Revenir à la rubrique : Société

Crise de l’eau : La CGPER demande de la transparence et des Assises de l’eau

La proposition du Ministre Darmanin de reprendre à la charge de l'Etat la compétence de l'eau fait débat. Pour le syndicat agricole, "en proposant, une 'recentralisation' de la gestion de l’eau, le Ministre évite de répondre aux vraies questions…"

Ecrit par N.P. – le vendredi 27 octobre 2023 à 07H45

Le communiqué :

Avec le réchauffement climatique, ce qui devait arriver est malheureusement arrivé…Le manque d’eau dans l’Est et la sécheresse chronique dans l’Ouest replace dans l’actualité brulante la nécessité de gérer au mieux la ressource en eau…

A La CGPER, nous sommes fermement convaincus que la promotion et la défense des productions agricoles locales est une ardente priorité, et qu’elle doit reposer sur des actions concrètes et des engagements solides de la part de tous et notamment aussi du soutien des pouvoirs publics.

Depuis longtemps la CGPER a soulevé l’importance de trouver des solutions autres pour les éleveurs,que de les alimenter en camion citernes pendant les périodes de sécheresse. Nous avions jadis proposé une table ronde pour mettre tous les acteurs en action et trouver des solutions : Adduction d’eau pour l’agriculture, connections des réseaux, restauration des canalisations et réduction des fuites, sachant que la perte totale des réseaux avoisine les 50 voire
60%.

Si on est arrivé à cette situation aujourd’hui, cela veut clairement dire que les efforts n’ont pas été suffisants pour réduire ces pertes alors que les fonds européens destinés à structurer les filières agricoles et à faciliter l’urbanisation, sont versés à La Réunion. Le problème n’est donc pas que « l’Etat » reprenne en main la compétence transmise aux collectivités locales par les lois de décentralisation.

Les solutions à trouver ne sont qu’une question de bon sens, de priorités à fixer et sans doute de moyens ? Personne ne parle de ces millions de litres qu’on rejette à la mer dans l’Est de l’île. Certains « experts en tout », répondront qu’il faut respecter le cycle de l’eau et que c’est naturel que l’eau de la Rivière de l’Est, détournée pour faire tourner des turbines, retourne à la mer.

Mais si on pousse la réflexion plus loin, si cette eau était reprise pour servir les besoins en eau des ménages et des agriculteurs, ne retournera-t-elle pas en définitive à la mer ? Avec la situation alarmante de Mayotte, qui subit Zune sécheresse sans pareil, le trouble est jeté : La gestion d’urgence à Mayotte, bouscule les agendas des ministres… ils sont au chevet du malade, et on cherche à administrer des traitements de cheval, plutôt que de rechercher les causes de la maladie à Mayotte, comme à La Réunion.

Voilà la preuve s’il en fallait une, que le coût de l’inaction sera toujours plus cher que le cout de l’action. Le médicament : Une reprise en main par l’état des compétences transférées aux collectivités
locales, depuis les lois de décentralisation. Mais de quoi parle-t-on quand l’Etat à travers les propos de Mr. Le Ministre chargé des Outre-Mer, évoque une reprise en main possible de la compétence « Eau » à La Réunion, si les collectivités le souhaitent ».

S’agit-il de reprendre en main la compétence eau, ou s’agit-il d’un coup de com, pour dire aux élus réunionnais qu’ils ne sont pas à la hauteur de la situation ?

Peu importe, à la CGPER, nous osons espérer que les collectivités qui ont reçu la « competence eau », ne laisse pas l’état reprendre d’une main ce que la loi leur a donné de l’autre.
Gérald Darmanin a habilement surfé sur la question posé par un Député de La Réunion, naïvement il a feint de croire que le Député en question accusait l’irresponsabilité des élus réunionnais…

S’il s’agit effectivement de perte dans les réseaux, il faut que l’Etat et les collectivités locales prennent chacun leur responsabilité, car la politique de l’eau en France est encadrée par la directive européenne sur l’eau publiée en 2000 : Ce texte parle de solidarité financière organisée par Zune agence de l’eau en métropole et par un office de l’eau en outre-mer (hors Mayotte).

Alors en proposant, une « recentralisation » de la gestion de l’eau, le Ministre évite de répondre aux vrais questions… : Une des directives demande d’assurer une participation active des acteurs de l’eau et du public en prévoyant en particulier des consultations du public sur l’identification des questions principales qui se posent pour la gestion de l’eau dans le district.

Donc il ne s’agit pas simplement que l’Etat reprenne cette compétence pour régler le problème du manque d’eau, il s’agit plutôt de travailler dans la transparence pour que tous les citoyens, y comprise les agriculteurs participent en responsabilité à la gestion de la ressource et de la qualité de l’eau avant les canalisations, dans les canalisations et après sa consommation.

A la CGPER nous suggérons plutôt d’organiser des assisses de l’eau à La Réunion. Elles devront conduire chacun à prendre ses responsabilités et à l’Etat de jouer son rôle à travers la solidarité nationale et des financements à la hauteur de la situation. Ce en raison d’une actualité brulante : Le changement climatique.

Si nous en avons la volonté, nous pourrons sortir par le haut de cette crise de l’eau.

Jean Michel MOUTAMA, Président de la CGPER

Thèmes : CGPER | Eau
S’abonner
Notification pour
6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Antipode
3 mois il y a

Abolition de l’élevage et maraîchage pour tous !

Lucien DESCAVES
3 mois il y a

CGPER Syndicat de pleureuse Toujours à quémander des aides

Lui
3 mois il y a

La crise de l’eau, c’est une pure CONNERIE pour COUILLONÉ!!…

Max
3 mois il y a

Je ne change pas mon analyse
La construction de grandes retenues dans nos trois grandes rivières que sont la rivière Dumas, Saint-Étienne, la rivière des galets permettrait de stocker une partie de l’eau qui part à la mer et cela avec des résultats pour la production d’énergie, l’irrigation, le tourisme de l’eau, l’élevage de poissons et les activités connexes

valeo
3 mois il y a

Quand les entreprises de captage ne sont pas capables de délivrer plus de 68% de l’eau captée (sur 100 litres captés à La Réunion, 32 litres sont perdus dans la nature), il faut déjà commencer par employer des personnels compétents. Il y en a plein dans l’hexagone, faites les venir.

Gringo
3 mois il y a

La gestion de la compétence Eau a été transférée aux intercommunalités en 2020, mais il semble que l’État envisage déjà de reprendre cette responsabilité. Cela pourrait être une solution, car les intercommunalités rencontrent des difficultés dans sa mise en place, tout en étant sous le contrôle de l’État en ce qui concerne les ressources en eau. Si l’État souhaite assumer cette responsabilité, il devra faire face aux défis de sa gestion.

Dans la même rubrique

« Plus de 1.600 Evasan par an, et ça n’arrête pas d’augmenter »

Au cœur de la fronde qui oppose certains des élus les plus influents de l’île à l’Etat au sujet du non paiement de certaines prestations dues au CHU de La Réunion, la question du financement des Evasan interroge sur la volonté du gouvernement de maintenir ce dispositif dont le coût est évalué à 10 millions d’euros par an.

Eleanor s’éloigne des Mascareignes

La forte tempête tropicale modérée Eleanor poursuit sa course au sud des Mascareignes. Elle se situe désormais à 250 km au Sud de Maurice et devrait transiter affaiblie au large de La Réunion ce soir.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial