Faits-divers

La mère reprend son fils du jour au lendemain

Ce soir, son petit-fils part en métropole... Pourtant Mario, 3 ans et demi, a passé plus de temps avec sa grand-mère qu'avec sa propre maman. Les parents étaient en formation en métropole, alors c'est Maria Humblot, la grand-mère paternelle qui s'est occupé de l'enfant pendant plus de deux ans. Le juge des Affaires familiales a tranché en juillet dernier: la maman a récupéré son enfant.


La mère reprend son fils du jour au lendemain
"Je l'ai élevé pendant deux ans et demi, et ce soir, il prend l'avion pour vivre à 10.000 kilomètres de moi". Maria Humblot est en pleurs. Elle se sent impuissante. Mais le juge a rendu sa décision après une enquête sociale. Une décision sans appel: l'enfant doit repartir avec la mère en métropole. Le papa ne le verra qu'une fois par an. Quant à la grand-mère, rien n'est prévu pour elle.

Face à cette décision du juge, Maria est dans l'incompréhension: "Mario n'a aucun lien avec sa maman et maintenant il faut qu'il aille vivre là-bas alors qu'elle a déjà un autre enfant". Au-delà de cette décision de justice, la mamie regrette surtout que son petit-fils n'ait eu aucune préparation. Tout a été trop rapide: "il a fait sa rentrée ici, il va devoir la refaire là-bas. Pour mon petit-fils, ça va être un véritable déracinement!"

Le cas de cette famille est complexe. Il n'est malheureusement pas isolé. "Le plus souvent, il n'y a pas eu de demande de délégation de l'autorité parentale", précise Maître Anna Ferrere. "La mère laisse l'enfant à un tiers digne de confiance, à un membre de la famille, une tante ou la grand-mère". Sans cette procédure, le tiers a peu de droit. Les prestations sociales ne peuvent même pas être perçues par la famille d'accueil de l'enfant. Sans délégation de l'autorité parentale, les parents jouissent toujours de leurs droits sur l'enfant.

La grand-mère ne comprend pas non plus pourquoi la garde est confiée à la maman. Et le père dans l'affaire? Pour l'avocate Anna Ferrere, "dans certains cas, il arrive que le père n'ait pas reconnu l'enfant. Si la filiation n'est pas établie, l'enfant est alors automatiquement confié à la mère". Une situation qui laisse le géniteur impuissant car il n'a aucune existence juridique en tant que père.

Difficile de faire la lumière sur la situation de cette famille. Reste que l'enfant se retrouve au cœur d'une situation complexe, partagé entre sa mère, son père et sa grand-mère, entre La Réunion et la métropole.
Jeudi 2 Septembre 2010 - 18:03
Zaïa Ayama
Lu 2980 fois




1.Posté par noe974 le 02/09/2010 19:15
C'est comme ça !!!
Nous ne voyons que le sommet de l'iceberg , les juges voient l'iceberg en entier .
Les pleurs d'une grand-mère est triste , mais la réalité nous ne la voyons pas : un enfant doit être élevé par ses parents , en réalité par sa mère en premier .

La justice tranche pour le bien de l'enfant , pas en fonction des émotions du moment .

2.Posté par le congo chez tintin le 02/09/2010 21:04
un enfant doit être élevé par ses parents , en réalité par sa mère en premier .

-------------------------------------

ah bon, pourquoi la mère en premier ? tu n'es pas pour l'égalité des sexes, l' autorité parentale conjointe ?

La justice devait trancher pour le bien de l'enfant, et non pour perpétuer le système matriarcal à la Réunion.

3.Posté par Toby or not Toby le 03/09/2010 01:11
A Noe974, vous m'avez l'air d'être très hypocrite. Globalement votre réaction, c'est "Laissons la Justice faire son travail... du moment qu'elle est du côté de la morale judéo-chrétienne !".
Seule la dernière phrase de votre post mérite d'être érigée en vérité. Tout le reste, c'est vos opinions (que je trouve d'ailleurs bien réacs, entre liens du sang et théories fumeuses de Le Pen) et qui peuvent, dans certains cas, être contradictoires avec votre conclusion.
Parfois, le bien de l'enfant, c'est le père, ou parfois aucun des parents.

4.Posté par bboy_guile le 03/09/2010 06:52
alala coméraz ester

5.Posté par Papapio, ni macro ni géniteur payeur le 03/09/2010 07:05
"juge a rendu sa décision après une enquête sociale": On ait tous passé par là, cad, la délégation par un Juge a une enquétrice Sociale qui a défaut d'argument explique que "cette petite fille de 2 ans a encore tellement besoin de sa Maman"...
et Voilà, le tour est joué, reste plus qu'a saisir le Fric au père en espérant que ces injustices flagrantes (n'est ce pas Huguette bello) ne mène pas à un Infanticide ou Parenticide supplémentaire...

Une situation qui laisse le géniteur impuissant car il n'a aucune existence juridique en tant que père.
Surtout lorsqu'il ne doit pas savoir qu'il est Père, jusqu'à l'impossibilité de le reconnaitre qui fournit à la seule mère tous les droits, le fric et l'immunité judiciaire qui en découle... C'est A VOMIR...
Quand un Parent décide de son éloignement géographique, il peut du même coup renoncer a son autorité parentale comme à la résidence de l'Enfant (JUGEMENT NANTERRE QUI N'EXISTE PAS ICI DANS LES POUPONNIÈRES DE LA FRANCE, DANS LES TGI REUNION (centre de commercialisation de nos enfants), EN DEHORS DU CIRCUIT DE DROIT DE LA LOI FRANÇAISE),

2.Posté par le congo chez tintin: Merci congo, moi je suis fatigué d'essayer d'expliquer aux idiots..."il n'est pas dans l'intérêt supérieur de l'Enfant d'être séparé de son Père ou de sa Mère, la Loi c'est la PARITÉ EDUCATIVE = ÉGALE, PAREIL, IDEM, ÉQUITABLE, ÉQUIVALENT,...etc...
*********************************

"Anna Ferrere, "dans certains cas, il arrive que le père n'ait pas reconnu l'enfant. Si la filiation n'est pas établie, l'enfant est alors automatiquement confié à la mère"... Ca Mme c'est encore un gros mensonge corporatiste puisque c'est la Mère seule qui peut décider d'avertir le Père de l'existence de l'enfant, et c'est le JUGE AUX AFFAIRES FAMILIALES SEUL qui peut décider s'il reconnait les démarches de reconnaissance du Père...

Et je suis dans ce cas, alors ne venez pas expliquer ici le CONTRAIRE... cela fait 10 ans que j'essai de faire reconnaitre mes droits, de présenter ma fille OTAGE à ma famille, sans y parvenir avec toutes les preuves nécessaires, sans même avoir le droit pour ma Fille de PORTER SEULEMENT MON NOM...

demandez plutôt à l'ancien représentant commandant des RG de St Pierre ce qu'il pense des Dérives Judiciaires AJOIennes du Département... Dites plutôt aux gens la VÉRITÉ sur les manipulations et falsifications volontaires d'instruction des dossiers ( sur les réévaluations des Aides Judiciaires tant attendues par la profession, sur le % de votre Chiffre d'Affaire grâce a ces Pères massacrés) dans les "objectifs" de natalité et de rémunération maternelle (cf Cf Lagarde)

6.Posté par Papapio, ni macro ni géniteur payeur le 03/09/2010 09:02
LA VÉRITÉ c'est aussi que lorsque l'on vous appelle a l'AIDE sur les radios, dans les Blogs, par des grèves de la faim, vous ne réagissez pas... Silence....c'est chacun pour soit et dieu pour tous....

Mais dés que vous tombez vous aussi dans le piège tendu, alors là par contre vous criez au scandale...
c'est maintenant que vous comprenez que votre silence passé vous coute TRÈS CHER aujourd'hui...

Ça ne vous rassurera pas, mais vous êtes loin d'être seuls a subir ça sous le silence complice
car TOUT LE MONDE Y A UN INTÉRÊT D'ABORD FINANCIER... 50% des Couples mariés séparés (hors chiffres concubinage) dont 85% des Enfants et Pères condamnés de NATURE, DE GENRE.

Alors, Réfléchissez, et quand vous serez d'accord pour réagir en adultes, a défendre vos intérêts et ceux des Enfants, ceux de vos proches et collègues, n'hésitez pas a prendre contact avec moi...

7.Posté par FOXI le 03/09/2010 09:29
1.Posté par noe974 "C'est comme ça !!! Nous ne voyons que le sommet de l'iceberg
_______________________________________________________________________

Je découvre que noé974 est le "défenseur de l'Etat". Etes-vous rémunéré ou bénévole ? Vous défendez bec et ongles, Sarko, ses sbires, bref tout ce qui interpelle la raison.

Manifestement vous n'avez plus de sens critique. Béat devant tous et approuvant tout, cela peut devenir dangereux........pour les autres. Heureusement que le SAC a été dissous mais il doit exister pire et je vous soupçonne......

Votre propos "La justice tranche pour le bien" est sidérant. Je suggère, spécialement pour vous, la création d'un poste "de claqueur délégué aux tribunaux", là, vous auriez tout loisir d'applaudir les justes décisions rendues.. Incroyable un tel aveuglement.....



8.Posté par Papapio, ni macro ni géniteur payeur le 03/09/2010 09:59
et: "La mère reprend son fils du jour au lendemain": ...........NON Mme Zaïa Ayama......
LA MÈRE S'APPROPRIE L'ENFANT DU COUPLE, ........C'EST VRAIMENT PAS PAREIL...

La manière journalistique de présenter les sujets influe forcément sur leur compréhension...
ainsi que sur l'acceptation du Bien fondé de la LOI Française Paritaire et l'assimilation des lecteurs, du renoncement des Magistrats d'appliquer le 1er Amendement de la Constitution Française, l'art 18 de la "Déclaration des Droits de L'Enfant" (droit de vivre et être éduqué par ses 2 parents) ainsi que l'Équité dans les jugements rendus au NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Mandataire et payeur...

Nous espérons donc aussi, que vous cesserez de Parler :
*"d'Assistante Maternelle" pour PARENTALE (Les Parents Éduquent, pas les seules Mères)
*************************************

En outre, la Mamie peut entamer une procédure de Droits a Tiers, dissocié des semblants de droit de l'Enfant avec son Père, et peut aussi depuis le 1er mars 2010, faire intervenir le dispositif de la QPC (Question prioritaire de constitutionnalité) qui permet à tout citoyen de contester la constitutionnalité d'une loi portant atteinte aux droits et libertés que la Constitution garantit.
"Situation qui laisse le "géniteur impuissant" car il n'a aucune existence juridique en tant que père".

Le problème étant que AUCUN TEXTE DE LOI NE PRÉCONISE L'ENLÈVEMENT QUASI SYSTÉMATIQUE DES ENFANTS AUX PÈRES... mais 90%...couvert par la chancellerie...
Demandez donc a votre Avocate si elle serait d'accord pour abandonner ses enfants de force, ou si c'est son statut de Femme qui l'autorise a rester si discrète sur ces scandales enrichissants ...

Lui rappeler éventuellement qu'on ne dit pas plus "géniteur impuissant" parlant du Père, que "pouliche stérile ou Poule pondeuse" parlant d'une Maman... Que ces propos sont inconvenants, discriminatoires, insultants et donc impropres a rétablir le respect ÉQUITABLES des GENRES...

9.Posté par prenlabontépoulobligation le 03/09/2010 10:40
Té, fo arrété ! le zenfant dans tout çà ! i demande pas son avis ? i balance a li comme çà !
la toujours dit : péché momon/papa cé zenfant qi supporte !
peu importe, pendant 3 ans le momon la pa rode son zenfant ! quisa la passe nuit blanche ? qaund té malade ? jourdui la fini grand, la li la besoin ! apré i rode a coz zenfant comé la i écoute pu zot parent !!!!

10.Posté par QBR974 le 03/09/2010 12:23
"...Les prestations sociales ne peuvent même pas être perçues par la famille d'accueil de l'enfant...."

FAUX!

La personne qui élève l'enfant a droit aux prestations de la CAF.

11.Posté par Henri le 03/09/2010 13:07
On ne peut que comprendre la douleur de cette grand-mère, mais mettons un instant nos sentiments de côté, pour essayer de voir "vrai".
J'ai l'impression que le véritable problème est la séparation au niveau du couple.
La grand-mère aurait-elle eu la même réaction si l'enfant était allé retrouver ses 2 parents (et donc également son fils) en métropole ?
Face à cette séparation, les juges ont bien été obligés de trancher !
L'article semble vouloir dire que le père n'a pas reconnu l'enfant, pourquoi les juges lui ont-ils accordé le droit de voir l'enfant une fois par an alors ? Ça mérite un éclaircissement Mme AYAMA.
On attend un complément. Merci.


12.Posté par Choupette le 03/09/2010 18:46
@ 5.Posté par Papapio, ni macro ni géniteur payeur

C'est valable dans le sens inverse également.

Je connais un cas où le père, juste pour emmerder la maman, réclame des prérogatives qu'il n'assume pas en plus de frauder les instances payantes d'allocs diverses.

Donc, faudrait mettre un bémol à vos récriminations (que je peux comprendre).

13.Posté par jumeau_974 le 03/09/2010 21:37
La grand-mère est certes admirable en élevant son petit-fils, mais l'enfer est pavé de bonnes intentions : est-ce son rôle, après avoir élevé la première génération c'est à dire sa fille, de s'occuper de la génération suivante ? N'est-ce pas à sa fille et son compagnon de prendre leurs responsabilités en s'occupant de leur enfant ? Au 21ème siècle, lorsqu'on a un enfant, c'est qu'on a décidé de l'avoir ....

Aller se former en métropole est-il incompatible avec le fait de pouvoir s'occuper de son enfant ? D'autant plus qu'entretemps, un deuxième enfant a vu le jour, alors que d'après l'article, la mère n'a pas eu de contact à son premier enfant pendant deux ans .... Aujourd'hui, la mère prend enfin ses responsabilités et s'occupe de son enfant laissé à la Réunion.

En cautionnant une situation qui n'aurait pas dû être, la grand mère en paie les conséquences aujourd'hui. Elle aurait dû à l'époque faire les démarches pour avoir l'autorité parentale, ou la garde de l'enfant, bref ne pas faire les choses à moitié.

A mon avis, il ne s'agit pas d'une quelconque morale judéo-chrétienne (d'ailleurs qu'est-ce cela veut dire ???), mais de bon sens : un enfant se doit d'être élevé par ses deux parents. Ici, les deux parents ont clairement manqué à leur devoir en laissant leur enfant à la grand mère ...

14.Posté par Krel974 le 04/09/2010 07:39
La priorité doit être le bien-être de l'enfant...ce n'est malheureusement pas le cas dans les tribunaux à la Réunion....On ne peut pas systématiquement pénaliser les pères et tout donner à la mère....Sinon à quoi sert le tribunal..

15.Posté par Simplet le 07/09/2010 17:34
Bonjour,

Je dois avouer que je n'ai pas compris le sens de l'article de Zaïa AYAMA.

Elle nous raconte une histoire (triste pour la grand-mére) sans vraiment nous donner les détails de cette histoire qui nous permettraient de mieux comprendre cette situation difficile.

Cela laisse la porte ouverte à toutes supputations et à toutes interprétations !!!


Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales