Revenir à la rubrique : Politique

En cas de victoire, Jordan Bardella souhaite un ministère d’Etat à l’Outremer

Jordan Bardella, président du Rassemblement National (RN), se prépare dans l’hypothèse d’une possible victoire électorale en esquissant les contours de son futur gouvernement. Parmi ses annonces, il prévoit la création d'un ministère d'État dédié à l'Outre-mer.

Ecrit par Pierrot Dupuy – le lundi 24 juin 2024 à 11H21

Jordan Bardella, dans une interview au Journal du Dimanche le 23 juin, a détaillé sa vision pour un gouvernement d’union nationale, « resserré et efficace« , soutenu par des secrétaires d’État et des ministres délégués de mission. « Tout est déjà prêt« , affirme-t-il, précisant qu’il a déjà « [son] gouvernement en tête » et que certaines personnalités concernées ont été avisées.

Contrairement à l’ancien gouvernement de Nicolas Sarkozy, Jordan Bardella n’envisage pas de recréer un ministère de l’Identité nationale, qu’il considère simplement comme une version rebaptisée du ministère de l’Intérieur. Sa priorité sera l’efficacité plutôt que la communication, et il souhaite constituer un exécutif capable de répondre rapidement et efficacement aux besoins du pays.

Pour constituer son gouvernement, Jordan Bardella prévoit d’inclure non seulement des membres du RN, mais aussi des Républicains proches d’Éric Ciotti, qui joueront un rôle important. « Éric Ciotti, lui-même, d’ailleurs » aurait une place réservée, en reconnaissance de son alliance avec Marine Le Pen. Jordan Bardella entend également inclure des personnalités de la société civile, choisies pour « leur compétence, leur sérieux et leur instinct politique« , afin d’apporter « des perspectives nouvelles et pragmatiques » au gouvernement.

La création d’un ministère d’État pour l’Outre-mer est une réponse directe aux critiques sur le manque de représentation de ces territoires dans les gouvernements successifs. Le président du RN souligne que les résultats électoraux du RN en Outre-mer justifient pleinement cette décision. « Je souhaite que l’Outre-mer participe pleinement à ce projet de redressement national que nous voulons mettre en œuvre« , explique-t-il, ajoutant que les territoires ultramarins sont essentiels à son projet politique.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
80 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Huguette Bello, Première ministre : « Une solution » pour Jean-Luc Mélenchon

Le fondateur de la France Insoumise a apporté son soutien à la proposition du Parti communiste français qui a cité Huguette Bello comme possible candidate à la tête d’un gouvernement de coalition à gauche. Le PCF et LFI sont favorables à cette idée, mais le Parti socialiste n’a pas encore donné son avis sur le sujet et doit tenir son conseil national ce samedi pour statuer sur le sujet.

Huguette Bello, Première ministre : Les arguments en sa faveur

L’Humanité a révélé que le Parti communiste français a proposé le nom d’Huguette Bello comme possible Première ministre venue de la coalition de gauche. Une hypothèse formulée suite aux désaccords entre les grands partis et qui prend un peu d’ampleur en cette fin de semaine alors que le Nouveau Front populaire n’arrive pas à se mettre d’accord.

Des figures dissidentes de La France insoumise lancent un nouveau mouvement politique

Plusieurs anciennes figures de La France insoumise (LFI), n’ayant pas été investies par leur parti lors des législatives anticipées, ont annoncé aujourd’hui la création de leur propre mouvement politique.
Parmi ces figures, on retrouve Clémentine Autain, Alexis Corbière, Danielle Simonnet et Raquel Garrido.
Ce nouveau groupe se nomme l’Association pour une république écologique et sociale (L’Après).

Qui prendra les rênes de la Région si Huguette Bello devient Première ministre ?

Contrairement au Conseil municipal qui doit à nouveau voter si le maire laisse son poste vacant, pour le Conseil régional, le premier vice-président est chargé d’assurer provisoirement la fonction. Si Huguette Bello est appelée à diriger le gouvernement, Patrick Lebreton deviendra donc de facto le patron de la Pyramide inversée.