Revenir à la rubrique : Politique

Des heurts lors de la visite de feu la médiathèque de St-Paul par les députées Bello et Bareigts

Les députées de la Réunion Ericka Bareigts et Huguette Bello se sont rendues ce matin dans le bâtiment construit pour être la médiathèque de Saint-Paul, mais qui est désormais le Conservatoire à rayonnement Régional, en compagnie du collectif Cimendef. Une visite qui s’est très mal passée, des heurts étant à déplorer. Dans un communiqué, la […]

Ecrit par B.A – le samedi 03 mars 2018 à 13H07

Les députées de la Réunion Ericka Bareigts et Huguette Bello se sont rendues ce matin dans le bâtiment construit pour être la médiathèque de Saint-Paul, mais qui est désormais le Conservatoire à rayonnement Régional, en compagnie du collectif Cimendef.

Une visite qui s’est très mal passée, des heurts étant à déplorer. Dans un communiqué, la Région Réunion dénonce l' »agression » d’un gardien par les deux femmes. 

Interrogée, Huguette Bello nie farouchement avoir violenté le vigile qui lui empêchait l’accès à un ascenseur. « Nous avons pu tromper sa vigilance, et sommes montées à l’étage. Il était question de travaux, qui rendraient impossible toute visite des lieux. Mais il n’y a pas de travaux », assure la députée.

Jeudi, Madame Bello avait prévenu Vincent Bègue, directeur de cabinet de Didier Robert, de la visite du bâtiment. Par retour de mail, la collectivité lui avait répondu que seul le rez-de-chaussée du bâtiment était accessible, en raison de « problèmes de sécurité liés à des travaux ».

Face aux parlementaires et au Collectif Cimendef, une contre-manifestation avait été prévue, que regrette Huguette Bello : « Nous sommes revenus aux bonnes vieilles méthodes des années 60, on humilie des agents de la région, les forçant à jouer le rôle de nervis ».

Le collectif Cimendef milite pour que le bâtiment retrouve son usage initial et devienne une grande médiathèque. « La violence est du côté de ceux qui interdisent l’accès de tout un peuple à la culture, la connaissance, et la recherche », commente Huguette Bello. 

Suzelle Boucher, du collectif Cimendef, affirme que la manifestation se voulait pacifique et médiatisée. Le but du rassemblement était de « montrer aux Réunionnais ce qu’ils allaient manquer de par la disparition de la médiathèque ». Selon Madame Boucher, il s’agit d’une opération « téléphonée ».  « Il est incroyable que la visite ait été empêchée, par des vigiles qui se sont montrés insultants », s’insurge-t-elle, réfutant par ailleurs toute violence de la part des deux députées. « Comment est-il possible que des députées de la République ne puissent avoir accès à un lieu public? », s’étonne Suzelle Boucher. « Il n’y a pas une ombre de travaux dans le bâtiment », affirme-t-elle.

Dans son communiqué, la Région Réunion annonce pour sa part qu’elle engage une action judiciaire.

 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

NRL : Audrey Bélim salue la prise en compte de l’inflation par l’AFIT France

Interrogé par Audrey Bélim, Franck Leroy, nouveau président de l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport (AFIT France),a assuré à la sénatrice que l’organisme prendrait en compte l’inflation dans son soutien financier au projet, jusqu’en 2028. « C’est un point fondamental qui n’était pas acquis », rappelle la parlementaire.

Philippe Naillet s’exprime au sujet du Chlordécone et du Fipronil à La Réunion

Le 29 février 2024, cinq propositions de loi, dont une visant à renforcer la protection des mineurs dans le sport et d’autres concernant le soutien aux TPE, l’encadrement des frais bancaires et la lutte contre les pénuries de médicaments, ont été adoptées. Philippe Naillet s’est exprimé sur la responsabilité de l’État dans le scandale du Chlordécone, également examiné à cette occasion.