Revenir à la rubrique : Mayotte

6.600 nouveaux cas de Covid en une semaine à Mayotte

La flambée épidémique est également une réalité à Mayotte, où le taux d'incidence a plus que doublé en quelques jours.

Ecrit par Yohann Deleu – le lundi 10 janvier 2022 à 19H27

« Les indicateurs épidémiologiques sont alarmants » prévenait vendredi dernier l’Agence régionale de santé de Mayotte. Les derniers chiffres montraient alors une forte progression de l’épidémie sur l’île, pourtant relativement épargnée ces derniers mois. L’ARS calculait alors un bilan de 4.417 nouveaux cas entre le 29 décembre et le 4 janvier, pour un taux d’incidence de 1580. 36% des tests réalisés s’avéraient positifs.

Les nouvelles données semblent confirmer une progression exponentielle. Ce lundi, les indicateurs s’affolent. Le taux de positivité bondit à presque 40% et l’ARS dénombre désormais 6.601nouveaux cas au cours de la première semaine de l’année. Le taux d’incidence s’établit à 2.302 cas pour 100.000 habitants. A titre de comparaison, jeudi dernier, il n’était « que » à 812 cas pour 100.000 habitants et seulement de 38 le 22 décembre, et 28 cinq jours plus tôt.

Seule nouvelle rassurante : si 80 patients positifs se trouvent actuellement hospitalisés au CHM, seuls 4 sont en réanimation. Cette nouvelle vague s’annonce donc moins dure que celle due au variant alpha, qui avait fait des dizaines de décès à Mayotte il y a un an, mais qui avait aussi probablement apporté au 101e département une immunité collective qui l’a protégé contre le tant redouté variant delta. Les regards sont désormais pointés sur l’Education nationale, avec une rentrée qui devrait multiplier les interactions sociales, et donc les contaminations. Deux syndicats, le SnuiPP dans le primaire, et la CGT Educ’Action dans le secondaire, appellent à la grève ce jeudi 13 janvier pour réclamer plus de moyens face au virus, et plus de postes en général à Mayotte.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Il faut peut-être en tuer » : Le vice-président du Département de Mayotte condamné à 3 mois de prison avec sursis

Salime Mdéré était jugé pour avoir déclaré en direct sur une chaîne de télévision publique mahoraise « Il faut peut-être en tuer » au sujet des délinquants qui affrontaient la police lors de l’opération Wuambushu. Trois mois de prison avec sursis et 5.000 euros d’amende avaient été requis. Le tribunal a décidé d’aller au-delà des réquisitions et le condamner à trois mois de prison et 10.000 euros d’amende pour provocation publique.