Revenir à la rubrique : Communiqué | Société

Derniers jours pour s’inscrire aux concours de recrutement des surveillants pénitentiaires : 1200 postes à pourvoir

Une nouvelle campagne de recrutement de surveillants pénitentiaires a démarré le 18 mars 2024 avec l'ouverture des inscriptions à deux concours, le premier au niveau national et le second spécifique à l'Île-de-France. Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 2 mai 2024.

Ecrit par N.P. – le mardi 16 avril 2024 à 13H00

Le communiqué du ministère de la Justice :

Avec un budget sans précédent de près de 10 milliards d’euros et une réforme historique pour accélérer les carrières et revaloriser les professions, le ministère de la Justice poursuit ses efforts de recrutement en 2024, notamment pour renforcer le corps des surveillants pénitentiaires, troisième force de sécurité de notre pays.

Une nouvelle campagne de recrutement de surveillants pénitentiaires a démarré le 18 mars 2024 avec l’ouverture des inscriptions à deux concours, le premier au niveau national et le second spécifique à l’Île-de-France. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 2 mai 2024.

1 200 postes de surveillants pénitentiaires sont à pourvoir pour renforcer le corps des surveillants pénitentiaires, qui incarne la troisième force de sécurité en France. Acteurs principaux de la détention, les surveillants pénitentiaires assurent la prise en charge des personnes qui sont confiées par l’autorité judiciaire à l’administration pénitentiaire, en veillant notamment à la bonne exécution des obligations pénales et à la sécurité des citoyens. Au quotidien, ils participent également à la lutte contre la récidive, aux côtés des personnels pénitentiaires d’insertion et de probation, en favorisant la réinsertion des personnes détenues.

Une attractivité renforcée

Sous l’impulsion d’Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux, ministre de la Justice, la profession de surveillant pénitentiaire a connu en 2023 plusieurs avancées historiques d’ordre statutaire et indemnitaire, destinées à rendre la carrière beaucoup plus attractive.

En effet, depuis le 1er janvier 2024, le corps des surveillants pénitentiaires est désormais un corps de catégorie B, dont le recrutement sera effectué à partir de 2025 au niveau baccalauréat. Les deux concours de 2024 (printemps et automne) seront les derniers pour lesquels les candidats pourront postuler avec un niveau brevet des collèges. Le corps de commandement évolue quant à lui vers la catégorie A au 1er janvier 2024.

Une rémunération évolutive

Les lauréats des concours qui intègrent l’ENAP à Agen y suivent durant 6 mois une formation rémunérée. Cette formation alterne apprentissages théoriques et pratiques à l’école, et stages en établissements pénitentiaires. Les lauréats sont affectés en établissement en tant que stagiaire pendant un an et sont ensuite titularisés fonctionnaires. Depuis le 1er janvier 2024, un surveillant en sortie d’école bénéficie d’une rémunération nette de 1 990€.

En début de carrière, un surveillant pénitentiaire aura vu, entre 2017 et 2024, sa rémunération augmenter de plus de 200 € nets par mois pour passer de 1 770 à 1 990 euros nets mensuels.

Elève : rémunération de 1 441 € (hors primes de stage)
Surveillant : rémunération de 1 990 € à 2 746 €
Brigadier-chef : rémunération de 2 301 € à 2 804 €
Major : rémunération de 2 504 € à 3 050 €
Rémunération nette mensuelle au 01/01/2024, y compris primes liées aux fonctions (ICP et PSS), hors heures supplémentaires, dimanches, jours fériés, nuits et primes liées à la situation familiale ou géographique. La rémunération des élèves varie selon qu’ils soient en formation à l’Enap ou en stage.

Un métier de responsabilité avec de larges perspectives de spécialisation et d’évolution

Le métier de surveillant pénitentiaire intervient en lien étroit avec l’ensemble des services de la Justice ainsi que les forces de police et de gendarmerie.

Outre l’affectation en détention dans les établissements pénitentiaires, le métier de surveillant offre une grande diversité de fonctions et permet de se spécialiser dans de nombreux domaines : formateur des personnels, moniteur de sport, membre d’une équipe locale de sécurité (ELSP), membre d’une équipe régionale d’intervention et de sécurité (ÉRIS), agent spécialiste cynotechnique, membre d’une unité hospitalière spécifique, agent de surveillance électronique, armurier, etc.

La profession permet d’évoluer rapidement, notamment vers des fonctions d’encadrement et d’accéder à plusieurs niveaux de responsabilité, grâce à l’accès au corps de commandement.

Deux concours pour devenir surveillant pénitentiaire

Un concours national : à l’issue de leur formation, les lauréats de ce concours choisissent leur affectation parmi l’un des 187 établissements de France, en fonction de leur rang de classement et des postes proposés par l’administration pénitentiaire.

Un concours spécial en Île-de-France : les lauréats de ce concours exerceront en Île-de-France dès leur sortie de formation, et s’engageront à exercer pendant 6 ans dans leur établissement d’affectation. Ils percevront une prime de fidélisation de 8 000 euros versée en 3 fois, dont 4 000 euros dès le premier mois, 1 000 € au bout de 3 ans de service et 4 000 € à l’issue de la 5ème année de service. Les établissements concernés en Île-de-France sont :

Les centres pénitentiaires de Bois-d’Arcy, Fleury-Mérogis, Fresnes, Nanterre, Paris-La Santé, Sud Francilien et de Meaux-Chauconin
Les maisons d’arrêt d’Osny-Pontoise et Villepinte

 

MODALITÉS ET CONDITIONS D’ACCÈS AUX CONCOURS

Les inscriptions sont ouvertes du 18 mars au 2 mai 2024. Un candidat ne peut s’inscrire qu’à un seul concours parmi le concours national et le concours spécial Île-de-France. L’épreuve d’admissibilité se déroulera le 5 juin et sera suivie, pour les admissibles, d’épreuves d’admission du 21 août au 18 septembre 2024. Les résultats seront connus le 18 octobre 2024.

Il est également possible de devenir surveillant par la reconnaissance des acquis d’expérience professionnelle à l’oral (RAEP) avec 3 ans d’expérience minimum dans la sécurité.

Les candidats doivent :

Être de nationalité française
Être âgé de 18 ans minimum à 45 ans maximum au 1er janvier 2023
Être titulaire du brevet national des collèges, un diplôme ou titre classé au moins de niveau 3
Être en possession de ses droits civiques et d’un casier judiciaire vierge
Plus d’informations sur lajusticerecrute.fr/devenezsurveillant

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique