Revenir à la rubrique : Faits divers

Braquage d’un fourgon de cigarettes au Port : Emmanuel René lâché par Morby et Germain

Au deuxième jour de l'audience criminelle, la parole a été donnée aux trois accusés. Si l'un d'entre eux reconnaît et assume sa participation dans le braquage d'un fourgon de cigarettes au moment de la livraison de son chargement dans une boutique du Port, le 27 avril 2021 au matin, les deux co-accusés réfutent en bloc.

Ecrit par Isabelle Serre – le jeudi 07 décembre 2023 à 22H20

Au deuxième jour du procès des trois accusés du braquage d’un fourgon de cigarettes au Port le 27 avril 2021, Emmanuel René endosse sa responsabilité. Il déclare à la Cour assumer ce qu’il a fait et être « prêt à payer pour ses erreurs« . Le Portois de 24 ans confirme sa participation active et indique que même s’il ne tenait pas l’arme avec laquelle le livreur de cigarettes a été menacé, il a bien participé à son agression et au vol. Il précise que ce n’est pas lui qui a conduit le fourgon dérobé car ce matin-là, il s’était mis au volant du véhicule mais avait plusieurs fois calé au démarrage jusqu’à ce que, selon ses dires, Kevin Germain prenne le volant.

Après les expertises psychologiques et psychiatriques des trois mis en cause ainsi que les enquêtes de personnalité, la présidente de l’audience criminelle leur a donné la parole. Sans se démonter, Kevin Germain a déclaré qu’il n’était pas là le jour des faits et qu’il n’avait donc participé à rien. Même son de cloche du côté d’Alexandre Morby qui explique qu’il ne pouvait pas être présent ce matin-là puisqu’il était d’abord en visite chez son kinésithérapeute et ensuite occupé à emmener sa fille à l’école.

Les avocats du pompiste polyvalent incarcéré en 2019 et en 2020 ont essayé par leurs multiples questions de déstabiliser Emmanuel René afin d’abonder dans le sens de leur client. Malmené par les questions de Me Jacques Hoarau, l’accusé lâché par ses co-auteurs présumés, a confirmé avoir subi des pressions de la part d’Alexandre Morby au cours de son incarcération.

Chacun restant finalement sur ses positions, ce sera donc au jury populaire de se forger une intime conviction sur les responsabilités des uns et des autres.

Ce vendredi matin, la dernière journée du procès débutera par les plaidoiries des parties civiles. Puis, ce sera à l’avocate générale, Carine Fontaine, de prendre ses réquisitions. À l’issue des plaidoiries de la défense, Me Julien Baracco pour Kevin Germain, Me Jean-Jacques Morel pour Emmanuel René et enfin Mes Jacques, Hoarau et le bâtonnier Normane Omarjee pour Alexandre Morby, la cour se retirera dans un premier temps pour statuer sur la question qui lui a été posée par ces derniers. En effet, les conseils demandent à ce que la reconstitution des faits se tienne de nouveau. Pour les robes noires, les conditions dans lesquelles celle-ci s’est déroulée ne permettrait pas de déterminer avec certitude le déroulé exact des faits présumés. Une question cruciale dans ce procès.

La cour devrait ensuite se retirer pour délibérer. Le verdict devrait tomber enfin fin de journée.

Thèmes : Braquage | Le Port
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

William porté disparu depuis le 25 novembre

William Mardémoutou a été vu pour la dernière fois le 25 novembre dernier à Saint-Benoît. Il est âgé de 45 ans, il mesure entre 1,70 et 1,75m, il est de type Indopakistanais, de corpulence normale et a les cheveux courts, noirs et épais. Si vous disposez d’informations, appelez la gendarmerie de Saint-Benoît au 0262 50 33 82 ou en dehors des heures ouvrables, composez le 17.

Trafic de cocaïne Dubaï-Réunion et blanchiment : La tête de réseau présumée et sa compagne influenceuse confrontés

Il y a un an, Karim B., soupçonné d’être à la tête d’un réseau de trafic de cocaïne et de blanchiment d’argent en lien avec ce trafic, était placé en détention provisoire. Sa compagne, influenceuse et chroniqueuse TV, était également inquiétée, soupçonnée d’avoir été complice en tant que prête-nom d’une société d’import-export de véhicule qui aurait permis d’écouler une partie des sommes provenant du trafic. Tous deux vont se retrouver ce mardi après-midi dans le cabinet du juge d’instruction qui devrait confronter leurs déclarations.

Saint-Joseph : À 71 ans, elle va en prison pour violences conjugales

Une Saint-Joséphoise était jugée hier par le tribunal de Saint-Pierre pour des violences sur son conjoint en récidive. La septuagénaire souffre de problèmes psychiatriques qui lui causent une jalousie obsessionnelle avec une dangerosité avérée. Elle a été condamnée à sept mois de prison ferme.

Le Tampon : Elle le quitte, donc il tue ses poules

Un Tamponnais va passer 11 mois derrière les barreaux pour avoir commis en récidive des violences conjugales. Après avoir craché sur son ex qui tenait leur bébé dans les bras, il est allé tuer ses poules, car il affirme ne pas avoir eu d’autres solutions.

St-Louis : Une gentille voisine jugée pour abus de faiblesse

Entre avril 2017 et septembre 2019, Marie-Fabienne R. est soupçonnée d’avoir abusé de la vulnérabilité d’un homme handicapé dont elle s’occupait. Ce dernier souffre d’un handicap visuel et a rencontré la prévenue, jugée ce jeudi devant la cour d’appel, par l’intermédiaire de voisins.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial