Revenir à la rubrique : Politique

Le Port : Un budget primitif de 92 millions d’euros adopté

Le premier conseil municipal de la ville portoise de 2024 a été marqué par le vote du budget primitif de l’année à venir. Il s’élève à près de 73,2 millions d’euros, dans un contexte inflationniste qui incite “à la rigueur dans la gestion des comptes” pour Olivier Hoarau.

Ecrit par M.B – le vendredi 02 février 2024 à 16H36

La gestion des deniers publics était au cœur des débats de ce premier conseil municipal de la ville du Port de 2024. Si ce dernier atteignait un peu plus de 70 millions en 2023, le budget définitif de l’année passée avait finalement dépassé les 86 millions. “Nos charges ont augmenté en moyenne de 3,7% par an depuis 2017”, explique le maire. Entre l’augmentation des prix de l’électricité, le dégel du point d’indice ou l’augmentation du prix des denrées alimentaires pour la cantine, la ville voit ses dépenses flamber. Rien d’inquiétant pour la majorité municipale, mais cette dernière concède qu’une partie des financements repose sur des emprunts et des produits de cession. “Notre dette par habitant s’est réduite, pour atteindre 782 euros, soit une diminution de 500 euros depuis 2024”, se réjouit le maire. Ainsi, si le budget total s’élève à près de 92 millions d’euros, le fonctionnement de la ville englouti près de 73,2 millions d’euros.

Il n’y a jamais eu de gabegie, mais toujours une gestion sérieuse des finances. Le taux d’endettement de la ville a été réduit de moitié en 10 ans”, précise Armand Mouniata, l’adjoint aux finances du Port. C’est cette gestion “rigoureuse” qui permet à Olivier Hoarau de confirmer qu’il n’y aura pas de hausse des impôts locaux en 2024.

“Les gens reviennent au Port”

Avec près de 10 millions d’euros dégagés pour l’investissement, le Port veut renforcer son attractivité. Pour autant, “les plus gros projets ont été réalisés ou sont en train de l’être, ce qui nous permet de recentrer nos objectifs”, ajoute le maire. Ainsi, le budget du CCAS a été augmenté et devrait atteindre les 6,6 millions d’euros. Enfin, si Belal a relativement épargné cette commune de l’Ouest, le coût du cyclone n’est pas négligeable pour la collectivité. “500 000 euros ont été nécessaires pour remettre le Port en l’état”, précise Olivier Hoarau.

Signe d’une attractivité retrouvé pour l’édile, la population augmente. “Le Port a gagné 400 habitants, et 200 nouveaux marmailles ont été inscrits dans nos écoles. On parlait encore de supprimer des classes sur le territoire, ce n’est désormais plus à l’ordre du jour. Les gens reviennent au Port. La trajectoire est juste et les choix faits se confirment comme étant justes”, conclut le premier magistrat de la ville.

Thèmes : Le Port | Olivier Hoarau
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Toko
28 jours il y a

Oui je peut confirmer que les gens reviennent au port ou j’ai acheté une maison . Saint-Paul la commune d’où je viens devient invivable. C’est très sale une commune mal gérer avec des élus qui sont comme des tangues ne sort que quand les élections arrivent. Bravo mr le maire et vivement les prochaines élections pour virer ces incapables.

Portois
Répondre à  Toko
27 jours il y a

Oui effectivement les gens « reviennent » ils y élisent domicile. Ils viennent des îles de l’océan indien !!!
Nous attendons le retour du Maire, qu’il quitte enfin son quartier invivable de Saint-Gilles pour retrouver la paisible ville du Port. Je pense qu’il n’est pas nécessaire que je lui suggère Un quartier en particulier, ils se valent tous !
Le Port ça même, même !

Neutre
27 jours il y a

Le Port est une ville controversée, ou plutôt de moins en moins…
Les mauvaises langues savent que le vent tourne.
Il n’y a plus de foncier et les prix montent au Port.
Les investisseurs veulent s’y implanter.
Les plages de l’ouest ne suffisent plus, les gens aiment le dynamisme, ya qu’à voir le trafic routier sur le Port en semaine.

Dans la même rubrique

Comment prévenir le risque inondation ?

Notre ville de L’Étang-Salé n’est plus ce qu’il était, il y a 20 ans en terme de constructions et d’habitations. Notre réseau d’assainissement est devenu fébrile en raison de l’augmentation des constructions dans notre ville de L’Étang-Salé.