Revenir à la rubrique : Société

Corsair « sereine » malgré les doutes de l’UE sur son plan de restructuration révisé

Alors que la Commission européenne examine depuis le 5 février le plan de restructuration modifié de Corsair, la direction de la compagnie aérienne française a communiqué ce vendredi 5 avril pour se dire "sereine" sur l'issue de la procédure engagée. La Commission européenne veut déterminer si le plan de restructuration révisé au bénéfice de Corsair respecte les règles de l'UE en matière d'aides d'Etat. "À ce stade, sur la base de son évaluation préliminaire, la Commission doit procéder à une évaluation plus approfondie pour déterminer si le plan de restructuration révisé est compatible avec les règles de l'UE en matière d'aides d'État", avait indiqué l'exécutif européen à l'entame de sa procédure. En décembre dernier, la France avait présenté à la Commission des modifications au plan de restructuration qui prévoyait des mesures de soutien de l’ordre de 136 millions d’euros à la compagnie.

Ecrit par N.P. – le samedi 06 avril 2024 à 07H07
Pascal de Izaguirre, le président-directeur général de Corsair International

Le communiqué de Corsair :

Corsair prend acte de la communication de la Commission européenne et est confiant dans la validation de son plan de restructuration ajusté.

En décembre 2020, à la demande des autorités françaises, la Commission européenne avait validé le plan de restructuration de Corsair destiné à consolider sa viabilité de long terme.

Corsair ayant dû faire face à une dégradation forte de son environnement économique et financier, les autorités françaises ont demandé en septembre 2023 à la Commission à ce que ce plan puisse être ajusté. Cet ajustement est justifié par le fait que cette dégradation est exclusivement liée à des événements exceptionnels et extérieurs à Corsair (maintien des restrictions sanitaires jusqu’au début de l’exercice 2022/2023, mouvements sociaux dans les Antilles, forte augmentation du cours du kérosène liée à la guerre Ukraine/Russie).

Pour autant, la viabilité de Corsair, dont l’activité est en croissance et dont la rentabilité se redresse rapidement, est établie, y compris dans des scénarios de nouvelle dégradation de son environnement. Dans ce contexte, l’Etat français et un pool d’investisseurs ont trouvé en décembre 2023 un accord de principe visant à renforcer la structure capitalistique de manière adéquate de la compagnie et accompagner l’ajustement nécessaire de son plan de restructuration.

La décision de la Commission européenne d’ouvrir une procédure d’examen constitue dans ce cadre une étape technique et procédurale qui permettra aux autorités françaises et à Corsair d’apporter à la Commission toutes les réponses nécessaires à une validation de l’ajustement envisagé du plan de restructuration.

Cette étape procédurale n’a bien évidemment aucune incidence sur l’activité de Corsair qui est essentielle pour les territoires qu’elle dessert.

Pascal de Izaguirre, PDG de Corsair, déclare : « Cette étape logique permettra à Corsair et aux autorités françaises, avec qui nous sommes parfaitement alignés, de convaincre la Commission européenne du bien-fondé et du sens de notre projet, au niveau opérationnel, économique et financier. Corsair a déjà fait une grande partie du chemin dans son redressement, et cela commence d’ailleurs à porter ses fruits puisque nous bénéficions d’une dynamique commerciale très solide sur les derniers mois, grâce à une confiance accrue de nos clients et de nos partenaires. Nous sommes donc sereins et déterminés à poursuivre dans cette voie ».

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] 8 000 euros offerts pour la restauration du Chemin de croix de la Chapelle Pointue

Samedi 18 mai, dans le cadre de la Nuit des musées, Allianz France a remis à Béatrice Sigismeau, vice-Présidente du Conseil départemental, qui représentait le Président Cyrille Melchior, un don de 8 000 € pour la restauration du chemin de croix de la Chapelle Pointue, au Musée de Villèle. Une cérémonie à laquelle participait également la Conseillère départementale Eglantine Victorine.

Coup d’envoi de la Marche des visibilités ce dimanche

La Marche des visibilités va s’élancer du Jardin de l’Etat, à Saint-Denis, ce dimanche après-midi à 14h. Cette quatrième édition se terminera sur le Barachois avec des prises de parole et performances artistiques. Le Mois des visibilités doit, lui, s’achever le 25 juin prochain.

Le prix des oignons péi flambe sur les marchés

Depuis le mois dernier et l’interdiction par l’Inde de toute exportation de sa production d’oignons, les familles réunionnaises versent une larme à chaque fois qu’elles doivent s’approvisionner. Un lecteur de Zinfos974 nous a ainsi fait parvenir une photo prise samedi sur le marché de Saint-Pierre, où le prix de l’oignon péi, certes bien meilleur que son cousin indien, se négocie à 18 euros le kilo !

« L’histoire de la Buse est assez emblématique de la carrière d’un pirate de l’époque »

Si le mythe réunionnais du trésor de la Buse se nourrit depuis plusieurs décennies des nombreuses annonces, jamais confirmées, de découverte d’une potentielle cache secrète, Charles-Mézence Briseul estime qu’il faut rompre avec la coutume de la chasse au trésor et privilégier une archéologie de la piraterie. L’auteur de « La Buse, la biographie du plus grand pirate français » souligne par ailleurs que les rares éléments tangibles disponibles témoignent des difficultés financières du marin calaisien après le célèbre pillage de la Vierge du Cap.