Société

Roches malgaches: ATR-FNAUT va déposer un recours en référé

L’association Alternative Transport Réunion a annoncé hier qu’elle déposerait un recours contre l’arrêté autorisant l’importation de roches massives.


La première barge chargée de roches malgaches est arrivée le 20 novembre
La première barge chargée de roches malgaches est arrivée le 20 novembre
Le 12 novembre dernier, un arrêté préfectoral autorisait l’importation de roches massives en provenance de Madagascar, ces matériaux étant jugés indispensables pour sécuriser la digue en vue de la période cyclonique. 

Alternative Transport Réunion a donné ce mercredi une conférence de presse au cours de laquelle elle a annoncé qu’elle déposerait un recours en référé contre cet arrêté, invoquant les motifs suivants : « des imprécisions et négligences, l’absence de consultation publique obligatoire, une entorse aux dispositions de protection environnementale phytosanitaire et de consultations scientifiques, ainsi qu’une entorse à la DUP quant à l’avis d’incapacité des attributaires et à l’importation des enrochements ».

Après avoir rappelé que cet arrêté est en contradiction avec l’avis du CNPN (Conseil national de protection de la nature) qui demandait de proscrire l’importation en « tout état de cause » et que la Région s’était d’ailleurs engagée à ne pas importer, l’ATR-Fnaut estime qu’il s’agit là « d’un revirement catastrophique pour l'environnement, pour les quelques transporteurs locaux choisis par la Région et GTOI, et paradoxalement pour les attributaires eux-mêmes en échec ».

L'association estime que les entreprises attributaires étant « officiellement reconnues incapables d’approvisionner le chantier », les marchés de digue doivent être « résiliés aux frais et risques des entreprises défaillantes qui avaient "vendu" des matériaux qu’elles ne possédaient pas ».
Jeudi 26 Novembre 2015 - 09:28
Lu 1395 fois




1.Posté par nicolas le 26/11/2015 09:40
Ce n'est pas l'association dont le frère du clown de St-Leu, est dedans ???
Dans ce cas, cela ne m'étonne pas leur coup !!!

2.Posté par Pfff le 26/11/2015 09:43
Ben voyez plutôt avec les élus qui poussent les gens à lancer des recours, à faire des manifestations pour empêcher les ouvertures de carrières !!!

3.Posté par Travis le 26/11/2015 09:46
Merci les gars !
Faut pas se laisser faire par des mecs qui veulent le fric et le pouvoir !

4.Posté par Si jamais le 26/11/2015 10:20
Si jamais demain il y des surcoûts on devrait envoyer la note à l'ATR-Fnaut !

5.Posté par JO le 26/11/2015 10:37
La formulation est tendancieuse. "résiliés aux frais et risques des entreprises défaillantes qui avaient "vendu" des matériaux qu’elles ne possédaient pas".

La seule vraie faille est que les adjudicataires avaient calculés un coût de roches, sans se préoccuper des sources d'approvisionnements et de la logistique, c'est là que le bât blesse.

Le seul combat devrait être que Colas/GTOI fournisse les roches de Mada au même prix CIF que celui pratiqué pour les andins de la Réunion.

Maintenant ce serait inadmissible que les contribuables soient les victimes de ces recours de la dernière heure. Il nous la faut cette NRL, un point c'est tout.

6.Posté par Moi je dis le 26/11/2015 10:37
Pfffffffff Du grand n'importe quoi....

Pourquoi toujours mettre des batons dans les roues de ce chantier ??? TOUT LE MONDE a besoin d'une route sécurisée très très très rapidement, de grâce laissez ces gens travailler et finir ce projet!!!!!

environnement / jalousie / l'Etat la dit : l'Etat la pas dit / CNPN / ATR / EELV / etc..... ARRETE IN Pé OUIIIII

ZOT POU FOU A MOIN LA FLEMME ....
ZOT Y REAGIT KOMM BAND TI MARMAY DANS LA KOUR LEKOL !!!!!!

Arrete fé ch... don..

7.Posté par pere Plexe le 26/11/2015 11:41
la Région Réunion défend le projet de construction d’une nouvelle route du littoral pharaonique, une véritable autoroute sur la mer à 2 X 3 voies estimée à 1,660 milliards. Pour lancer les travaux, la Région a demandé au gouvernement de pouvoir déroger aux interdictions protégeant un certain nombre d’espèces marines et terrestres qui pourraient être gravement impactées par un tel chantier. On pouvait espérer que la puissance publique prendrait en compte la protection de la biodiversité réunionnaise, l’une des plus riches mais aussi des plus fragiles de la planète.

Il n’en est rien, les arrêtés viennent d’être publiés dans la plus grande discrétion. Désormais la Région Réunion est autorisée, selon les termes de l’arrêté, à détruire, altérer ou dégrader les sites de reproduction d’une vingtaine de mammifères marins dont la Baleine à Bosse, figurant sur la liste des espèces menacées d'extinction (Convention internationale CITES) et le Grand Dauphin de l’Indo-Pacifique espèce considérée comme en danger d’extinction par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).

La Région est aussi autorisée à détruire, altérer, ou dégrader les sites de reproduction de deux espèces de tortues marines, dont la tortue verte, en danger d’extinction et la tortue Carette, en danger critique d’extinction selon l’UICN.

La décision gouvernementale permet aussi à la Région « la capture ou l’enlèvement, la destruction, et le transport de spécimen » de huit espèces d’oiseaux protégés comme le Pétrel de Barau, espèce classée en danger d’extinction sur la liste rouge de l’UICN.
Toutes les instances environnementales, réunionnaises et nationales, ont donné un avis défavorable au projet actuel de la Région, la décision gouvernementale qui va à l’encontre de l’avis du Conseil National de la Protection de la Nature du 24 juin 2013, est donc aujourd’hui lourde de conséquences, elle conforte le lobby du tout automobile qui règne sans partage sur notre île depuis plus de quarante ans.

Mais il n’est pas sûr qu’il ait le dernier mot, les associations environnementales vont pouvoir attaquer devant le tribunal ces arrêtés scandaleux et, espérons-le, faire respecter le patrimoine naturel et la biodiversité de La Réunion dont ce gouvernement se montre si peu soucieux."

8.Posté par polo974 le 26/11/2015 12:36
voilà ce qui arrive quand les décideurs mettent la charrue avant les boeufs et lancent des travaux dans la précipitation.

Travaux par ailleurs pas très utiles, vu que le problème de la circulation ne se trouve pas dans la route du littoral en soit, mais des abords des villes où les bouchons sont de plus en plus gratinés...

La région aurait mieux fait de bosser sur un transport en commun, comme par exemple la mise en circulation de 2000 nouveaux cars (avec les emplois qui vont avec)...

9.Posté par Pauvre polo974 le 26/11/2015 12:46
Il n'a pas encore compris que la NRL est construite pour notre sécurité.

Nous voulons rouler sur les roches et non sous les roches.

Concernent le problème de circulation tournez-vous vers Annette, en plus il veut mettre un péage pour entrer dans St-Denis.

3 ème point, je comprends que vous ayez des difficultés à comprendre, vous rajouter des mots là où il n'y en pas....Pour les bus il s'agit de 2000 au total, non 2000 en plus. Il faut que vous retourniez en école élémentaire, il y a du boulot sur la planche qui vous attend.

10.Posté par noe le 26/11/2015 12:51
Des jaloux sans plus !
On sait que les roches malgaches sont plus solides que nos roches ...

11.Posté par a propos de faune marine le 26/11/2015 12:52
aux actualités de ce jour sebastien follin a dit deux mot sur la NRL ..concernant le bruit!, un simple marteau piqueur sur le littoral serait entendu a plus de 300 km par les cetacées et dauphins...et il paraît que la région a tout prévu..??? si c'est comme les carrieres et les roches malgaches la REUNION LE FOUTU!!!.

12.Posté par Jeff le 26/11/2015 13:22
Toute cette polémique est sans objet. Comme c'était envisagé depuis longtemps, on ne sera plus propriétaire de son outil de déplacement dans les 20 années à venir et pour la plupart on ne conduira plus son truc à roulettes.

On circulera avec des véhiculés automatiques que l'on payera à l'utilisation. C'est sur que ca ne va pas être facile à passer, ici on aime tant sa "bite" à roulettes avec le top du tunning . Et je vous dis pas la gueule des taxieurs, ce sera la même histoire que les cochers de nos bonnes vieilles diligence, ca fera du bruit au début et petit à petit on les amènera au cimetière ou à l'incinérateur du TCO, jusqu'à la disparition de ces prédateurs.

On a pas fini de rigoler.

Ecouter la Pub de Peugeot et Renault, c'est le thème de leur campagne de PUB.

13.Posté par JO le 26/11/2015 13:53
Et tu boufferas avec quoi, pere Plexe? Avec comme toujours avec l'argent de l'Etat qui vient des taxes sur l'essence, sur l'alcool, sur le tabac, sur les autoroutes, sur les amendes, des sur-rem. de nos bons fonctionnaires, etc.. Tu es un rigolo qui n'arrive pas à me faire rire.

Je suis même sur que tu vas chez le bazardier et que tu remplis tes sacs en plastique avec tes brèdes, que tu vas en pique-nique avec .ton 4x4 et que tu glanes du bois pour ton cari, bois que tu allumes avec ton briquet

Il y a eu aussi des avis défavorables pour le train-train du vieux et son Mausolée.

Le vivant est prédateur du vivant pour sa survie. Albert Lamuche (chronique de temps passé présent et à venir°

14.Posté par @ 7 le 26/11/2015 14:18
Une équipe opérationnelle dédiée aux problématiques environnementales

Pour répondre aux problématiques liées à l’impact environnemental, la Région s’est organisé avec des chargés de mission environnement au sein de la Direction de l’Opération de la NRL, avec à l’appui du pôle environnement et d’un comité d’experts spécifiques de 4 membres dont M. CHABASON, personnalité renomme dans le domaine de l’environnement.

Une assistance à Maîtrise d’Ouvrage en environnement (AMOE) est également chargée de conseiller la collectivité sur l’ensemble des thématiques environnementales, aussi bien pendant la phase de conception du projet que pendant la phase de chantier, Ce groupement comprend :

- Biotope : coordinateur du groupement sur l’ensemble des thématiques environnementales
- Artelia : appui sur les volets hydraulique, hydrogéologie, hydro-sédimentaire……
- Trois structures spécialisées dans l’expertise des milieux marins (Globice sur les mammifères marins, Kélonia sur le stortues marines et Quiet OCEAN, spécialiste en acoustique sous-marine).
- Trois structures spécialisées dans l’expertise des milieux terrestres : la SEOR sur les oiseaux terrestres et marins, l’insectarium de la Réunion pour les insectes et les mollusques et l’ONF sur la problématique des espèces exotiques envahissantes et de la stratégie végétale du projet.
…………………………………………………………………………………………………………………………..
Le fil rouge de l'action régionale : la demarche Eviter / Reduire / Compenser

L’objectif de la démarche est de tendre vers une intégration paysagère optimale de l’ouvrage.

Le principe de la démarche :
- Mise en évidence des enjeux environnementaux
- Analyse des impacts potentiels du porjet,
- Définition de mesures visant dans un premier temps, soit éviter, et si techniquement cela n’est pas possible, soir réduire au maximum des impacts par des mesures appropriées,
- Evaluation des impacts résiduels intégrant les mesures d’évitement et de réduction,
- Selon la nature et l’intensité d’impacts qui persistent, calibrage de mesures visant à les compenser. Dans ce cadre, la réalisation de plusieurs études complémentaires visant à objectiver les impacts du projet ont été menées :
- Expertise pour analyser l’impact potentiel du projet sur ce volet sur la diffusion des embruns et falaise.
- Etude de la sensibilité acoustique des mammifères marins.
- Modélisation de l’effet du projet sur la dynamique hydro-sédimentaire et la courantologie littorale.
- Etude de la dépose sélective des filets de protections implantés sur la falaise.
……………………………………………………………………………………………………………………….
Les engagements environnementaux deja pris par la Region

- Engagements du Maître d’ouvrage formalisés dans un document cadre : le Dossier des Engagements du Maître d’Ouvrage (DEMO). A ce stade, ce document, basé uniquement sur les mesures définies au satde de la Déclaration d’Utilité Publique (D.U.P), a un caractère évolutif, suite à l’évolution technique du projet, la finalisation des expertises complémentaires des dossiers règlementaires et des autorisations administratives.
…………………………………………………………………………………………………………………………...
Milieu physique

