Revenir à la rubrique : Santé

Coronavirus : les personnels administratifs du CHU s’inquiètent

Les personnels médicaux sont en première ligne face à la pandémie. Si médecins et infirmiers font face au virus et s’exposent, il en est de même pour le personnel administratif. Ces derniers se sentent oubliés.

Ecrit par Nicolas Payet – le samedi 21 mars 2020 à 08H59

Un membre de personnel administratif nous a fait parvenir un courrier anonyme que nous vous partageons :

 

 

Bonjour, par peur des représailles je souhaite rester anonyme.

Je vous écris aujourd’hui pour vous faire part du désarroi de certains personnels hospitaliers.

Cette catégorie d’agent qui ne compte pas aux yeux des pouvoirs publics et de la Direction du CHU de la Réunion, mais qui sont quand même présents et réquisitionnés pour continuer à travailler alors qu’ils travaillent dans des services administratifs.

On parle des soignants mais jamais des administratifs.

De nos jours, tout peut être mis en place pour faciliter le télétravail mais cela est refusé à certains personnels car cela coûte cher à l’établissement.

On incite le personnel à trouver des solutions de garde pour les enfants dans les écoles, les crèches ou encore la garderie créée au sein du CHU, pour être sûr qu’on pourra venir travailler.

Une note d’information précise même que les agents hospitaliers n’ont pas le droit de retrait.

Pour beaucoup, c’est un privilège de travailler dans la fonction publique, mais je peux vous dire que vous allez travailler la boule au ventre.

Je souhaiterai poser ces questions à Monsieur Le Directeur Général du CHU de la Réunion :
 
-Pensez-vous vraiment que le personnel administratif soit indispensable au CHU en ce moment ?
-Ne pensez-vous pas que c’est mettre inutilement en danger des personnels et leur famille ?
-Trouvez-vous normal que certains soient placées en confinement quand d’autres sont obligés de venir travailler ? Y aurait-il des passe-droits au CHU ? Quelle question ! me direz-vous. Comme si avant, il n’y en avait pas ! Certains services sont-ils plus méritants que d’autres ?
-Trouvez-vous normal de faire des économies au mépris de la sécurité des agents ?
-Trouvez-vous normal que des enfants voient leurs parents pleurer d’inquiétude et de peur parce qu’il faut aller travailler ?
-Trouvez-vous normal que les enfants des hospitaliers soient mis en danger en allant retrouver d’autres enfants dans des garderies alors que tous les autres enfants sont en confinement chez eux ?
-Trouvez-vous normal que certains services peuvent faire du télétravail et pas d’autres ?
-Y aurait-il des passe-droits au CHU ? Quelle question ! me direz-vous. Comme si avant, il n’y en avait pas !
-Trouvez-vous normal qu’au CHU on ferme sa bouche par peur des représailles ?

Agir comme cela, c’est mépriser le personnel.

Moi j’ai eu le courage de prendre un arrêt de travail, mais combien n’osent pas ? Combien ont peur ? Combien attraperont ce virus en venant travailler ? 

Un employé désemparé. 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Point épidémiologique : 29 cas de paludisme recensés au premier semestre

Dans son point épidémiologique hebdomaire, Santé Publique France indique que l’île a connu 29 cas de paludisme cette première partie d’année, contre 31 pour tout 2023. Le Covid-19 est toujours sous surveillance, tandis qu’une hausse des hospitalisations est enregistrée pour des cas d’infection respiratoire aigüe.

Aurar : La plainte de la CGSS classée sans suite

Alors que le parquet a décidé de classer l’affaire et a notifié la CGSS en 2022, l’association n’a été informée de cette décision qu’en juin dernier. Une très bonne nouvelle pour l’Aurar, qui espère que la fin des investigations permette de renouer avec la confiance des patients.

Le vaccin contre le chikungunya Ixchiq autorisé sur le marché européen

La société pharmaceutique franco-autrichienne Valneva a obtenu l’autorisation de vendre sur les territoire de l’Union européenne son vaccin contre le chikungunya dénommé Ixchiq. Cette maladie transmise par le moustique tigre avait causé de nombreux morts dans l’île à son apparition en 2005.

[Communiqué] Le CHOR présente le « Jeu des Émotions péi »

Le Centre Hospitalier Ouest Réunion (CHOR) a dévoilé mercredi 26 juillet 2024 le « Jeu des Émotions péi », un jeu de cartes co-créé par des artistes réunionnaises et des enfants hospitalisés. Soutenu par plusieurs institutions culturelles et sanitaires, ce projet innovant vise à aider les jeunes patients à exprimer leurs émotions à travers l’art.