Revenir à la rubrique : Economie

Coronavirus : Un « Comité exceptionnel de relance du tourisme 2020 » créé par la Région

Les acteurs du tourisme se sont entretenus par visioconférence avec le président de Région. "Nous sommes face à une situation d’extrême urgence où nous devons activer tous les leviers possibles", a affirmé Didier Robert.

Ecrit par Zinfos974 – le vendredi 27 mars 2020 à 16H14

Le Président de la Région Réunion s’est entretenu avec les acteurs du tourisme afin de définir des mesures à mettre en oeuvre devant permettre la survie de la filière fortement impactée par la crise sanitaire. Didier Robert souhaite le rassemblement de tous les intervenants autour d’un même plan d’action.

Etaient présents à cet échange mené par visioconférence, Pascal Gauci Secrétaire Général pour les Affaires Régionales à la Préfecture,  Stéphane Fouassin et Susan Soba, Président et Directrice Générale de l’Ile de La Réunion Tourisme, Azeddine Bouali et Gérard Argien, Président et Directeur de la Fédération Réunionnaise du Tourisme, Catherine Frécaut, Présidente des Entreprises de voyages, Patrick Serveaux, président de l’UMIH, Christian Wolff, Président de l’Union des Hôteliers de La Réunion, Didier Fauchard président du MEDEF,  Katherine Chatel, pour le Mouvement Des Entreprises de France, Lisianne Doki-Thonon pour la CPME, Pascal Viroleau Directeur des Îles Vanille. Yves Sculier, Président de l’Association de Défense des Professionnels indépendants du Tourisme de La Réunion, Mathieu Pitou, Président de l’Association Réunionnaise des Guides Accompagnateurs Touristiques, Sophie Durville, Présidente du Club du Tourisme, Agnès Lavaud pour le Syndicat des Professionnels des Activités de loisirs, Jérôme Turpin, Président du Syndicat National des Accompagnateurs de Montagne, Régine Moutan-Virin, Présidente de Clévacances Réunion, Alain Boyer pour l’Association des Gestionnaires des gîtes de Montagne, Frédéric Segart, Président des Gîtes de France, Eric Legrigeois et Henri Dupuis, Directeur Général et Directeur d’exploitation du Grand Port Maritime. 

Tous sont unanimes, il convient de traiter l’urgence du présent et d’anticiper les dispositifs pour un redémarrage de l’activité touristique, dès la sortie de crise. Que ce soit l’aérien, la croisière, les agences réceptives, l’hôtellerie, la restauration, les gîtes, l’observatoire du tourisme etc… chaque corps de métier est exposé à de grandes difficultés ne leur permettant pas de poursuivre une activité normale sur le long terme.

« Nous sommes face à une situation d’extrême urgence où nous devons activer tous les leviers possibles. Le Fonds de solidarité régional que nous avons défini la semaine dernière en compagnie des acteurs économiques, doit ici prendre tout son sens. Même chose pour le Fonds de solidarité national porté par le Gouvernement », affirme Didier Robert. Les dispositifs d’urgence déjà existants comme la mise au chômage partiel doivent être actionnés dès maintenant.

Les services de la Région, en particulier la Direction des Affaires Economiques, L’IRT, la FRT  restent pleinement mobilisés pour accompagner les acteurs du tourisme, filière stratégique et locomotive de l’économie du territoire. Didier Robert  a ainsi défini 3 grandes lignes directives:

Les aides d’urgences :

-Le Président réunira les établissements bancaires concernant les modalités de mise en application des garanties accordées aux entreprises.
-Les dispositifs des Fonds de soutien national et régional seront ouverts dès les premiers jours d’avril.
-Les dispositifs Fonds de Garanties et Prêt Rebond doivent permettre rapidement aux entreprises de bénéficier de trésorerie.
-Une sensibilisation auprès des services de l’Etat pour arriver à une meilleure fluidité et rapidité dans l’enregistrement et le traitement du chômage partiel réclamé par les entreprises.
-La  mobilisation immédiate des services de la Région.

Une stratégie pour le long terme

-La création d’un Comité exceptionnel de relance du tourisme 2020 au sein de la Région afin de gérer en commun la situation. Le Président de Région invite les acteurs à rejoindre cet espace de réflexion pour apporter collectivement des solutions.
-Dès la reprise de l’activité, une action forte est à mener auprès de la clientèle locale car cette crise sanitaire sans précédent, va modifier le comportement de chaque Réunionnais au regard de la consommation locale. 

Un engagement fort des Fonds européens du FEDER

-Un soutien et un effort particulier vers les compagnies aériennes doivent être mis en place, ainsi qu’une réévaluation des budgets de l’IRT et de la FRT notamment par une mobilisation plus forte des fonds européens.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Dérogation pour les produits de construction : « Une victoire écologique et sociale » pour Gaillard et Ratenon

Dans un communiqué, les députés Jean Hugues Ratenon et Perceval Gaillard saluent la décision du Parlement européen d’autoriser La Réunion et les autres territoires ultramarins à importer des produits de construction de pays tiers sans marquage CE. Une mesure permettant de réduire les coûts pour les entreprises et les consommateurs, tout en réduisant l’impact écologique associé au transport.

La CRC épingle la SAPHIR sur la gestion durable de l’eau

La Chambre régionale des comptes de La Réunion a publié son rapport d’observations définitives sur la société d’aménagement des périmètres hydroagricoles de La Réunion (SAPHIR), après son premier contrôle initié en février 2023. Le rapport, qui a finalisé ses observations en octobre 2023, critique les pratiques actuelles de SAPHIR, soulignant sa dépendance financière aux ventes d’eau et ses modalités d’action qui ne s’inscrivent pas pleinement dans une gestion durable de l’eau.

Henri Nijdam : “Le Quotidien ne sera pas un journal low-cost”

Propriétaires depuis ce mercredi à minuit du Quotidien, Henri Nijdam et Jean-Jacques Dijoux ont livré quelques éléments sur le futur du journal. Aux lecteurs, les nouveaux hommes forts de ce pilier de la presse locale assurent que Le Quotidien nouvelle formule sera de qualité.