- S’adapter au risque de violentes perturbations atmosphériques
- Economiser la ressource locale en matériaux (optimisation des ouvrages)
- Prise en compte du niveau de sismicité de la Réunion (dimensionnement des ouvrages)
- Protection des nappes souterraines
- Ne pas modifier les conditions d’écoulement ni la qualité des eaux superficielles (traitement des eaux) et ne pas accentuer les risques d’inondation en particulier dans les zones couverts de le PPRI de Saint-Denis et de la Possession
- Ne pas affecter la qualité des eaux côtières, maîtriser les risques de pollution
…………………………………………………………………………………………………………………………..
Milieu naturel

Prise en compte du zonage des espaces naturels dans le zonage du projet

Pour le milieu terrestre :
- Maîtriser et compenser les impacts du projet sur la faune terrestre (éclairage pour l’avifaune, rétablissement des continuités écologiques des ravines,….)
- Maîtriser et compenser les impacts du projet sur la flore remarquable et sur le développement des espèces exotiques envahissantes ( sur la zone de projet mais également au droit des sites de carrières)
- Maîtriser, suivre et accompagner les effets potentiels du projet sur les habitats et écosystèmes sur la zone du projet notamment la falaise (protection) d’un site à haute valeur patrimonial)

Pour le milieu maritime :
- Evaluer et limiter la perturbation de la faune par le bruit, notamment les cétacés
- Evaluer, maîtriser et compenser les impacts du chantier sur la faune marine et le milieu naturel sur les communautés coralliennes
- Assurer une bonne intégration du projet dans le milieu marin

15.Posté par Martin le 26/11/2015 15:43
En 2015 on peut confondre liberté d'expression et liberté de débiter des inepties!
Savez vous au moins ce que veut dire un "marché", quels étaient les critères, et sur quoi se sont basés les passeurs de marchés?

16.Posté par dos d'ane le 26/11/2015 16:36
Miranville lo maire de la POSSESSION la trouve in carrière roche massive Sur la commune ST PAUL !!!!!

17.Posté par @@7 le 26/11/2015 17:00
plus c'est gros plus c'est foireux...!!! on connait déjà tous ces equipes dediées.. qui font des etudes concernant les grands projets d'amenagements, enquêtes publics.., la plupart nous coûtent la peau des fesses et finissent souvent AU TA a la reunion!!!

18.Posté par polo974 le 27/11/2015 13:39
9.Posté par Pauvre polo974 le 26/11/2015 12:46 | Alerter
"""Il n'a pas encore compris que la NRL est construite pour notre sécurité. """

Rappelle moi les statistique qui prouvent ce que tu veux nous faire croire...

La route actuelle est la plus sûre de toute l'île. Je la prends régulièrement.

Ce n'est pas pour la sécurité, ni pour l'emploi d'ailleurs que la NRL est en chantier.

Les routes RNx sont du ressort de la Région. Pas des communes.

Et pour les 2000 cars, si ce n'est que rajouter 30% de participation dans quelques cars pour arriver à un total de 2000 (ce qui ne veut d'ailleurs rien dire si on ne défini pas de périmètre de comptage de ces derniers), où sont les 4000 nouveaux emplois qui y étaient adossés ? ? ?
Donc, il s'agissait bien de 2000 nouveaux cars au départ. Même si par la suite, il y a eu rétro-pédalage de la région.

Mais il faut aussi constater qu'à part tenter lamentablement de me contrer, il n'y a aucune solution face aux bouchons qui se forment tous les jours sur nos routes.

Et c'est ça le GROS RATAGE de DR.
Il a fait perdre 5 ans dans la gestion du transport à la Réunion et avec ce chantier idiot, s'il est maintenu, il a rendu toute solution impossible...

Merci qui ? ? ?
Merci DR...

19.Posté par Jacques BOVIS le 06/12/2015 17:45
vs avez pleure parceque on ouvre une quariere et maintenant vs pleurez qand vs recevez des caillou......

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales