Revenir à la rubrique : Société

La coopérative des dockers révoque sa directrice générale

Les événements s'emballent à la Coopérative ouvrière réunionnaise (COR). La directrice générale a été débarquée à l'issue d'un conseil d'administration qui n'a fait que réhabiliter l'honneur de l'ancien président, Jacques Virin, affirment aujourd'hui certains observateurs.

Ecrit par – le mardi 21 août 2012 à 17H04

En juin 2011, la Coopérative ouvrière réunionnaise est bloquée de toute part. Son président, Jacques Virin, est aux abonnés absents. Sa Mercedes de fonction laissée sur le parking sera la risée des dockers. « Il a pris la fuite », en rigolent des dockers échaudés par la découverte du pot aux roses.

Selon les informations données sur place à l’époque, par les dockers eux-mêmes et la nouvelle direction menée par Nathalie de Broissia, Jacques Virin se serait allègrement servi du travail de ses hommes pour alimenter les caisses de sociétés écran ouvertes aux noms de ses proches. Le bénéfice du travail des dockers étant ainsi dilué dans des succursales.

Si dans le chaud de l’action une plainte au civil et au pénal est vite évoquée, celle-ci est visiblement vite oubliée. Il y a deux mois, pour « l’anniversaire » du départ fracassant de l’ancien président, nous avions souhaité en connaître les suites judiciaires. Aucune réponse ne nous avait été communiquée par le président de la COR, Daniel Clotagatilde.

Il y a un peu plus d’une semaine, le 10 août, un conseil d’administration de la COR vote l’éviction de la directrice générale, celle-là même qui aurait permis la découverte de ces détournements d’argent toujours supposés à l’heure qu’il est.

« Le système Virin a été dénoncé il y a un an »

L’état de grâce est résolument terminé pour Nathalie de Broissia. Un informateur anonyme renverse la vapeur en dénonçant aujourd’hui une série de méfaits dont se serait rendue coupable la directrice récemment débarquée par le CA de la COR. Les accusations sont graves mais nous les tairons dans l’immédiat, faute de confirmation de la COR elle-même (voir plus bas).

Contactée, la directrice débarquée confirme tout d’abord sa prise de distance vis-à-vis de la coopérative mais reste totalement « surprise » des attaques dont elle fait l’objet. « Le président Clotagatilde ne souhaite pas s’exprimer à ce sujet », sera par ailleurs la seule réponse de la COR suite à notre demande ce matin. Difficile dans ces conditions de démêler les intérêts de chacun.

« Il est trop proche du PCR pour pouvoir faire repartir la COR sur de nouvelles bases »

L’éclairage de cette affaire nous est peut-être apporté par des observateurs avisés: « Le système Virin a été dénoncé il y a un an. Nous espérions que la nouvelle gouvernance de la coopérative reparte de zéro sous la direction de Mme De Broissia qui avait dénoncé ce système mais visiblement une partie de la nouvelle direction a, elle aussi, trop à y perdre », explique-t-on.

Pour caractériser ce qu’ils appellent « le système Virin », ces informateurs affirment qu’ils ont été utilisés. « Nous étions des dockers déjà bien content de toucher un salaire mensuel. Nous nous sommes bien fait avoir sur les primes d’intéressement auxquelles nous avions droit. Mais pour eux (les dirigeants), un docker c’était quelqu’un d’ignare et qui n’allait pas mettre son nez dans les affaires », assurent-ils.

Il faut pour cela rappeller qu’à sa création dans les années 90, la COR avait été portée en exemple de la réussite des dockers dans la maîtrise de leurs efforts et donc d’une meilleure rétribution de leur travail, d’où le choix d’un statut de coopérative.

Aujourd’hui, en lieu et place de la directrice évincée, c’est l’actuel président, Daniel Clotagatilde, qui hérite du poste de directeur général de façon « provisoire », comme le stipule le procès verbal du conseil d’administration. « Mais il est trop proche du PCR pour pouvoir faire repartir la COR sur de nouvelles bases », concluent ces dockers désabusés.

Voir nos précédents sujets :
[La coopérative des dockers a-t-elle chassé ses vieux démons ?]urlblank:http://www.zinfos974.com/La-cooperative-des-dockers-a-t-elle-chasse-ses-vieux-demons_a44121.html
[Qui protège Jacques Virin ?]urlblank:http://www.zinfos974.com/Qui-protege-Jacques-Virin_a17222.html

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Réunion face au cancer : Une étude révèle des disparités de survie avec l’Hexagone

La première étude sur la survie des personnes atteintes de cancer à La Réunion entre 2008 et 2018 révèle des disparités significatives de survie entre les différents cancers, mais également entre La Réunion et la France hexagonale. Cette étude met en lumière l’impact de facteurs socio-économiques sur les causes de la maladie et la nécessité d’adapter les stratégies de lutte contre le cancer au contexte local.

Pas de tempête mais du mauvais temps à La Réunion ce week-end

La zone suspecte suivie par Météo France au Nord des Mascareignes ne devrait pas atteindre le stade de tempête de si tôt et se déplacer directement vers le Nord-Est de Madagascar d’ici le début de la semaine prochaine. Sans qu’un lien soit fait avec l’activité cyclonique, les experts prévoient une dégradation de la météo à La Réunion à partir de dimanche. Une vigilance vents forts concernera la moitié Sud de l’île dès samedi après-midi.

Le SNJ se dit « ouvert au dialogue » avec les trois candidats au rachat du Quotidien de La Réunion

Avant que les 48 salariés du Quotidien ne soient consultés sur les trois offres de rachat déposées pour leur journal, il faudra au préalable que celles-ci soient déclarées recevables. Bien qu’aucun candidat ne prévoie de conserver le moindre journaliste, mais seulement d’en recruter un certain nombre après leur licenciement, le syndicat SNJ ne ferme pas la porte aux discussions avec les repreneurs.

Le “Kar’ La Nuit’” démarre dès ce soir !

Ce nouveau service de transport à la demande a été lancé ce vendredi par le TO et la Semto. Destiné aux salariés de la restauration ou de l’hôtellerie, mais aussi aux noctambules, deux mini-bus seront mis en service une expérimentation de six mois tous les jours de 20h à 3h.