MENU ZINFOS
Société

"Souvenirs, souvenirs…" Livreurs de lait, taxis-la-place, vendeurs de galabé… Ces petits métiers disparus (1)


Le modernisme, on le comprend à défaut de l’admettre, a provoqué la disparition d’une foule de petits métiers, artisanaux et autres, qui avaient dessiné, des décennies durant, une image merveilleuse de La Réunion longtemps.

Par - Publié le Samedi 16 Mai 2020 à 07:24 | Lu 6884 fois

Image impérissable, la charrette-boeuf (Coll. Maunier)
Image impérissable, la charrette-boeuf (Coll. Maunier)
La nostalgie n’est pas forcément une bonne chose dans la mesure où l’histoire ne repasse jamais les plats ; mais comment y échapper ? A défaut de cultiver la nostalgie, laquelle est source d’amertume et d’ulcères, entretenons au moins le souvenir de ces femmes et hommes, voire de ces gamins qui nous ont marqués à jamais au plus profond de nous-mêmes.

"Diak-wo-hue !"

A la toute première place, un de ces personnages qui ont longtemps « hanté » nos routes et suscité notre admiration, à une époque où le cachalot restait à inventer, était le charretier avec sa charrette-boeuf. C’était le temps où ces engins avec leurs grandes roues cerclées de fer mettaient un temps fou à arriver à la « balance ». Il y en avait alors des centaines autour de l’île. La vraie « Balance-Coco », celle où officiait mon papa, était à la sortie Nord de Saint-Louis ; les jours sans école, mon père m’y emmenait. On voyait arriver les musclés boeufs-moka, un peu transpirants. Le conducteur de l’engin prenait le temps de souffler : il avait passé la nuit à couper et charger ses cannes.

Ils étaient tous armés d’un redoutable chabouk, arme terrible qui servait plus à diriger l’attelage qu’à vraiment frapper : les bêtes avaient l’habitude de réagir aux claquements du fouet « au-dessus » de leurs cornes et à des onomatopées ou des claquements de langues, « diak-wo-hue » pour avancer, « glllll » pour reculer, « tèk-tèk-tèk » pour arrêter… « L’ariage », le frein à vis filetée, coinçait la roue dans un grand bruit de ferraille martyrisée. Le boeuf-moka cessait aussitôt d’avancer, pas fâché lui non plus de souffler un peu.
Cette race était, je crois, issu d’un métissage entre le zébu malgache et leurs potes venus d’Ethiopie, d’où cette incroyable robustesse et cette vertu à se contenter de peu. Vivre en savane sèche ne les dérangeait guère. Ils ne manifestaient de signes de fatigue que lorsque vraiment la pente était trop prononcée ; d’où l’expression « li transpir’ comm’ in bèf dans la Pente-Nicole ».

La seule fois où j’ai personnellement vu un charretier taper du fouet, ce fut à Saint-Joseph. J’étais un moutard de 8 ans et, sur le mur de mon Pépé Justinien, je l’écoutais m’enseigner quelque fable de La Fontaine. Nous entendîmes arriver la charrette : ces grandes roues cerclées de fer faisaient un boucan superbe sur les chemins macadamisés comme la quasi-totalité des routes de la Colonie alors.

Outre le vacarme des roues, il y avait les cris, disons les hurlements du charretier et les claquements de chabouk. L’attelage passa en-dessous du mur où nous nous tenions. L’homme tapait « tant qu’ n’avé d’la force et d’courage » sur le cuir du boeuf. La moustache de Pépé se hérissa… Ça sentait l’orage. Le bonhomme commit l’erreur de trop : il enfonça le manche du chabouk dans la narine du moka. Oh ! La! La !

"Tout’ son n’amour la fane dan’ chemin !"

Pépé sauta du mur, fit deux pas en direction du charretier si mal embouché, lui arracha son fouet des mains et te lui administra une de ces tannées qui comptent dans la vie d’un homme. Le mec pleura, demanda pardon, promettant de ne plus recommencer.
Une précision s’impose ici… Lorsque je racontai cette histoire dans « Nouvelles à La Réunion » (éditions ADER), je fus insulté et fus « invité » à m’expliquer devant des étudiants en Lettres modernes. Question : « Pourquoi, monsieur Bénard, avez-vous ainsi stigmatisé l’attitude des Noirs ? » Ma réponse fusa : « Mademoiselle, dites-moi à quelle ligne j’ai parlé d’un charretier noir ? » Et pour cause : le charretier en question était un bon Yab des Bas-de-Jean-Petit.

Le mot « racisme » est de ceux que j’ai rayés de mon Larousse personnel depuis un sacré bail car je n’en ai jamais compris la signification ni le motif.

La charrette-boeuf ne servait pas que dans la coup’ cann’. Elle conduisait des familles entières à l’Office dominical. Aux baptêmes, aux mariages, aux communions. Lorsque la petite bonne de Mémé Anéa revint de la semaine de congé accordée à l’occasion de son mariage, Mémé, vieille malicieuse, lui demanda si cela avait été une belle fête.

« Ben… vis vois, mâââme Vitry, après la messe mariage l’église Saint Joseph, nous la remonte les Lianes dans la charrette mon beau-père. Mon mari té si tant serré cont’ mwin… ben toute son l’amour la fane dan’ chemin ».

La charrette-boeuf a été de tous les instants de notre vie sociale. Lorsque mamie Francia, à l’âge de 10 ans, habitait au Guillaume, elle allait à l’église de Saint-Paul en charrette. Lorsque la famille Maunier, du Bois-de-Nèfles Saint-Paul, allait à la messe dominicale au Port, ou encore en promenade, c’était en charrette. Lorsqu’une famille de Saint-André déménageait, c’était en charrette.

"Ala bazaaaar, madame, bazaaaar !"

Ces grandes roues en bois cerclées de fer furent interdites lorsque routes et chemins furent bitumés : elles les abîmaient très vite. On les remplaça par des roues de voitures.

Cette interdiction entraîna de facto la disparition d’un corps de métier oublié, les « cercleurs » de roues.

- - - - - - - - - - -

Le pittoresque a toujours été présent chez nous.

Lorsque nous étions à « Village » (Etang-Salé-les-Bains), il y avait une belle vieille Malbaraise qui passait dans le sentier devant chez nous deux fois par semaine.

 

Ça c'était déjà du luxe ! (Collec. Maunier)
Ça c'était déjà du luxe ! (Collec. Maunier)
« A la bazaaaar, madame… bazaaaar » Elle arborait fièrement un grand panier plat sur son coco, chargé de salades, bringelles, tomates, z’oignons, l’ail, piment, carottes, pipangailles, etc. Largement de quoi assurer les repas de la semaine. Ses légumes n’étaient pas plus chers que ceux du vieux marché couvert de Saint-Louis.

Cette brave femme parcourait ainsi des dizaines de kilomètres, chaque semaine, chargée comme un baudet. Une image disparue de nos paysages. Il a fallu qu’intervienne ce foutu coro-machin-de-m… pour qu’on retrouve des humanistes, des gens assez courageux pour aller au-devant de leurs semblables.

Alain, Michel et moi adorions cette très grande dame, cette Malbaraise qui, à la saison, vendait aussi des goyaviers, suprême merveille.
La classe des vendeurs ambulants est infinie. Et souvent surprenante.

Qui se souvient des livreurs de lait ? Je vous ai déjà parlé de monsieur Caro, le papa de mon pote Camille, qui nous apportait chaque matin un litre de lait frais à peine tiré. Un lait d’une saveur inexprimable. Lorsqu’on le faisait bouillir, il fournissait une épaisse couche de crème. Il n’y a plus guère que le lait Piton-des-Neiges (pub gratuite) qui, aujourd’hui, me le rappelle. Tous les autres, sans exception, n’ont de lait que le nom.

Le temps des chaises-à-porteurs

Le Réunionnais, même sous des apparences parfois trompeuses, a toujours été d’une surprenante résistance physique. Ainsi, dans la liste de ces métiers disparus, les porteurs de chaises.

Les plus connus, cela remonte à très loin, restent ceux du Bras-de-Cilaos. Avant que ne fût construite la route que nous connaissons, le bitume venant de Saint-Louis s’arrêtait au-dessus de l’Îlet-Furcy. Mais le cirque connaissait déjà une certaine vogue avec ses eaux thermales, sa fraîcheur ; nombre de « gros Blancs » y allaient à la saison chaude.

Faire la grimpette à pinces, vous n’y pensez pas, mon bon ! Alors s’est mise en place la corporation des porteurs de chaises. Ils embarquaient leurs clients au petit matin, dans le lit de la rivière Saint-Etienne et c’était parti pour une journée de crapahut en hauteur. Soleil, pluie, froid, chaud, fallait assurer.

Ces gens d’une incroyable résistance formaient des tandems parfaitement acquis au travail en commun. « Ala la boue ! » disait le porteur de devant. « La boue partout ! » répliquait son dalon de derrière.

Lors de la pause de midi, à Pavillon, les « portés » se restauraient copieusement chez l’habitant, rougail boucané, lentilles, maïs-do-riz, fricassée brèdes chouchou, vin de Cilaos… Les « porteurs » avaient juste droit à un ti coup d’sec et in gazon d’riz èk piment crasé. Ils arrivaient à Cilaos à la tombée du jour. Les « portés » intégraient l’un de ces nombreux petits hôtels spécialement construits à leur intention, sinon leur « maison changement d’air » ; les porteurs recevaient leur (très) maigre rémunération et, une fois chez eux, moulus, fourbus, s’écroulaient sur leur paillasse, sachant n’avoir que jusqu’à une heure du matin pour reposer un peu leur carasse endolorie : car de grand matin le lendemain, re-belote.

Ces braves travailleurs de force durent reprendre du service après le cyclone-48, le pont entre Furcy et la route, laquelle avait été emportée par les crues de la rivière. Et là, non seulement, ils devaient faire le même travail que décrit ci-dessus mais, en outre, ils se chargeaient de porter à bras d’hommes les « clients » se révélant incapables de traverser les flots en furie par leurs propres moyens. Cela fonctionnait dans les deux sens. Personne n’a jamais péri lors de ce portage d’un genre imprévu.

Pendant longtemps cette corporation a subsisté au coeur-même de Cilaos avec les curistes impotents, incapables de descendre au fond du Bras-de-Cilaos où étaient installés les premiers Thermes. On en voyait plusieurs passer devant chez Mamie chaque matin, villa « Désirée », chemin des Chaises-à-Porteurs, justement. 

Une belle statue, leur rendant hommage à juste titre, est installée devant la mairie.

"Coiffeur garage"

A l’époque du Mémorial, j’habitais à Grande-Montée. Ayant un très grand jardin avec basse-cour autour, je louais les services du vieux Milien, un brave homme désargenté prêt à tout, pourvu que ce fût honnête, pour ne devoir rien à personne. Il planta mon jardin de fond en comble, s’occupa de garnir mon poulailler et devint vite un ami. Un jour qu’il déjeunait à ma table autour d’un bon cari la patte-cochon, nous nous mîmes à discuter des jeunes (déjà !).

« Ça i vé pi faire rien ». Comptant sur ses doigts selon une pratique ancestrale, il précisa : « Ça i dépaille pas cannes, ça i fé pu d’jardin, ça i soigne pas z’animaux, ça i aide minm pu zot momon nettoye la case. Mais quand i passe devant la cantine, la bave i coule ». 
Ce brave Milien venait d’un coup de rafraîchir mon vocabulaire créole : « la cantine », vieux nom local de la « boutique-Chinois ». Mais mon propos n’est pas là : Milien représentait à lui seul ces Créoles qui n’ont jamais compté que sur eux-mêmes pour manger et faire vivre leur famille. Un peu d’ingéniosité, de la débrouillardise et une farouche volonté d’utiliser ses dons naturels à 200%.

« Quand ou conné pas faire, monsieur Bénard, ou engarde bien sat’ i conné, ou appren’ ».

Après quoi il m’offrit une belle petite poule blanche, qui est morte de sa belle mort ; et refusa tout paiement : « Non ! Ou la invite à mwin manger. Ça, c’est mon coeur ça ! »

Vieux Milien ! Si tu savais comme je continue de t’aimer.

Je me souviens des paroles profondes de ce vieux sage en pensant à la débrouillardise des Créoles d’alors. 

Vous avez connu les « coiffeurs dan’ garage » ? Ils avaient été employés comme apprentis chez des coiffeurs ayant pignon sur rue, avaient assimilé toutes les ficelles du métier, puis, comme un apprenti gagne à peine trois fois six sous, avaient voulu s’installer à leur compte. Mais pour ça, faut des moyens. Ils n’en avaient pas. Alors, vive le système C, équivalent tropical du système D.

Un local ? En cherchant bien… il y a tant de braves gens ! 

