Revenir à la rubrique : Faits divers

Incarcéré à Domenjod après le vol d’une brosse à dent

La base de notre système judiciaire repose sur l'individualisation de la peine. Les magistrats tiennent comptent de la gravité des faits, des circonstances aggravantes et aussi de la personnalité du mis en cause. Cela inclut bien évidement le casier judiciaire. Un homme de 48 ans l'a appris à ses dépens ce mercredi lors de son passage en comparution immédiate.

Ecrit par Régis Labrousse – le vendredi 12 janvier 2024 à 06H12

Jean-Marc R., né en 1975, est interpellé par la police le 9 janvier dernier alors qu’il vient de dérober une brosse à dent et une semelle en silicone dans une pharmacie de Saint-Denis. Il est placé en garde à vue puis déféré au palais de justice pour être jugé ce mercredi 10 janvier. Lors de son interpellation, il est retrouvé en possession d’une carte bancaire qui n’est pas la sienne. Face aux juges, il reconnaît le vol dans la pharmacie, mais affirme avoir trouvé la carte dans une sacoche à terre. Là où le bât blesse, c’est quand le président aborde la question de son casier judiciaire qui comporte 43 mentions, quasiment toutes pour des larcins. « Je ne serais jamais jugé en tant qu’humain, mais en raison de mon passé ? Fé pas chié a moin« , s’emporte le prévenu. 

Pas de quoi impressionner le procureur de la République pour qui « ce dossier simple et singulier est inversement proportionnel au casier du prévenu« . Il lui rappelle également que « garder une carte bleue trouvée, c’est du vol« . Il souligne la « situation précaire du prévenu » et demande au tribunal « une peine significative afin de le réinsérer à sa sortie de prison« . Le parquet requiert six mois de prison et demande la révocation de six mois d’un sursis précédent ainsi qu’un mandat de dépôt. « Le placer en prison, c’est choisir la facilité« , répond la défense. La robe noire plaide pour une peine mixte avec le maintien d’une partie de sursis afin de pouvoir le suivre après sa détention. « Il est addict à l’alcool et la prison n’est pas un centre de soin« , conclut la défense. 

« Le tribunal a tenu compte de la répétition des faits de vol et de votre casier judiciaire. Plus cela ira, plus les peines seront lourdes », explique le président qui prononce une peine de sept mois de prison avec mandat de dépôt plus la révocation de six mois du sursis probatoire en cours. 

Thèmes : Domenjod | Saint-Denis
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
15 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Trafic de stupéfiants en bande organisée : 45 kilos de zamal péi retrouvés au domicile d’un cultivateur

Jean-Cédric L., 45 ans, a été arrêté pour avoir cultivé 45 kg de cannabis chez lui, impliqué dans un trafic entre l’Île Maurice et La Réunion. Après un an en détention provisoire, il a été placé sous contrôle judiciaire, mais reste sous les verrous après un appel du parquet. Le réseau d’envergure bien huilé révèle des envois fréquents et volumineux vers Maurice.

Soupçons d’emplois illégaux : Didier Robert, Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou se défendent à la barre

La deuxième journée du procès des emplois de cabinet de la Région a conforté la défense dans sa contestation de la partialité de l’enquête menée par l’OCLCIFF : les témoins auditionnés ont en effet tous confirmé l’effectivité des missions effectuées par les ex-conseillers techniques Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou, tandis que le troisième prévenu appelé à la barre, l’ancien président Didier Robert, a martelé sa légitimité, en tant que chef de l’administration, à choisir lui-même les personnes embauchées dans son cabinet. Enfin, le DGS d’alors Mohamed Ahmed, convoqué comme témoin, a souligné qu’un arrêté relatif à l’organisation administrative de la Région avait rattaché certains services au cabinet, sans que cela ne soit contesté ni par le contrôle de la légalité, ni par le tribunal administratif.

Rodéos urbains au Port : 10 motos saisies et détruites par la Police

Alors que depuis le début de l’année, une recrudescence des rodéos motorisés a été observée au Port avec pour conséquences deux accidents graves de la route, une opération menée par la Police ce jeudi a permis la saisie de 10 motos impliqués dans cette pratique illégale. Les deux-roues ont été détruits.