Revenir à la rubrique : Social

La Présidente a failli faire le coup de poing au Conseil général

“Ou prend les agents de l’ADI pou des gratère d’ki ?” “Ou croit que les agents de l’ADI, c’est des couillons?”. Johny Imara, agent de l’ADI, faisait face à cet instant à la présidente du Conseil général. Nassimah Dindar brandissait sous son nez le bâton de la banderole déployée par le Syndicat autonome de la Fonction publique territoriale qu'elle venait de lui arracher des mains.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le jeudi 25 septembre 2008 à 07H54

Le conseil d’Administration de l’Agence de développement et d’insertion(ADI), convoqué mercredi après-midi dans l’hémicycle du Conseil général, a été organisé dans un climat particulier. i[“C’était la première fois que tous les agents étaient invités au CA”.]i
Si les administrateurs sont convoqués par courrier avec ordre du jour, quinze jours à l’avance, les agents de l’ADI eux, ont été mobilisés en vingt-quatre heures. i[“Nous avions déjà pris des rendez-vous avec des allocataires du RMI. Nous n’avons pas pu tous les annuler”]i, regrette un employé de l’ADI.
Le troisième élément et non des moindres: au dernier moment, Nassimah Dindar a décidé de présider les débats, à la place d’Axel Vienne, le vice-président délégué Démarche très rare! i[ “Elle est arrivée passablement énervée”]i, selon un témoin dont nous tairons le nom pour éviter les représailles.
Arguant que le RSA (Revenu de solidarité active) pourrait s’appliquer à La Réunion à partir de 2011, elle a renvoyé trois points de l’ordre jour, dont les perspectives de réorganisation et surtout le tableau des emplois.
Dans l’hémicycle François Mitterrand, au cours d’une séance à huis clos hors la présence de la presse, les syndicalistes de façon unanime ont insisté auprès de la présidente pour que soit maintenu à l’ordre du jour le tableau des emplois i[“d’une part parce que plusieurs agents ont des interrogations, et d’autre part, parce que l’application du RSA n’a aucune incidence sur ce point précis”]i, souligne notre témoin.
Malheureusement pour eux, la présidente du Conseil général a maintenu sa position initiale. Alors que Nassimah Dindar regardait ailleurs, les syndicalistes ont déployé une banderole sur laquelle était écrit :i[ “Remettez le tableau des emplois à l’ordre du jour”. ]i
Lorsque Nassimah Dindar a vu la banderole, elle a sourit et a demandé qu’elle soit totalement déroulée pour être vue par tout le monde. Sans que cela ne l’ait fait changer d’avis sur le fond.
Après avoir renouvelé sa confiance au directeur Paoli qui s’est élevé contre un organigramme présenté par Marcellin Thélis, directeur adjoint, et sur lequel Paoli n’est jamais intervenu, Nassimah Dindar a clos la séance dans une ambiance électrique.
i[“C’est à ce moment qu’elle a donné la parole aux agents. Une dame, responsable syndicale, a jailli de son fauteuil et a tout de suite demandé à la présidente de s’expliquer sur son refus de maintenir le tableau des emplois, à l’ordre du jour”. ]i
La réponse de Nassimah Dindar a été sans équivoque. i[“Vous êtes là en tant qu’agent, et je n’ai pas à vous répondre”. ]i
Le match Dindar-Doxiville venait de commencer. Premier round pour la présidente. La seconde a été pour son interlocutrice. “i[C’est avec le même calme qu’elle a dit à la Présidente du Conseil général: vous ne savez pas gérer]i”, poursuit notre témoin.
C’est alors que Johny Imara, agent de l’ADI mais aussi syndicaliste du Syndicat autonome, a pris le relais en des termes bien plus corsés. “i[Mensonges éhontés, toujours des promesses]i”.
Nassimah Dindar a décidé pour la seconde fois de clôturer la séance. Mais au lieu de se diriger vers la sortie,i[ “elle est descendue dans l’hémicycle et s’est dirigée vers Johny Imara”. ]i
La suite relève de la cour de récréation.i[ “Vous m’avez insultée]i”, a-t-elle lâché en direction de son interlocuteur. Tel un boxeur, sa garde bien haute, Johny Imara s’est avancé sur la présidente.
Les deux adversaires étaient alors au milieu du ring, le public interloqué était debout et regardait ce face-à-face, “i[c’était plus un nez à nez]i”. C’était coup pour coup. “i[Ou prend les agents de l’ADI pour des gratter d’ki” “Ou croit que les agents de l’ADI, c’est des couillons”.]i
Réplique du droit et du gauche de Nassimah Dindar : i[“Je ne vous permets pas !” “C’est n’importe quoi”. ]i
A un moment, Nassimah Dindar s’est saisie du bâton de la banderole du SAFPT et l’a agité sous le nez de Johny Imara. Mais que fait l’arbitre ? i[“Il n’y avait personne pour les séparer”]i. Et comme personne ne jetait l’éponge, la confrontation a continué à l’extérieur.
C’est par des propos regrettables que s’est conclu ce pugilat. Quelques agents ont ramené Johny Imara à la raison, alors que Nassimah Dindar regagnait son bureau. Fin du match.
C’était le moment des commentaires. Axel Vienne, vice-président délégué de l’ADI, Cyril Hamilcaro et Stéphane Fouassin, présents dans l’hémicycle, n’étaient pas les derniers.
Qu’est ce qui peut expliquer le « i[coup de sang]i » de Nassimah Dindar? Est-ce l’approche de la fin du mois de septembre, date butoir que lui a donné Jean Simonetti pour recomposer sa majorité? Est-ce dû aux graves difficultés financières rencontrées par le Département? De l’avis de plusieurs experts autorisés, les finances du Département sont dans le rouge, et le Conseil général va droit dans le mur… Ou faut-il voir là la partie émergée de l’iceberg de tensions bien plus fortes qu’on veut bien le dire entre la Présidente et les élus de sa majorité?
On ne devrait pas tarder à avoir la réponse…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Croix Marine : Les syndicats en appellent à l’arbitrage du préfet

Selon l’intersyndicale CFDT – CFE CGC – UR974, l’administratrice provisoire de la Croix Marine se serait prononcée en faveur de la liquidation de l’association dès le mois de septembre. Les élus du CSE et les syndicats réclament la négociation au préalable d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE).

L’administratrice de la Croix Marine recadrée par l’Inspection du travail

A la veille des négociations pour le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) de la Croix Marine, qui s’ouvrent ce mercredi matin, l’Inspection du travail a fait parvenir un courrier à l’administratrice provisoire de l’association Michelle Narayani, la rappelant à ses devoirs d’information aux élus du CSE, mais aussi aux salariés s’agissant de leurs possibilités de reclassement ou de transfert dans des structures équivalentes.