Il y avait à cent mètres de chez nous à La Rivirrrr, la belle maison du colonel Albéric Legros, ancien de la Coloniale à la voix forte et au moucatage redoutable. Il possédait sur le bord de la route un garage dont il n’avait nul besoin. Il en avait laissé gratuitement l’usage à un jeune coiffeur (coiffeur sans titre, cela va de soi). Ameublement sommaire : une chaise pour le client. Le matos était réduit à sa plus simple expression, une tondeuse (à main), un rasoir coupe-choux, un peigne aux incrustations indéfinissables, une paire de ciseaux et une brosse. Quant à la serviette autour du coup, mieux valait ne pas être trop regardant. D’ailleurs on s’en foutait royalement : personne n’a jamais chopé aucune m… Et quand je pense aux palinodies de l’ARS, je me demande bien à quoi sont payés ces crétins inopérants.

"Chez Turpin"

Tel quel, ce « coiffeur-garage » avait la clientèle peu fortunée de tout le Ruisseau (un des lieux-dits de La Rivirrrr), dont la nôtre. Pour deux excellentes raisons : ses tarifs étaient abordables et il ne coupait pas mal du tout, le bougre.

Il y avait un de ses congénères de garage, tout près de notre vieux lycée Leconte-de-Lisle, rue Dauphine. Pardon ! Rue du Général-De-Gaulle. Turpin. A la place où il officiait, il y a maintenant une pizzéria ou quelqu’autre salon de thé.

Turpin était un « petit coiffeur », un mètre cinquante bien pesé. Il était d’usage de moucater ceux qui utilisaient ses services. Comprenez que ce brave petit homme pratiquait alors les tarifs les plus bas de Saint-Denis. Donc forcément, étant donné la férocité des jeunes, ceux qui se faisaient coiffer chez lui ne pouvaient être que de classe inférieure. Et vas-y les quolibets !

Michel et moi, pour économiser notre argent de poche, nous sommes parfois faits coiffer chez Turpin. Un jeudi soir qu’un penku (pensionnaire) s’était foutu de notre coupe de cheveux, mon digne frangin te lui a mis un de ces pains dans la gueule !

Michel, alors, était loin de l’athlète qu’il est devenu, mais son coup d’poing té mauvais. Je crois que c’est à partir de cette correction qu’on a cessé de moucater le brave petit  Figaro.

Je m’aperçois ici que cet article comporte bien plus de rubriques que je ne l’avais imaginé au départ. Il me faudra donc y revenir dans un second opus, sinon un deuxième, pour ceux qui connaissent encore le français. Mais avant de terminer ce volet, je voudrais évoquer la mémoire des écrivains publics.

Ceux que j’ai connus, moi, avaient par tâche essentielle de rédiger « la demande po rentrer ». Ces gens, qui savaient écrire, mais écrire « à peu près à peu près », écrivaient pour les amoureux désireux de se mettre dans les bonne grâces des parents de leur chérie. Il y avait des formes strictes à respecter.

Le prétendant donnait de sommaires indications à l’écrivain et ce dernier y allait de sa plus belle plume sergent-major.

« Monsieur Hoareau, madame Horeau, avec l’honneur et le respect, je vous demande pardon de vous demander la permission d’entrer dans votre maison pour rester assis à côté de mademoiselle Philomène votre fille, etc. etc., le jour que zot i veut… » La population ayant été longtemps analphabète, l’écrivain avait pas mal de boulot.

Je pense sincèrement qu’aujourd’hui, à l’heure où nos jeunes ne savent plus parler le français mais qui gaingn pu cause créole in merde, on pourrait remettre ce métier à l’honneur.

Il est patent qu’à cette évocation des métiers disparus, je parle beaucoup de moi-même. Je vous l’accorde volontiers mais… cela sera le 3è tome des « Souvenirs d’une enfance créole », c’est-à-dire les miens. Le vendeur de lait de Bras-Panon ne sera pas exactement le même que le papa de mon pote Camille Caro. Tout comme mon grand-oncle Léonus, du Sud, n’aura pas forcément la même attitude qu’un autre grand homme, admirable s’il en fût, Emile Hugot.

Si vos souvenirs ne suivent pas les mêmes clivages, rien ne vous empêche de nous en faire part. Je ne demande même que ça.

À suivre…


Jules Bénard
Le plus ancien de l’équipe ; la mémoire de Zinfos. Jules Bénard, globe-trotter et touche-à-tout... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Domino le 16/05/2020 07:34

Il faut utiliser le mot interdiction a chaque fois !!
Volaille dans la cour ? Bek la clé ? Brûle la paille ? La rivière ,la pêche.....

2.Posté par La reunion le 16/05/2020 07:57

+ de foto c cool 😍

3.Posté par Dignité le 16/05/2020 09:50

Très beaux souvenirs. Ces moments de votre enfance que vous évoquez si bien correspondent exactement à la réalité que j'ai vécue.
Vous avez apparemment sillonné divers coins de notre île dans votre enfance heureuse. Vous avez sûrement connu les bals qui se tenaient à la Ravine des Cabris dans un lieu qui s'appelait le "tout va bien".
A côté du "tout va bien", à une distance d'une cinquantaine de mètres, il y avait un deuxième salon qui s'appelait le "bon accueil".
Alors que le "tout va bien accueillait les gens " biens" (au sens de l'époque), le bon accueil accueillait plutôt les gens de couleur d'un niveau social un peu plus bas.
A l'époque cette réalité sociale était communément acceptée par presque tout le monde sans que soit évoqué le mot de racisme.
Maintenant, rappeler cette réalité équivaut à du racisme et tombe sous la censure.
Parler du passé est accepté si on en parle en bien. Si on ose décrire une réalité enfouie dans l'histoire de notre qui dérange ce qu'on appelle "le politiquement correct" cela ne passe pas.
Vous qui avez une si bonne connaissance de notre histoire commune , pourriez vous expliquer une telle évolution?
Passer sous silence certains faits et gestes qui font partie du passé de notre île n'est pas le meilleur moyen de servir la vérité historique.

4.Posté par Autrefois c'était...ce que c'était le 16/05/2020 10:32

Dommage que ces photos ne soient pas datées et légendées. Mais l'exercice est très intéressant. Bon ben, note pour aujourd'hui avec les informaticiens, électromécaniciens, ou chauffeur de bus...cela pourrait servir aux futures générations quand le quantique ou le tramway lévitationel seront d'actualité.

5.Posté par PEC-PEC le 16/05/2020 11:25

Merci encore une fois Jules pour ces beaux souvenirs.
Juste une remarque, la photo du coiffeur attribué à collection Maunier, est en fait de notre grand ami Roland Benard .
Publiée dans son livre "l'île de la Réunion" page 139 publié en 1983.
Encore ! encore ! disent ils en cœur .....

6.Posté par Maxime le 16/05/2020 14:21

Un très bel article comme toujours ! C'est agréable de lire une page sur l'histoire de la Réunion. Aussi j'ai relevé une faute (mineure) à "coup" dans le paragraphe portant sur les coiffeurs.

7.Posté par vieux créole le 16/05/2020 14:26

Sans remonter à matusalem en se remémorant la Banque de la Réunion qui était un "accélérateur de rêve", "une banque à nos cotés".

8.Posté par Robert JUNOT le 16/05/2020 16:54

Salut Ti Jules.
Mon enfance à Pierrefonds avant le lycée Leconte de Lisle à la même époque que toi, tout ce que tu racontes se passait sans le "conard de virus" créé par ces savants que les télés n'arrêtent pas de nous imposer ( Pour moi il n'y a pas de génération spontannée dans cette affaire) . Malgré la misère que nous avons connu, on vivait heureux en allant "Beinyé" dans un bassin de la rivière St-Etienne ou accompagner le gardien de boeuf qui amenait le troupeau des établissements Léonus Benard au pâturage en bord de mer ( actuellement l' aérodrome de Pierrefonds). Parmi les travailleurs, il y avait "Parle pas", un sourd / muet qui tous les midi récupéraient les repas des ouvriers de l'usine habitant St-Louis pour les amener à leurs destinataires avec un panier sur la tête. Aujourdhui, il y a ce que l'on appelle les chomeurs....il y en a de vrais mais la plupart profite du système mis en place par nos dirigeants politiques depuis des décennies avec la complicité de la CGT qui donne aujourdhui ce que j'appelle la décadence de la FRANCE.
Malheureusement aujourdhui sévit celui qui a mis la République en marche.avec toute sa bande pas sybeth que çà selon lui

9.Posté par Robert JUNOT le 16/05/2020 17:50

Et dire qu'aujourdhui les savants qui se pavannent à la télé depuis 2 mois sans apporter de solution, nous ont créé ce "conard de virus".On n'était pas riche comme Carlos Ghosn mais on était heureux en allant "Binyé" dan' fond la Rivière St Etienne ou pose la colle pou trap' bec rose.
Merci Ti jules de me replonger dans mes souvenirs d' enfance et aussi à ceux qui me rappellent le "Touit va bien" de la Ravine des Cabris.

