Revenir à la rubrique : Politique

Epicerie solidaire : Les politiques apportent leur soutien aux étudiants

Les étudiants ont rencontré le président de l'Université de La Réunion pour exprimer leur désarroi car l'Etat ne leur accorde pas d'avenant afin de financer les contrats de service civique qui leur permettent de répondre aux besoins de 4.000 étudiants. Une manifestation a été organisée ce matin. Plusieurs personnalités politiques apportent leur soutien au mouvement.

Ecrit par Nicolas Payet – le mercredi 17 mars 2021 à 13H04

Communiqué de Jean-Hugues Ratenon

J’apprends avec stupéfaction que l’Etat compte retirer l’agrément d’une dizaine de services civiques à l’Association Solidarité Etudiante Réunion. 

Je ne comprends pas cette décision et je regrette qu’il n’y ait pas eu de dialogue avec les étudiants pour aborder cette question et trouver une solution.  

Quel que soit le motif de cette annonce, peut-on comme cela pénaliser 4000 étudiants ? Je rappelle qu’être étudiant aujourd’hui est extrêmement difficile dans l’hexagone et encore plus à la Réunion. N’oublions pas que la crise covid19 est un facteur aggravant de cette situation.

Nous constatons en effet que beaucoup abandonnent par manque de moyens ; ne voit-on pas que les tentatives de suicides et les suicides sont en augmentation ces derniers mois ; des chiffres alarmants que doivent prendre en compte les gouvernants du pays. 

Conscients des difficultés des étudiants, avant même la crise covid, j’ai fait la proposition d’un revenu minimum étudiant que j’ai eu l’occasion d’aborder récemment encore à l’Assemblée Nationale, malheureusement le gouvernement n’a pas trouvé bon de l’étudier. Je rappelle que ce RME existe dans certaines villes de l’hexagone pour aider les parents et les étudiants à faire face à leurs difficultés.                                                                                                                                         

Je regrette l’attitude du gouvernement et j’espère qu’à un moment il prenne véritablement en considération cette nécessité et mette enfin des moyen pour étudier cette mesure.

Concernant l’épicerie solidaire et le snack, les chiffres sont là : 4000 étudiants les fréquentent. Des chiffres qui font la démonstration des grandes difficultés que rencontrent ces jeunes. Si l’épicerie et le snack pallient autant à leurs difficultés, il est par conséquent urgent de trouver des solutions pérennes pour permettre à la jeunesse réunionnaise d’étudier dans de bonnes conditions. 

Faire l’économie de cette réflexion c’est toujours vouloir que la Réunion n’avance pas et surtout que les Réunionnais restent toujours à terre. 

Je demande au Préfet, qui la main sur l’agrément, d’apporter la solution aux étudiants pour éviter toutes ruptures d’aides aux jeunes en difficulté. 

Des solutions existent : agréments pour les contrats civiques ; les PEC d’utilité sociale pouvant être financés par l’Etat et cofinancés par les collectivités locales : Région et Département.

Un budget tellement minime pour une grande solidarité en direction de 4000 étudiants. C’est quoi quelques milliers d’euros pour nos étudiants face à des millions d’euros gaspillés par nos gouvernants sur un territoire marqué par la pauvreté ? 

Communiqué d’Huguette Bello

Touch’ pa nout’ lépicerie

L’association “Solidarité Étudiante 974” fait un travail essentiel à destination des étudiants réunionnais, la structure a mis en place une épicerie solidaire.

En effet, l’association propose des repas et des produits à des tarifs préférentiels qui bénéficient à plus de 4 000 étudiants par mois. L’association compte 24 membres dont 4 salariés et une dizaine de personnes en service civique puis des bénévoles.

En cette période de crise sanitaire, au regard du mal-être et de la précarité qui sévit au sein de la communauté estudiantine, ces « îlots de solidarité” doivent être préservés. 

Or l’épicerie est menacée de fermeture partielle. En effet, la DRAJES (Délégation Régionale Académique et aux Sports) a refusé de renouveler la demande d’agrément de l’association pour bénéficier de contrats de service civique. 

Le non-renouvellement de cette demande d’agrément est un très mauvais signal envoyé aux étudiants et risque de leur porter un coup fatal.
 
Avec la crise sanitaire les “jobs étudiants” ont disparu, le “Restau-U” est fermé tous les soirs, les étudiants de “Solidarité Étudiante 974” sont présents pour faire face à cette crise qui frappe les étudiants de plein fouet.
 
Des moyens doivent être accordés. Il en va de la survie de nos étudiants donc de l’avenir de La Réunion.

Vincent Defaud, membre du Conseil Exécutif de Génération Ecologie, chargé des Outre-mer, Référent Génération Ecologie La Réunion Dans un contexte de détresse sociale étudiante après le confinement et maintenant le couvre-feu où les cours à l’université n’ont toujours pas retrouvé un rythme normal, les services de l’État ont a priori décidé de ne pas reconduire de nouveaux contrats en service civique à l’épicerie solidaire du campus. Ces services civiques sont pourtant nécessaires au bon fonctionnement de cette structure associative. Le risque de fermeture de l’épicerie est réel.
Génération Ecologie appelle les services de l’État à accompagner l’épicerie solidaire grâce au dispositif service civique car l’épicerie solidaire du campus correspond à une demande sociale des étudiants. Beaucoup d’entre-eux depuis le début de la crise sanitaire sont en grande souffrance et en grande précarité sans revenu (sans job étudiant, sans stage rémunéré) dans un isolement social sans précédent. Les étudiants peuvent ainsi éprouver de grandes difficultés pour se nourrir et sont dans un mal-être grandissant. L’épicerie solidaire du campus est pour eux une bouffée d’oxygène leur permettant de se restaurer convenablement.
Génération Ecologie milite pour la pérennisation des épiceries solidaires étudiantes grâce à des partenariats de circuit-court avec des producteurs locaux pour une alimentation saine et de proximité.
Ne sacrifions pas notre jeunesse alors que celle-ci est la force montante des combats d’avenir de nos territoires et de la planète.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Cirest veut conserver le statut de SPL pour Estival

Le conseil communautaire de la Cirest devra statuer ce soir sur la proposition du président Patrice Selly de résilier l’actuel contrat de délégation de service public avec la SPL Estival, en redressement judiciaire depuis presque un an. Mais la Cirest entend bien conserver le statut décrié de société publique locale (SPL) pour sa société de transport.

[Communiqué] « Le Président dévoile sa vraie nature »

Perceval Gaillard réagit à la prise de parole du président de la République hier. Si Emmanuel Macron a affirmé qu’ « aucun parti ne peut appliquer son programme, ni le NFP, ni la majorité présidentielle, ni la droite républicaine », pour le député Insoumis, « le Président dévoile sa vraie nature et celle du régime : une monarchie présidentielle ». Son communiqué :

[Communiqué] Le PLR affiche son soutien : « Lucie Castets doit être notre nouvelle Première ministre »

Le PLR d’Huguette Bello, alors pressentie comme première ministre d’un gouvernement NPF, a rapidement réagi à la proposition d’installer Lucie Castets à Matignon. Une décision que le PLR salue d’autant que la prise de parole du président de la République a inquiété. « Le PLR s’indigne face à ce déni de démocratie et à ce mépris du Président de la République qui refuse de reconnaître le résultat des élections législatives, faisant ainsi violence au peuple souverain ». Le communiqué du PLR :

La loi sur les retraites va-t-elle être abrogée ?

La présidente du groupe de la France insoumise Mathilde Panot, a annoncé aujourd’hui sur France Inter que son groupe allait déposer à l’Assemblée nationale une proposition de loi « pour abroger la réforme de la retraite à 64 ans ». « Nous sommes des militants de convictions et nous tiendrons […] le programme sur lequel nous sommes engagés », a-t-elle martelé, appelant les députés des autres groupes à prendre leurs « responsabilités ».
Et elle estime pouvoir trouver facilement une majorité pour le faire.