Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

La cellule végétale est la base de toute activité : le triple bottom line* (2)

*en anglais : les trois piliers du développement durable. En 1997, John Elkington veut inclure dans les résultats d’une entreprise, outre les résultats financiers, les résultats sociaux et environnementaux. Il en déduit un schéma formant trois cercles qui se chevauchent : la durabilité se définit à l’intersection des trois cercles, là où les objectifs économiques rencontrent les […]

Ecrit par Bruno Bourgeon, porte-parole d’AID – le mardi 22 octobre 2019 à 11H00

*en anglais : les trois piliers du développement durable.

En 1997, John Elkington veut inclure dans les résultats d’une entreprise, outre les résultats financiers, les résultats sociaux et environnementaux. Il en déduit un schéma formant trois cercles qui se chevauchent : la durabilité se définit à l’intersection des trois cercles, là où les objectifs économiques rencontrent les réalités sociales et la santé environnementale. Voyez le schéma.

 

Puis on a étendu ces notions à la planète toute entière. Mais e pose la question essentielle : ces trois ensembles ont-ils la même importance ? Les Sciences de la Vie et de la Terre y répondent.

On l’a vu (dans le premier article sur la cellule végétale, base de la vie), les cycles naturels sont alimentés par les rayons que nous offre le soleil, transformés en énergie par la cellule végétale, seule capable de restructurer la matière et l’énergie par la photosynthèse. Energie qui est la base même de la transformation de la matière, donc de toute activité humaine, donc de l’activité économique. Ceci selon les principes de Lavoisier et de la deuxième Loi de la Thermodynamique.

 

 

Ce deuxième schéma montre la biosphère comme base de la vie, et l’emboîtement des trois piliers économique, social, et environnemental. Société et Economie sont des sous-systèmes : la Société prend appui sur la base naturelle, et l’Economie est un moyen pour satisfaire les besoins dans le cadre sociétal. Le capital naturel n’est pas substituable par un autre capital, matériel ou humain, la maximisation de l’intérêt individuel et autres Lois économiques ne sont pas opposables à un état de la biosphère dont elles dépendent.

La Loi biologique l’emporte toujours sur la Loi économique : l’Economie se plie à l’Ecologie, et non l’inverse. La croissance économique n’est pas conciliable dans un système clos et limité, dont l’Economie n’est qu’un sous-système. Le premier économiste à avoir intégré l’Economie dans la Biophysique et la Thermodynamique est Nicolas Georgescu-Roegen. Je pourrai citer aussi Kenneth Boulding : « Celui qui croit qu’une croissance exponentielle peut continuer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste. » Ou encore vous commenter ce graphique :

 

 

Le seul moment où le PIB (GDP en anglais) a continué de croître tandis que la consommation énergétique diminuait, dit découplage absolu, a eu lieu lors du premier choc pétrolier. On observe ailleurs une stricte proportionnalité entre consommation énergétique, et partant production de CO2, et croissance économique. Il n’y a jamais eu de découplage, même relatif, à l’échelle mondiale.

Pour atteindre la soutenabilité, et éviter l’effondrement, il faut se conformer aux conditions sociales et environnementales, c’est-à-dire répondre aux besoins humains dans les limites de la biosphère. L’économie n’est qu’un moyen, pas une fin en soi. Rappelons-le : nous sommes tous dépendants de la photosynthèse, qui paye notre addition.

[www.aid97400.re]urlblank:http://www.aid97400.re

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Invitation à l’attention de Madame Geneviève Guévenoux, Ministre déléguée aux Outre-mer, de la part des 42 000 signataires du Collectif Oasis Réunion

Madame la Ministre. 

Notre Collectif, qui représente les plus de 42 000 signataires du Manifeste d’Oasis Réunion, a le plaisir de vous inviter, si vous étiez sur l’île entre le 17 et le 22 avril, à venir nous rendre visite dans Les Jardins Familiaux du Chaudron à SAINT-DENIS, soit le mercredi 17 avril à 10H, soit les samedi 20 et dimanche 21 avril, à l’occasion du GRAND NETTOYAGE DE LA RÉUNION que nous organisons en célébration de la Journée Mondiale de la Terre 2024. 
Le petit spot vidéo d’une minute visible à ce lien  en fait une courte mais « intense » présentation.