Revenir à la rubrique : Communiqué

EELV Réunion : « Et hop, un pesticide de plus en missouk »

EELV Réunion dénonce par voie de communiqué la dérogation accordée uniquement pour La Réunion sur l'utilisation d'un pesticide.

Ecrit par EELV – le vendredi 18 août 2023 à 06H40

L’information est passée inaperçue. Le Ministère de la Transition écologique a publié au Journal Officiel, le 4 août dernier (https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000047931677), un arrêté autorisant « par dérogation », la vente sur le seul territoire réunionnais, d’un biocide, le Friponil, pour une période de 180 jours.

Officiellement, il s’agit de lutter contre la fourmi folle jaune, très invasive, agressive (capable de coloniser de nouveaux écosystèmes, de supplanter les fourmis locales et même d’attaquer des oisillons dans leur nid), particulièrement urticante car elle produit de l’acide formique. Cette espèce de fourmi est désormais très présente à La Réunion, notamment dans les champs de cannes et d’ananas.

Mais voilà, le Friponil est un insecticide agricole tellement toxique que nombre de produits phytopharmaceutiques à usage vétérinaire en contenant sont interdits. Depuis 2013, l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments considère qu’elle présente « un risque aigu élevé » pour la survie des abeilles quand il sert dans le traitement des semences. En 2017, utilisé pour protéger les poules contre les poux, il était au coeur du scandale dit des oeufs contaminés. L’année suivante, ce puissant neurotoxique, nocif par simple contact, a fait l’objet d’une campagne active sur les réseaux sociaux pour que soient retirés des rayons animalerie ses produits dérivés (tel le Frontline) contre les puces et les tiques des animaux familiers … tant câlinés par les enfants.

En Guadeloupe et en Guyane, jusqu’en 2020, le Friponil, vendu sous le nom de Blitz, a été commercialisé pour lutter contre la fourmi manioc considérée comme un insecte ravageur des cultures. Gourmande, au point de dévorer les cannes à sucre, la fourmi manioc chemine dans les forêts avec son butin sur le dos ! Constat : le Blitz a finalement été interdit au vu de sa toxicité car constituant une menace pour les pollinisateurs et parce qu’il y avait un risque évident de transfert de cette substance active vers les eaux souterraines.

EELV Réunion mesure l’urgence de faire face à ce bouleversement écosystémique induit par la propagation de cette espèce de fourmi et les retombées négatives sur l’activité agricole, mais considère néanmoins que les niveaux de pollution provoqués par le Fipronil (résultant de l’usage autorisé dans le cadre de cette autorisation) sont susceptibles d’avoir un impact écologique dommageable sur un large éventail d’invertébrés (insectes, vers de terre …), et que ce pesticide constitue un risque léthal non négligeable pour des animaux à sang froid, nous pensons au margouillat en particulier. De plus, cet usage peut négativement affecter des espèces utiles de fourmis qui occupent une place très importante dans certains cycles biogéochimiques favorisant la fertilité de certains sols, nettoyant et recyclant les cadavres d’insectes et les plantes en décomposition.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Point épidémiologique : 29 cas de paludisme recensés au premier semestre

Dans son point épidémiologique hebdomaire, Santé Publique France indique que l’île a connu 29 cas de paludisme cette première partie d’année, contre 31 pour tout 2023. Le Covid-19 est toujours sous surveillance, tandis qu’une hausse des hospitalisations est enregistrée pour des cas d’infection respiratoire aigüe.