10.Posté par Ti tangue lougnon le 16/05/2020 20:24

N'ayant pas né sous la même étoile ça me saute à l'oeil que les brancardier qui faisait le taf comme nos infirmières actuellement avaient que du riz sec et piment krazė ça na pas changé de nos jrs, c'est regrettable nos illustre commentaires na pas vu ses détails à moins que je sois censuré.

11.Posté par 7AC le 16/05/2020 21:05

Merci Mr Bénard, votre sagesse et votre regard remettent les choses bien à leur place.

Aujourd'hui, on ne peut plus rien dire, sans être taxé de mots finissants par "phobe", ou trop souvent "racisme" utilisé à toutes les sauces.

Tiens, l'homme de race humaine flagellant un pauvre bœuf Moka appartenant à la race animale, ne serait-il pas par définition raciste pour le coup ?

Et votre brave Milien, « Ça i vé pi faire rien », qu'aurait-il pensé de ces gens qui vivent aux crochets de la Société grâce aux subsides sociaux, principalement inventés par un certain Mitterrand ?

La valeur de l'effort, du travail, l'honneur, la fierté, tout ça a été anéanti par certains politicards, qui n'avaient qu'une idée en tête, capter des voix, et avilir le peuple.

12.Posté par Betty le 17/05/2020 06:34

Dan tan lontan te difairan , lo stress komela nou te apel a li traca po demain , mai nou te viv kom sa , avek sak nou na vai. La zalouzi navai deza , mai lo ker te fai moin mal kar la mazorite te oki. Komela la kours a touzour pliss i ronz bon pez do moun .do moun na pi lo tan appreciez zot lainstan praizan. Domazzzz pou li .
Merci Mr Benard, vos souvenirs nous font couler une larme de passe disparu a jamais .

13.Posté par Précision le 17/05/2020 09:42

La photo du coiffeur est de Roland Bénard.
A. Gunet

14.Posté par Jack depuis PC le 17/05/2020 11:53

Poste 11 7AC Je suis entièrement d'accord avec toi, mais ce n'est pas le sujet , là on parle de nostalgie , des souvenir d'autrefois que les jeunes d'aujourd'hui n'ont pas connu . La misère, habiter dans une case en tôle sous bois avec la toiture qui fuit quand la pluie tombe , charoy do lo à la fontaine , s'éclairer la nuit avec une lampe à pétrole etc etc . Et ça crois moi l'ai connu .

15.Posté par Choupette le 17/05/2020 18:48

En tous cas, les écrivains de cette époque avaient plus de mérite que ceux que certains maintenant. Même sur une simple affiche de pub pour leurs services, ils sont capables de faire des fautes catastrophiques ... .

A savoir sur quels critères ils sont recrutés, aussi.

16.Posté par DIDIER NAZE le 17/05/2020 20:33

.....Le bardeautier. ...celui qui avec sa petite hache travaillait le bardeau....les bardeaux qui ont recouvert bien des villas.créoles ....le tailleur de fanjans...avec son sabre creusait dans les troncs des fougères arborescentes de magnifiques pots..... dans lesquels étaient plantés en autre.....des capillaires. ...le tailleur de pierre. ...le choix des galets était important.....pour par exemple faire les pilons !!....le ferblantier. ...c était l art et la manière de façonner la tôle pour faire des bassines et des arrosoirs....lambrequins. ...mais aussi les lampes pétroles. ...je m arrête à là...

Jules merci de.....raviver ces souvenirs d Antan..et de raviver ....nos émotions. ....ça nous fait du bien.....mes amitiés mon ami....☺😊😉...

17.Posté par Lauret Raymond le 18/05/2020 05:56

Je ne peux que rejoindre tous ceux qui ont dit leur admiration à Jules pour cet ancrage qui est le sien dans l'Histoire des Histoires de notre petit coin de terre aujourd'hui posée à la périphérie d'une Europe qui semble avoir besoin de nous pour compléter son Histoire à elle....

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes