Société

Le service civique fait ses preuves

Voilà un an que le dispositif de service civique est proposé à la population comprise entre 16 et 25 ans pour une durée de 6 à 12 mois. A mi-chemin entre bénévolat et service d'intérêt général, puisque c'est une "parenthèse citoyenne" comme l'a ainsi désigné le sous-préfet en charge de la jeunesse et de la cohésion sociale, il est consolidé dans les mêmes termes et s'ouvre à plus de jeunes à la rentrée 2011.


 
Un tremplin vers l'intégration professionnelle. Le service civique permet depuis juin 2010 à 335 jeunes de mettre sur la table, et au service d'associations dans la majorité des cas ou tout autre organisme à but non lucratif ou personnes morales de droit public, leurs talents trop souvent minorés par une situation de l'emploi peu favorable.

Bénéficiant d'une indemnisation à hauteur de 440 euros par mois et d'un défraiement de 100 euros (sans compter l'ouverture des droits à un régime complet de protection sociale), le dispositif séduit. A tel point que "des dossiers malgré tout intéressants" ont dû être recalés, évoque Denise Hong Hoc Sheong, directrice de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale.

"C'est une parenthèse citoyenne", affirme pour sa part Richard-Daniel Boisson, sous-préfet en charge de la jeunesse et de la cohésion sociale. Il y va de son anecdote personnelle, à une époque où le service militaire était de mise. "Il y a peu de structures ou de moments dans la vie qui permettent de réunir des jeunes de divers horizons. Je me souviens de mon copain de chambrée à l'armée qui était analphabète. Cela ne nous a pas empêché d'être sur les mêmes missions", se remémore-t-il.

Mais que cela soit dit, "les contrats du service civique ne sont pas des contrats aidés déguisés", maintient le sous-préfet.  Le service civique doit aussi être vécu comme un service d'intérêt général. "C'est un temps au service de la cité" qui met aussi en exergue "l'une des devises de notre République avec ses valeurs de fraternité", ajoute-t-il.

Des nouveaux contrats qui vont être signés

Après un an d'existence, ces contrats arrivent à l'heure du point d'étape. Sur les 335 jeunes qui ont signé depuis 2010, 70 terminent actuellement leur contrat (depuis juillet et jusqu'à septembre). Parmi eux, 12 s'orientent vers un emploi, 10 reprennent des études, 10 autres une formation, enfin, 38 sont à la recherche d'un emploi.

Malgré ce tableau flatteur, 48 jeunes ont quitté le cadre du dispositif de leur service pour diverses fortunes (raisons personnelles, abandon), ou parfois pour des raisons heureuses (17 ont trouvé un emploi).

Puisque le dispositif semble continuer à recevoir un écho favorable, tant auprès des jeunes (95% de satisfaction) qui en bénéficient que des professionnels qui les accueillent dans leurs structures, il sera ouvert à 150 nouvelles personnes la semaine prochaine. Ce qui fera passer le nombre de ces contrats à 485 dans l'île. En métropole, ils seront 15.000 à s'inscrire dans cette démarche d'ici la fin 2011.
Jeudi 1 Septembre 2011 - 14:56
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 766 fois




1.Posté par ndldlp le 01/09/2011 18:34
voilà de quoi satisfaire aux besoins des écoles primaires, sachant que certaines communes sont infoutus de mettre en place des activités péri scolaires, et notamment de soutien scolaire...

2.Posté par jeremy le 01/09/2011 19:29
c'est le service national obligatoire qui doit être remis , il y a trop de caniards en liberté

3.Posté par Thierry le 01/09/2011 20:58
A Post 2.

Nos jeunes sont dynamiques et volontaires sauf qu'à un moment dans le système, il y a eu une faille. Pour les jeunes de familles défavorisées, cette faille constitue un prétexte (fossé) suffisamment affectant pour les accompagner dans une pseudo exclusion sociale et vers une exclusion sociale définitive.

Il doit être mis en place (dans UNE SOCIETE DE REVE ET EN REVE) des projets motivants et attirants pour réaiguiller notre jeunesse vers la société. La morale à l'école, le service civique sont déjà un pas vers cela. Il faut encourrager ces démarches pour que nos jeunes reprennent confiance en la société et aient moins envie de sombrer dans la délinquance....


Avez-vous vu un bébé de riche né avec une cravate pas plus qu'un bébé de pauvre né avec un jogging "satellite". NON, c'est pour vous dire que tous nos jeunes avant d'avoir été "JEUNE" ont été des bébés "riches ou pauvres". Les uns auront plus de facilités que d'autres, c'est tout. Ils ont été des bébés adorables comme tous les bébés, sauf que .... et j'estime qu'en raison de ce "sauf que ..." la société a le devoir de tout mettre en oeuvre pour tenter de faire quelquechose pour tous ceux qui peuvent être victimes de ce "sauf que ...."

4.Posté par FALCUCCI le 02/09/2011 10:00



SUPER BIEN

PASCAL FALUCCI

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales