Revenir à la rubrique : Culture | Société

Alfred Chane-Pane : « Mon projet est de maintenir les deux journaux »

La presse réunionnaise va mal. C’est un fait incontestable. Le Quotidien est en liquidation et les jours du JIR, à ce qu’en dit lui-même son PDG, sont comptés. Dans ce contexte morose, une lueur d’espoir apparaît cependant. Un chef d’entreprise de La Réunion, Alfred Chane-Pane, imprimeur de métier, et donc parfaitement au courant de toutes les problématiques de la presse écrite, n’a pu se résoudre à voir les fleurons de la presse quotidienne mourir.

Ecrit par Pierrot Dupuy – le mercredi 29 novembre 2023 à 20H02

« Ne rien faire alors qu’on en a la possibilité est une faute morale », nous explique-t-il. Il a pris son bâton de pèlerin et a fait le tour d’amis chefs d’entreprise comme lui en leur proposant d’entrer au capital d’une société qui viendrait au secours des journaux en difficulté. Il a réuni à ce jour la somme d’1,5 million, suffisamment selon lui pour sauver les deux journaux.

« Mon ambition est de réussir à faire deux journaux à l’équilibre financièrement qui pourront vivre sans subventions, que ce soit de l’État ou de la Région. Je sais les journalistes très attachés à leur indépendance. Comment peut-on se penser indépendants si l’on dépend de subventions pour vivre ? L’équilibre des comptes est la seule garantie d’une véritable indépendance », affirme-t-il avec force, avant d’ajouter, « cet équilibre est bien évidemment aussi gage de pérennité, et les fonds publics (l’argent de nos impôts) n’ont pas vocation à financer des entreprises inefficaces. »

Mais comment espérer arriver à cet équilibre alors que le JIR et Le Quotidien perdent chacun aujourd’hui plusieurs millions par an ? « C’est simple, nous répond-il. En faisant ce que le gouvernement demande aux deux patrons de presse depuis des années, qu’ils ont à maintes reprises promis de réaliser et qu’ils n’ont jamais fait : en mutualisant les différents services, à part les rédactions. »

« Mon projet est de maintenir les deux journaux. Deux sociétés différentes, avec deux rédactions différentes, dans des locaux différents. Et en mutualisant tout le reste : l’impression, la distribution, etc… Avez-vous conscience que tous les matins, à la même heure, des camionnettes partent du même endroit, les unes chargées de Quotidien et les autres de JIR, et traversent toute l’ile pour se rendre chez les mêmes dépositaires ? Il suffira de tout regrouper dans une seule camionnette pour faire d’énormes économies. Il en est de même pour l’impression. La presse réunionnaise est sans doute l’une des dernières au monde à avoir ses propres rotatives. Tous les journaux ont sous-traité avec des imprimeries externes qui se rentabilisent en imprimant des magazines, des livres ou des prospectus. Dès lors, elles peuvent imprimer les journaux pour un coût marginal. Par exemple, nous ramènerons le Quotidien à l’équilibre rien qu’en changeant d’imprimeur », détaille l’entrepreneur.

Les jours du Quotidien semblent comptés. Le 13 décembre, sauf nouvel évènement, le tribunal risque de prononcer la liquidation du journal. Alfred Chane-Pane compte-t-il reprendre son personnel ? « Bien évidemment. Je peux d’ores et déjà affirmer que je compte reprendre tout le personnel administratif et commercial. Concernant la rédaction, nous reprendrons tous ceux qui sont prêts à travailler avec nous », affirme-t-il.

Reprendre un journal en liquidation n’est pas une mince affaire. Il se passera un délai incompressible pendant lequel le journal ne paraîtra pas, ne serait-ce que le temps nécessaire aux licenciements économiques réalisés par le mandataire judiciaire. « Mon ambition est que le journal dans sa version papier renaisse le plus vite possible. En attendant, j’ai décidé de lancer une version numérique qui pourrait sortir à brève échéance. Nous avons d’ores et déjà commencé à embaucher des journalistes. Que les Réunionnais se rassurent, d’une façon ou d’une autre, la liberté de la presse sera préservée et ils pourront toujours, tous les matins, lire leurs deux journaux », conclut Alfred Chane-Pane.

Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
31 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Jean
3 mois il y a

Internet les a tuer c’est une question de temp malheureusement

ha ha
Répondre à  Jean
3 mois il y a

ou tout simplement la qualité de l’offre. Faut vivre avec son temps. On a une partie du spectre journalistique local qui lèchent les botes des élus locaux (peut être un poste en vue dans certains services com des collectivités). En tant que citoyen et ancien consommateur de journal, çà ne m’intéresse plus les articles, qui pour certains manquent de fonds et il y a rarement des enquêtes.

ma vérité
3 mois il y a

pour quoi faire quand les journaux son vendu les infos on les a eux deja depuis la veille sur internet sa reunion 1er antenne reunion plus besoin sa coute un pognon de dingue et sa serre a rien avec des programmes de pietre qualité a voir nul ou cul cul les journaux la meme chose s est depasser la presse ecrit s est fin meme passer a autre chose

Candide mais pas amnésique
3 mois il y a

Monsieur Chane Pane, arrêtez de dire n’importe quoi ! On se souvient très bien du sale coup que vous avez fait au JIR.

Blackos
3 mois il y a

Pourquoi il a pas déposé une offre de reprise alors ? C’est inhumains!
Il préfères faire fermer l’entreprise, laisser des dizaines de salariés sur le carreau sans indemnités. En plus a l’approche de Noël ça montre bien l’importance de l’humain pour ces gens là………..

Gaby
3 mois il y a

Il y a au moins deux journalistes au quotidien et deux au jir qui vont être content. Depuis le temps qu’ils bosse par derrière pour Chane Panne.

Eric974
3 mois il y a

Pathétique ce chane pane… Li veu passé pour un espece de sauveur, li fé tro linteressan !

Domi
Répondre à  Eric974
3 mois il y a

Et … si ce sieur Chane Pane n’avaient rien à f….. de ces deux journaux ? Mais une affection toute particulière pour … ses rotatives !!!!
C’est lui qui parle de devoir moral !!!! Il prend vraiment les Réunionnais pour des simplets

Alex
3 mois il y a

Pas mauvais la stratégie … M. Chane Pane veut entrer dans le cercle très fermé des patrons press à la Drahi , Bollorré , Niels avec sa dispora et un risque limité vu que chacun met des sous dans un pot. Essayer de nous faire croire à une independance en plus mdr. Il veut peser plus lourd politiquement, judiciairement et contenir l image des copains car un article sur un associé ou sur soi ne paraitra jamais. A la Run, ils seront qua-si intouchables vu qu ils auront les 2 journeaux. La maison brûle mais jai mis assez papier pour bien flamber le tout… et en même temps jai mis lechelle pour sauver les résidents. La stratégie est calculée depuis un moment. Bref. En tout cas messieurs assurez vous davoir les héritiers pour continuer vos oeuvres car quand lhorloge va faire TAC personne ne saura là pour vous sauvez mais vous croquez sùrement 🙄.

Lulu
3 mois il y a

vous vouliez un repreneur du jus, ben vous l’aurez peut être mais sa vision rouge de la société vous l’aurez voulu , c’est comme cela qu’on s’enferme….après la fameuse maison de la kiltire……!

Mentèr
3 mois il y a

Ouais, tu es juste une marionnette de la Région qui tire les ficelles 🤑🤢🤮

TiCensureBanaApresQuoo
3 mois il y a

Il s’agit de reprendre les journaux ou de crée un énième média sur le net ?

Pas top pour les salariés du quotidien…

Réflexions …..
3 mois il y a

Au delà de la définition du nouveau modèle économique proposé ( mutualisation) par Chane Pane je me pose deux questions :
de quoi le contenu de ces journaux sera t il fait ? ( j’ai vu le JIR maigrir d’année en année et ressembler à un patient en phase terminale.)
Les «  informations «  contenues dans ces journaux sont elles pertinentes et sont elles suffisamment indépendantes de la doxa et de la pensée gouvernementale ?

Vérité
3 mois il y a

4 jiournalistes du JIR et du Quotidien qui travaillent pour Chane Pane ?
Ce ne sont pas les seuls !
Un cadre haut placé au JIR participe déjà depuis des mois à cette opération…

lemur
3 mois il y a

il faut trouver du boulot pour faire tourner les rotatives d icp roto, la grande distribution a baisser de 30 a 40% la publicite papier, leclerc l a totalement arreter, une grande partie de l impression ( rotative oblige) d icp est axe sur la grande distribution, donc ce monsieur trouve son interet a maintenir les 2 journaux, puisque ils seront imprime tout les 2 chez icp, pour resumer, la presse papier est amener a disparaitre; et petit a petit l imprimerie egalement

JD974
3 mois il y a

Imprimer pile et face le même jour voilà ce que cherchent les imprimeurs !

Lire pile et face le même jour c’est dépenser deux fois trop pour chercher des petites nuances sur ce que l’on a entendu à la télé ou sur son ordi hier.

Marina
3 mois il y a

Sauver les 2 titres, quelle gageure, qu’attendez vous pour faire une offre auprès du Tribunal ? Pourquoi voulez vous attendre et ne publier que sur le net ? ce sot les journalistes qui vous posent problème ? pourquoi ? pourquoi ne vous exprimer que dans les colonnes de zinfos974 ? ah oui ils sont tellement complaisants avec vous que vous pouvez raconter n’importe quoi sans qu »ils vous contredisent et après vous allez faire une presse indépendante ? Qui peut y croire ? à part vous et zinfos 974 qui n’est même pas fichu de faire un vrai boulot de journaliste

Zanatany
3 mois il y a

L’arzent, sinon plus de presse = plus rien à imprimer sauf les bulletins pour les élections et comme il n’y en a peu en 2024…
La pub diminue avec les écolos, les livres, plus d’imprimeurs comme avant…

cheche
3 mois il y a

Pourquoi pas si c’est pour sauver des centaines d’emploi en mutualisant les moyens en materiels et humains. En innovant,magazines, encarts sportifs et hippiques…mais a la condition « sine qua non » que chaque journal conserve sa liberte d’expression…sans pression directoriale ou politique. La lecture d’un journal sur un i-iphone aux dimensions tres reduites (bonne vue!)on y va a l’essentiel sans s’appesantir sur le detail(dossiers de fond notamment)) ne vaut pas celle d’un format papier ou l’on prend le temps de lire et d’analyser…

Totoss tonmomon.
3 mois il y a

Quels deux journaux ? Le quotidien est déjà vendu à l’ennemi, il ne reste que le JIR, si monsieur Tillier était beaucoup moins arrogant, il aurait certainement été aidé par les collectivités.
La ville de Saint Denis fait de la pub inutile tous les jours sur certaines radios, pourquoi ne pas la réorienter ?
.
Il y a beaucoup de Réunionnais sur Telegram et TikTok, les gens ont marre de la propagande pro-occdentale, LCI, Cnews, BFMTV , France 24, etc, tous ces médias détenus par les étrangers qui travaillent contre la France.
Ce n’est pas de l’information, si on veut voir les crimes des nazis ukrainien, il faut aller sur Telegram, des nazis israéliens c’est sur TikTok, des enfants Palestiniens le visage ensanglanté, les membre arrachés, les bébés morts dans les couveuses, les enfants 3/5 ans roués de coups par Tsahal, les juifs roués de coups par Tsahal, les démentis sur le crimes du Hamas, ce n’est pas sur la presse française qu’on va trouver et encore moins, la presse réunionnaise.

Quand on est sur TikTok, Telegram, YouTube , Instagram, Facebook, on ne paye rien, c’est la publicité qui leur rapporte de l’argent, c’est de la publicité qui ne va pas à la presse locale.

Des entreprises locales ont compris qu’investir dans les supports étrangers était beaucoup plus bénéfique.

Les gens ne croient plus  » la propagande de son maître  »
Les gens ne veulent plus de  » la voix de son maître  »
Les gens ne veulent plus voir  » l’image de son maître  »

PEC-PEC
3 mois il y a

Il y a bien longtemps, lors de l’incendie du JIR , Alain Bailly avait proposé la gestion d’une imprimerie unique pour les deux titres ce qui était une mesure de bon sens hélas pas suivi d’effet. Pierrot Dupuy pourrait nous éclairer sur cet épisode. Monsieur Chane Pane ne fait que reprendre cette idée vieille d’une trentaine d’années… Seule solution capable de conserver le pluralisme de la presse papier.

Le sceptique
3 mois il y a

Force est de reconnaître que le JIR comme le Quotidien sont assez médiocres. Ce n’était pas le cas il y a une dizaine d’années. Grosse concurrence d’internet. Faudrait apporter un plus. Ce n’est pas le cas. Je lis que le JIR a fait un prêt d’1 ion d’€ pour une opération de mutualisation non effectuée. Ils voudraient que le prêt soit effacé. Mais où est passé l’argent? De la même façon les dettes fiscales et sociales du JIR sont de l’ordre de 600000 €. Qu’il faudrait aussi effacer! Qu’en pense le petit artisan qui lui est sommé de payer ses dettes. Le très généreux système social français repose sur la participation de chacun. Visiblement ici on fait la leçon à la terre entière mais jamais à soi-même. Notons que l’intérimaire de Tillier le samedi matin a rejoint la mairie de Sainte Marie. Il était tout aussi agressif mais moins brillant. Après avoir sévi à Témoignages, le voilà casé dans une mairie. Aucune mise en concurrence mais du gros copinage. Les donneurs de leçons n’ont guère de décence.

Aze
3 mois il y a

Son projet c’est surtout de récupérer un maximum de subventions pour s’engraisser avec l’argent public 🙃

Bernard
3 mois il y a

Un vrai danger pour la démocratie que cet homme d’affaires tentaculaire. Intéressez vous au personnage et à ses activités.
Vous y croyez à son blabla de sauveur innocent qui voudrait empêcher la presse locale de mourir ? Vous vous rappelez son chantage au JIR ?
De la manipulation. On sait à qui cela profite ………..

Bam bam
3 mois il y a

À l’écouter ça paraît si facile !

Ericka
3 mois il y a

Il faut faire le maximum pour que le quotidien et le Journal de l’île ne disparaissent surtout pas. La presse écrite locale a un rôle important à tous les points de vue.

Auguste
3 mois il y a

Opération mangue mûre c’est la saison.A méditer

Marcy
3 mois il y a

« Ne rien faire alors qu’on en a la possibilité est une faute morale »,
Ben porte toi acquéreur alors.

"Z'endettes"
3 mois il y a

Mutualiser ‘c’est suppression d’emplois monsieur .
Mutualiser l’impression cest de vous garantir encore plus d’argent monsieur avec votre imprimerie.
Mutualiser et après vous décidez qui et quand vous imprimez monsieur le sois disant sauveur.
Vous êtes la pour gagner l’argent augmenter votre patrimoine!
Je plains la rédaction des 02 journeaux avec vous à sa tête!!!

POALO
3 mois il y a

Les journaux ne vends plus à la Reunion il faut poser la question pkoi? ET PUIS PEUT ËTRES IL Y A DES GROS SALAIRES ? tous les annonces sont payant? pas internet çà, madagascar il y a plus des journaux que la REUNION ici 2 journaux KO , çà il y a des mangeurs sous dans ces journaux, il ne faut pas l’état met de l’argent sans poser question ? il n y a pas repreneur la REUNION ? il faut laisser la société FRANCAISE rentré dedans , nous somme français hein , réyoné veut plus il veut que gagné gagné, comme AIR AUSTRAL ………………………….

zan
3 mois il y a

Nan nan – ils sont juste nuls !

Dans la même rubrique

Un diagnostic global du Sport à La Réunion pour façonner demain

La Conférence régionale du sport va lancer ses ateliers de concertation afin d’aboutir à un diagnostic général du sport à La Réunion et d’adopter un Projet sportif territorial (PST). C’est pourquoi tous les acteurs gravitant autour du monde du sport sont invités à venir donner leur avis pour préparer au mieux l’île à la pratique sportive de demain.

La Plus Fashion Week fait son show à l’hôtel Créolia

La première édition de La Plus Fashion Week océan Indien organisé par l’association Ô Cœur des Femmes, s’est tenu hier soir à l’hôtel Excel Créolia à Saint-Denis. Un show de trois heures, mélange de catwalk de collections et de tableaux artistiques qui ont ravi un public nombreux venu apprécier la diversité des mannequins et le professionnalisme des organisateurs.

Après vingt ans de conflit, l’élevage bovin de la famille Bègue pourrait être régularisé

Entre nécessité de préservation de l’environnement d’un côté, et appel à la défense d’une activité pastorale de l’autre, le débat sur l’élevage bovin de la famille Bègue, dans le fond de la rivière de l’Est, symbolise les fortes tensions entre autorités de tutelle et agriculteurs installés dans le cœur du Parc national. Après un an de médiation avec l’ONF, le Département, le Parc national et la Daaf, la possibilité d’un règlement à l’amiable, par le biais de la signature d’une convention d’occupation temporaire, semble être envisagée. Même si le Parc national, échaudé, requiert de solides garanties, notamment en matière de lutte contre les espèces exotiques invasives.