Revenir à la rubrique : Politique | Société

À La Réunion, les imprimeurs préviennent que tous les candidats ne pourront pas avoir leurs bulletins de vote

Faute de stocks de papier en quantité suffisante et en raison des délais très contraints imposés par le calendrier électoral, les imprimeurs de l'île assurent qu'ils ne pourront pas répondre à la demande de tous les candidats pour réaliser bulletins de vote et professions de foi.

Ecrit par Thierry Lauret – le jeudi 13 juin 2024 à 14H33
Photo : Pierre Marchal/Anakao Press

On pourrait penser que l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron fait le bonheur des imprimeurs de la place, avec la perspective des élections législatives qui se profile moins d’un mois après les européennes, un scrutin aux bulletins de vote très grands formats.

À les entendre, ce ne serait pas forcément le cas : les stocks de papier sont insuffisants et les délais impartis par le calendrier électoral, extrêmement courts, ne permettent pas d’envisager de se réapprovisionner par bateau. Outre les bulletins de vote, ce sont aussi les professions de foi qui devront être imprimées avant le 20 juin. Le tout en tenant compte des réglementations de l’État qui fixent le grammage du papier (70 grammes) et les normes environnementales de production à respecter.

Des dizaines de milliers de bulletins et de professions de foi dont la production doit être anticipée, ce qui n’est absolument pas le cas pour le scrutin du 30 juin prochain. En 2022, pas moins de 92 candidats s’étaient présentés aux législatives dans les sept circonscriptions de La Réunion (soit une moyenne de 13,14 candidats par circonscription), un record qui ne devrait pas être battu cette année, en raison du manque de temps laissé aux candidats pour se préparer. Et surtout pour réunir les fonds permettant de mener campagne.

« En 2022, j’avais fait 25 candidats. Là, si j’en fais entre 5 et 10, ce sera le grand maximum. Même s’il y a une tolérance sur le grammage du papier, entre 70 et 80 grammes, on a beaucoup de mal à s’approvisionner. Je me suis renseigné pour en faire venir de Maurice, mais il n’y a pas de bateau qui arrive ce week-end. En plus, le prix du papier a explosé en deux ans, les tarifs de la préfecture ne sont plus d’actualité », explique-t-on à la Société Dionysienne d’Impression (SDI).

Les candidats les plus fortunés peuvent toujours envisager d’importer du papier par avion, mais le surcoût viendra gréver leurs frais de campagne (47,5% du montant plafond des dépenses remboursés, en cas d’obtention d’au moins 5% des suffrages exprimés au 1er tour).

« Beaucoup de candidats vont rester à terre »

 

« On est juste en stock, mais c’est surtout le timing qui est trop court », commente pour sa part l’imprimerie Ah-Sing. « Les candidats sont déjà en retard pour donner leur bulletin et leur profession de foi. Ils doivent faire les photos, les maquettes et ensuite tout faire valider par la préfecture. Tant que ce n’est pas validé, ce n’est pas imprimé. »

Tous les imprimeurs interrogés (ils sont peu dans l’île à disposer de capacités industrielles permettant de répondre au cahier des charges) estiment qu’ils ne pourront pas satisfaire la demande de l’ensemble des candidats, principalement en raison du manque de papier. L’un d’entre eux évoque la nécessité de faire travailler les équipes jours et nuits afin de tenir les délais.

Chez ICP Roto, on confirme le faible niveau des stocks disponibles dans l’île de papier 70 grammes aux normes PEFT (Programme for the Endorsement of Forest Certification) ou FSC (Forest Stewardship Council), les deux principaux labels de certification de papier provenant de forêts durables. « Tous les imprimeurs qui se fournissent en Chine, ils oublient. ICP Roto est certifié Imprim’Vert, ce qui signifie qu’on est dans l’obligation de proposer uniquement du papier certifié à nos clients », précise l’entreprise, en soulignant n’être toutefois pas en mesure de satisfaire toutes les demandes des candidats.

« Les clients habitués seront privilégiés, mais beaucoup de candidats vont rester à terre, c’est certain », résume ainsi un imprimeur.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
18 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Cirest vote 800.000 euros d’aides pour combler la trésorerie de la SPL Estival

Le président Patrice Selly a informé ce mercredi soir les élus communautaires qu’ils devaient résilier l’actuelle délégation de service public de la SPL Estival, seule condition permettant le versement d’une aide forfaitaire de 800.000 euros. Un nouveau contrat sera passé avec la SPL, lequel prévoit en outre d’abonder le capital de 300.000 euros par an pendant 10 ans pour apurer la dette.

Errance animale : Plus de 1.400 captures en 2023 dans l’Ouest

La signature d’une nouvelle convention entre trois associations et le Territoire de l’Ouest sur le sujet de l’errance animale a été l’occasion pour la collectivité de présenter son bilan en la matière. Alors que la question a enflammé l’actualité récente, la collectivité affirme prendre le problème à bras-le-corps.

La Cirest veut conserver le statut de SPL pour Estival

Le conseil communautaire de la Cirest devra statuer ce soir sur la proposition du président Patrice Selly de résilier l’actuel contrat de délégation de service public avec la SPL Estival, en redressement judiciaire depuis presque un an. Mais la Cirest entend bien conserver le statut décrié de société publique locale (SPL) pour sa société de transport.

[Communiqué] « Le Président dévoile sa vraie nature »

Perceval Gaillard réagit à la prise de parole du président de la République hier. Si Emmanuel Macron a affirmé qu’ « aucun parti ne peut appliquer son programme, ni le NFP, ni la majorité présidentielle, ni la droite républicaine », pour le député Insoumis, « le Président dévoile sa vraie nature et celle du régime : une monarchie présidentielle ». Son communiqué :