Revenir à la rubrique : Faits divers

Incendie au Diana Dea Lodge : L’établissement devrait rouvrir dans un mois

Mardi 2 août dernier, un violent incendie ravageait une partie du l'hôtel de luxe situé en altitude à Sainte-Anne. 63 clients y dormaient lorsque le sinistre s'est déclaré en milieu de nuit. Aucune victime n'est à déplorer. On en sait désormais un peu plus sur l'origine du départ des flammes et sur les projets de l'hôtelier dans les tous prochains jours. Une information Zinfos974.

Ecrit par 2181159 – le lundi 15 août 2022 à 06H31

Des chanceux ont déjà eu l’occasion unique d’y passer une ou plusieurs nuits. D’autres regrettent de voir leur rêve s’envoler après l’incendie qui a détruit une partie du magnifique établissement hôtelier situé à 650 mètres sur les hauteurs de Saint-Benoit. S’il va falloir attendre encore un peu pour y séjourner de nouveau, l’espoir pointe à l’horizon. Car dès mi septembre 2022, six chambres devraient, si tout va bien, être proposées à la clientèle.

Zinfos974 a rencontré Bertrand Van Hauw,  qui est optimiste quant à l’avenir de l’établissement qu’il gère.

Mais avant d’envisager les mois qui viennent, le dynamique directeur  du Diana Dea Lodge confirme que la piste criminelle « s’éloigne progressivement ». C’est donc probablement un accident qui a provoqué l’incendie du mardi 2 août dernier.

La piste accidentelle largement privilégiée

63 clients dormaient lorsque le feu a pris. Ils ont du fuir dans la campagne avant d’être pris en charge au petit matin pour une évacuation vers un gymnase en contrebas puis, vers un autre hôtel dans le sud de l’île . Une seule employée était présente sur le site comme le veut le protocole. 

C’est à priori au sous-sol de l’hôtel que le feu aurait démarré à partir de câbles électriques. Une enquête est cependant toujours en cours et les résultats des expertises réalisées sur place ne sont pas encore définitifs. La piste accidentelle largement privilégiée devra donc être prochainement confirmée.

En attendant, les travaux de déblayage ont déjà commencé et la réouverture de l’entièreté de l’établissement est prévue dans un an. « On se fixe l’objectif d’août 2023 pour une pleine capacité » espère Bertrand Van Hauw. Mais l’homme a plus d’un tour dans son sac puisqu’une cuisine provisoire va être installée. Elle devrait, d’ici une trentaine de jours, permettre au chef Jofrane Dailly de proposer son incontournable cuisine à une douzaine de convives chaque soir.

Six chambres et douze couverts d’ici un mois

« La salle de séminaire sera bientôt aménagée en salle de restaurant et le Spa Canopée sera disponible en extérieur » ajoute Bertrand Van Hauw. Quant aux prix, ils seront revus à la baisse. Pour ces prestations, il faudra compter environ 40 à 50% de réduction comparé aux tarifs actuels.

Pour ceux qui ont vu leurs séjours annulés suite à l’incendie, le remboursement de leurs arrhes est en cours. 

D’ici un mois lors de la réouverture partielle, encore conditionnée à l’autorisation de la commission de sécurité, un tiers des effectifs devrait pouvoir reprendre le travail. Pour les deux tiers restants, des solutions individuelles seront trouvées. « Tous seront réembauchés en août 2023 lorsque notre activité reprendra son cours normal » précise le directeur qui indique que les travaux de reconstruction sont confiés à l’architecte réunionnais Christophe Pichan. Le premier coup de pioche devrait être donné en novembre prochain.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

4 voies du Tampon : Une voiture sur le toit

Un accident vient de se produire sur la quatre voies du Tampon. Un véhicule se trouve sur le toit au milieu de la voie descendante voiture sur le toit. De gros ralentissement sont en cours dans le secteur.

St-Louis : Redressé fiscalement, le commerçant devient trafiquant de drogue

Trois Mauriciens sont soupçonnés d’un trafic d’oiseaux et de stupéfiants inter-îles et sont derrière les barreaux depuis 10 mois en attendant leur jugement. Suite à une avarie moteur, leur speed boat qui devait rallier l’île soeur était resté en rade à Sainte-Rose en avril 2023. L’occasion de mettre la main sur leur contact réunionnais qui serait l’intermédiaire entre les cultivateurs de zamal péi et les trafiquants. Ce boutiquier de Saint-Louis avait pourtant fait fortune…