Revenir à la rubrique : Economie

Coronavirus: Comment Air Austral traverse la crise

Entre les restrictions de voyage et les clients inquiets, la compagnie aérienne est sur tous les fronts pour assurer l’information des passagers, la protection de son personnel, ainsi que l’accompagnement économique de l’entreprise. Si tout le secteur touristique et notamment l’aérien est aujourd’hui affecté, Air Austral indique être confiant quant à la sortie de la crise, "mais il faut tout de même la passer".

Ecrit par zinfos974 – le lundi 23 mars 2020 à 17H41

Moins de vols, moins de contacts, pour moins de risques de propagation. C’est un peu le mot d’ordre au sein de la compagnie aérienne locale, qui a drastiquement réduit ses liaisons entre La Réunion, Mayotte et la métropole, et a complètement arrêté toutes les autres liaisons régionales.
 
La liaison Réunion-Marseille vient également d’être arrêtée cette semaine, mais les passagers encore autorisés à voyager selon les conditions imposées par les restrictions gouvernementales, peuvent s’ils le souhaitent, être transférés sur un vol à destination de Paris.
 
« La situation et les restrictions qui nous sont édictées nous ont emmené à concentrer nos vols long-courriers sur Paris. Des raisons logistiques, telles que le fonctionnement des aéroports ou encore les décisions de la SNCF ont également joué sur cette décision », détaille Air Austral.
 
Annulation et report des vols: jusqu’à 16.000 appels par jour
 
« Même si c’est paradoxal pour une compagnie aérienne, face à cette situation exceptionnelle nous invitons nos clients à reporter leur déplacement », nous explique Air Austral, qui a encore élargi ses conditions de modification ou d’annulation des billets:
 
Tout voyage réservé ou payé avant le 31 mai 2020 peut être modifié ou reporté sans frais, jusqu’au 30 novembre 2020, voire plus loin dans le temps sous certaines conditions cette fois.
 
« C’est une souplesse absolument nécéssaire, d’autant que nous savons qu’il n’était pas forcément simple de nous joindre la semaine dernière. Nous recevions jusqu’à 16.000 appels par jours, mais c’est redescendu depuis », explique la compagnie.
 
Pour faciliter encore les annulations pour les clients, un formulaire est disponible en ligne sur le site internet de Air Austral, qui permet au voyageur de ne pas perdre son billet s’il n’a pas réussi à joindre la compagnie.

 

Solidarité et chômage partiel pour le personnel
 
Avec une réduction drastique de son activité, Air Austral n’échappe pas aux conséquences économiques de cette crise sanitaire sans précédent:
 
« Nous avons dû réajuster en fonction des programmes des vols et nous avons appliqué des mesures au niveau du personnel », indique la compagnie, qui a d’abord encouragé à la prise de congés sans solde et à la prise de temps partiels, avant d’envisager la solution du chômage partiel là où cela est possible. 
 
« La totalité du personnel est impliqué dans ces actions mises en place par l’entreprise pour passer cette crise économique. Des appels au dons de congés et de primes ont été lancés, et l’ensemble de la direction s’y est joint. L’heure est à la solidarité: nous sommes confiants quant à la sortie de la crise, mais il faut la passer. »
 
« Le personnel qui est en vol le fait avec le sourire, même si c’est derrière un masque »
 
La protection du personnel toujours mobilisé, sur terre comme dans les airs, ainsi que des passagers, est une priorité pour Air Austral, qui a équipé ses hôtesses et stewards de masques, de gants, et de gel hydroalcoolique.
 
« Pour compléter ce dispositif, notre service uniforme est en train de fabriquer des masques en tissu selon les tutoriels proposés par certains hôpitaux en métropole, pour pouvoir équiper nos personnels si on devait manquer de masques », ajoute la compagnie.
 
En lien étroit avec les autorités sanitaires depuis le départ, Air Austral informe continuellement ses salariés de l’évolution des mesures de protection.
 
À bord, les contacts ont notamment été réduits en appliquant une distance de sécurité à l’accueil des passagers dans l’avion, et en limitant certains gestes de service qui ne seraient pas absolument nécessaires.
 
« À noter que, à bord d’un avion, l’air de la cabine est purifié et renouvelé toutes les trois minutes, ce qui vient limiter les risques de contamination. »
 
Parce qu’ils sont équipés et appliquent rigoureusement les mesures barrières, le personnel de bord n’est pas considéré comme des « personne-contact ». Une fois au sol, il n’est pas soumis aux mesures de quarantaine, mais adopte tout de même une attitude de distanciation sociale.
 
« Si la plupart des personnels navigants habitent à La Réunion, et peuvent se tenir à l’écart de leur famille, des chambres d’hôtel ont été réservées pour ceux qui ne le peuvent pas. »
 
« On fait en sorte que les règles de distanciation sociale soient respectées pour pouvoir continuer à opérer ces vols qui restent nécessaires. On a vraiment besoin d’eux, et aussi du personnel d’escale, qui est bien mobilisé et reste à l’écoute des passagers », ajoute la compagnie.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La CRC épingle la SAPHIR sur la gestion durable de l’eau

La Chambre régionale des comptes de La Réunion a publié son rapport d’observations définitives sur la société d’aménagement des périmètres hydroagricoles de La Réunion (SAPHIR), après son premier contrôle initié en février 2023. Le rapport, qui a finalisé ses observations en octobre 2023, critique les pratiques actuelles de SAPHIR, soulignant sa dépendance financière aux ventes d’eau et ses modalités d’action qui ne s’inscrivent pas pleinement dans une gestion durable de l’eau.

Henri Nijdam : “Le Quotidien ne sera pas un journal low-cost”

Propriétaires depuis ce mercredi à minuit du Quotidien, Henri Nijdam et Jean-Jacques Dijoux ont livré quelques éléments sur le futur du journal. Aux lecteurs, les nouveaux hommes forts de ce pilier de la presse locale assurent que Le Quotidien nouvelle formule sera de qualité.