécessairement selon lui « un impact direct sur la vie des gens », notamment sur leur pouvoir d’achat, en particulier celui des Réunionnais.

Younous Omarjee en a profité pour tacler ses adversaires dans cette campagne, aussi bien le RN que les élus du groupe Renaissance à qui il reproche une absence de bilan au Parlement européen, mais aussi le Parti socialiste et sa tête de liste Raphaël Glucksmann. « Si vous voulez de la guerre, votez pour le candidat socialiste Raphaël Glucksmann, mais si vous êtes du camp de la paix, alors votez Manon Aubry. Si vous aimez les accords de libre-échange, alors votez pour les députés qui siègent dans le groupe socialiste ou dans le groupe de droite, car eux, ils ont approuvé tous les accords de libre-échange quand nous les avons tous refusés », insiste Younous Omarjee.

Huguette Bello, qui a pris sa suite, abonde dans son sens. La présidente de Région, qui a rappelé l’importance de ce scrutin européen pour notre territoire, région française la plus dotée en crédits européens, souhaite mettre en garde les Réunionnais contre ceux « qui vont venir ici à La Réunion professer le libre-échange et notamment des socialistes qui ont signé ces accords de libre-échange ». « Nous apportons notre soutien à la liste Aubry-Omarjee, car c’est la liste de la vraie gauche, celle qui n’a pas abandonné les classes populaires », assure-t-elle.

Jean-Luc Mélenchon a conclu ce meeting de soutien à son poulain, « une des personnes qui ont de l’influence intellectuelle » sur lui. « C’est ensemble que nous avons discuté de chacune des étapes qu’il a fallu franchir au fil de ces trois élections présidentielles », tient à rappeler le leader de la France insoumise. Ce dernier a reconnu que Younous Omarjee aurait pu conduire la liste LFI pour ces européennes, « mais la décision était qu’il fallait que ce soit une femme ».

Le leader insoumis est ensuite revenu longuement sur le contexte international, un monde qu’il juge « en danger d’une guerre générale ». « Le monde est en danger d’une guerre dont les formes se sont dessinées d’une guerre à l’autre, passant de la guerre de tranchée, la guerre totale de 1914, à la guerre totale d’extermination de tout le monde, comme ce fut le cas à Guernica ». Sur la guerre en cours dans la bande de Gaza, il dénonce l’appui de dirigeants politiques à « un discours génocidaire », qui plus est « dans une offense insupportable en se réclamant de la Bible pour assassiner leurs semblables ».

« La France, quand elle agit d’une manière responsable, ne s’isole pas »

Jean-Luc Mélenchon en a profité pour réaffirmer son non-alignement, lui qui est souvent accusé par ses détracteurs de positions pro-russes et pro-chinoises au vu de ses critiques acerbes envers l’OTAN. « Nous autres, nous sommes des non-alignés. Nous n’avons pas de maîtres », indique Jean-Luc Mélenchon. Il estime que le dirigeant russe Vladimir Poutine « n’est pas dangereux » mais « intelligent », « parce qu’il prévoit ses coups, parce qu’il les organise, tandis que nous, nous avons des gens qui ne pensent à rien ». À commencer par Emmanuel Macron, « qui croit que nous pouvons nous engager dans la guerre contre la Russie, et avoir une quelconque chance que ça ne se fasse autrement que par une guerre nucléaire et par notre destruction totale, personne ne peut croire une chose pareille ».

Quant à la Chine, si elle reste « un concurrent terrible pour les Européens », Jean-Luc Mélenchon plaide néanmoins la voie du dialogue pour traiter les dissensions avec Pékin, notamment sur le cas de Taïwan. « Je suis certain que les Chinois vont parfaitement régler les problèmes des Chinois, et qu’ils les régleront mieux que des gens qui ne sont pas Chinois et qui n’ont aucune autorité pour leur dire ce qu’ils vont faire. C’est exactement le raisonnement que j’avais eu à propos du Mali », assure-t-il. Il ajoute : « Nous sommes un peuple indépendant, un peuple libre, un peuple souverain. La France, quand elle agit d’une manière indépendante, ne s’isole pas, elle ne diminue pas de puissance ».

De même, il juge que les problèmes à discuter avec la Chine ne doivent pas légitimer le soutien des Occidentaux, dont la France, avec l’Inde. « M. Modi (NDLR : le Premier ministre indien) est un homme d’extrême-droite. Parce que la nation hindoue, ce n’est pas la nation indienne. Nous, nous sommes assez instruits pour savoir que ce n’est pas parce que l’Inde a aussi un petit différend avec la Chine que nous devons trouver merveilleux tout ce que fait l’Inde ».

Photo : Pierre Marchal/Anakaopress

Photo : Pierre Marchal/Anakaopress

Photo : Pierre Marchal/Anakaopress

Photo : Pierre Marchal/Anakaopress

Photo : Pierre Marchal/Anakaopress

Photo : Pierre Marchal/Anakaopress

Photo : Pierre Marchal/Anakaopress

Photo : Pierre Marchal/Anakaopress

Photo : Pierre Marchal/Anakaopress

Photo : Pierre Marchal/Anakaopress

Photo : Pierre Marchal/Anakaopress

Photo : Pierre Marchal/Anakaopress

Photo : Pierre Marchal/Anakaopress

Photo : Pierre Marchal/Anakaopress

Photo : Pierre Marchal/Anakaopress

Photo : Pierre Marchal/Anakaopress

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
99 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

VivaTech : La Réunion en force au plus grand salon du monde pour les nouvelles technologies

La Région Réunion envoie une forte délégation de représentants de 10 startups participer au salon international VivaTech qui s’ouvre demain matin porte de Versailles à Paris.
Il s’agit du plus grand salon au monde en matière de nouvelles technologies, qui est même passé devant le CES de Las Vegas, et il accueillera encore cette année des intervenants de très grande qualité. Et notamment beaucoup de fonds d’investissements à la recherche de sociétés à financer. Exactement ce que recherchent nos startups locales…

[Communiqué] « L’insalubrité des logements sociaux est un phénomène complexe et multifactoriel »

Karine Lebon annonce une bataille parlementaire cruciale le 22 mai 2024. Celle-ci pourrait contribuer à résoudre la crise du logement social à La Réunion, exacerbée par une forte croissance démographique, des coûts de construction élevés et des procédures administratives complexes. C’est pourquoi la députée de la 2e circonscription de La Réunion a proposé au vote la création d’une commission d’enquête visant à analyser et à remédier à ces problèmes urgents afin d’améliorer les conditions de vie des Réunionnais.