Revenir à la rubrique : Faits divers

Joé Bédier jugé pour des injures lors d’un conseil municipal : « C’est du pipi de chat »

Le maire de Saint-André comparaissait ce jeudi pour répondre de trois injures envers la gestionnaire du centre de santé de la commune, lesquelles auraient été proférées lors d'un conseil municipal houleux, le 28 avril 2021.

Ecrit par 2181159 – le jeudi 01 septembre 2022 à 15H50

« C’est trois fois rien. Du pipi de chat. J’ai honte de vous faire perdre votre temps », a déclaré Joé Bédier à l’attention des magistrats du tribunal correctionnel du Nord à l’issue de son procès pour injures publiques, ce jeudi.

Le maire de Saint-André est poursuivi pour avoir proféré trois injures en conseil municipal, le 28 avril 2021. Il s’adressait à la gestionnaire du centre Covid de l’époque. Cette fonctionnaire aurait été ciblée par l’édile qui en avait également décousu avec son opposant Jean-Marie Virapoullé.

Elle avait notamment été qualifiée de « pétroleuse » et spécifiquement visée lors d’un commentaire concernant l’état du centre de santé qu’elle gérait.

Pour sa défense, Joé Bédier s’est entouré des conseils de l’avocat parisien Me Robin Binsard. La robe noire a tout d’abord soulevé trois moyens de nullité concernant des vices de procédure, les propos poursuivis ne reproduisant pas fidèlement le constat d’huissier. « Cela affecte le fond et la forme », a développé le conseil. 

Après un court délibéré, l’incident a été joint au fond et l’audience a repris son cours. L’avocat de l’édile a fustigé l’instrumentalisation de l’institution judiciaire à des fins politiques, une plainte ayant été déposée quelques jours avant les élections législatives, accompagnée d’une forte médiatisation. « Il s’agissait de trainer mon client dans la boue et de l’amener devant un tribunal », a tonné Me Binsard.
 

Instrumentalisation politique

Poursuivant sa plaidoirie, la robe noire a demandé au tribunal de considérer que les propos de son client n’étaient pas des injures mais de la diffamation. Mais si d’aventure, les magistrats n’étaient pas d’accord avec lui sur ce point, Me Binsard a fait valoir la liberté d’expression du maire de Saint-André lors d’un discours d’élu dans l’exercice de ses fonctions. Quant à l’expression pétroleuse, elle ne visait pas à diminuer ou humilier mais à qualifier une opposante politique. 

Un avis que n’a pas partagé la partie civile représentée par Me Jean-Jacques Morel. « Pétroleuse, c’est plutôt celle qui a des gros bras, l’équivalent d’un nervi qui jette de l’huile sur le feu pour écraser son adversaire », a argumenté le conseil réclamant 5.000 euros pour le préjudice moral de sa cliente. « Il en va de sa dignité ».

Décision le 6 octobre prochain.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Ste-Marie : Les gendarmes interviennent et mettent fin à un rodéo

Alors qu’ils intervenaient pour intercepter un jeune homme qui faisait du rodéo, les gendarmes de la brigade de Sainte-Marie ont été pris à partie par des individus qui leur ont jeté des pierres. Comme indiqué sur la page Facebook de la gendarmerie, les militaires ont appréhendé le contrevenant qui est convoqué devant le tribunal pour répondre de ses actes.

Colis suspect : Suspicion de poudre blanche à l’agence Citya de St-Denis

Déploiement impressionnant des forces de l’ordre vendredi soir à l’agence immobilière Citya de Saint-Denis. Une dizaine d’engins de la police et des secours sont présents. Une équipe de déminage et des ambulanciers ont fait le déplacement suite à une alerte au colis suspect au sein de l’entreprise située au carrefour de la Rue de Paris et de la rue Sainte-Marie. Le dispositif a été levé peu avant 20 heures. La substance découverte n’était ni chimique, ni explosive. Elle a été envoyée dans un laboratoire pour analyses. Une information exclusive de Zinfos974.