Revenir à la rubrique : Mayotte

Wuambushu : Les opérations de lutte contre la délinquance se poursuivent, les actes de vandalisme et les agressions aussi

L'opération de "reprise en main" de Mayotte, baptisée Wuambushu, entre dans sa quatrième semaine. Si les médias nationaux semblent être déjà passé à autre chose, les kwassas continuent d'arriver et les arrestations se poursuivent sur l'île aux parfums. Les attaques par des bandes de délinquants en combinaison blanche aussi, à l'image du saccage subi vendredi passé par l'hôpital de Dzoumogné, contraint de fermer ses portes.

Ecrit par Nicolas-Payet – le lundi 15 mai 2023 à 14H05

Wuambushu se poursuit avec, d’un côté, l’importante mobilisation des forces de l’ordre qui multiplient et médiatisent les interpellations qui s’égrainent au fil des jours. De l’autre, les attaques envers des habitants, les fraudes à l’identité et les saccages gratuits.

Ainsi, dans la nuit de dimanche à lundi, l’unité nautique de la Police aux frontières a interpellé un kwassa en provenance d’Anjouan avec à son bord 28 ressortissants comoriens, dont cinq femmes et trois enfants. Jugé, le passeur a été condamné à 6 mois de prison et 3 ans d’interdiction de territoire. Les étrangers en situation irrégulière sont en passe d’être reconduits .
 

Vendredi dernier, le 12 mai, quatre jeunes faisant partie d’une bande ayant commis plusieurs vols avec violences ou sous la menace d’arme blanche à Mtsapéré ont été confondus par la police. Cette bande d’une dizaine de jeunes avait arraché un sac à main d’une passante et réalisé des vols dans des établissements commerciaux. Ils avaient menacé de représailles les témoins du vol le jour même et avaient récidivé le lendemain en caillassant. Le quatuor a été jugé, deux des mis en cause étaient en situation irrégulière.

 

Technique du « Look alike »

A l’aéroport de Dzaoudzi,  le 8 mai dernier, deux femmes utilisant la technique du « look alike » étaient prises sur le fait. La première a reconnu qu’elle était venue des Comores pour pouvoir récupérer une carte d’identité appartenant à quelqu’un d’autre afin de prendre l’avion. La seconde était munie d’un faux passeport.
 

Au cours de l’embarquement pour le même vol vers Paris, un individu a fait une tentative identique avec une jeune femme de nationalité comorienne pour tenter de la faire voyager en sa compagnie avec un document d’identité ne lui appartenant pas. « Toutes ces personnes font l’objet de procédures de reconduite dans le cadre de la lutte contre l’Immigration clandestine », indiquent les services de police concernés. Les ressortissants français qui les aident font l’objet de procédures judiciaires et devront répondre de leurs actes devant le tribunal judiciaire de Mamoudzou pour l’aide apportée.

Vendredi 12 mai dans l’après-midi, le centre médical de référence de Dzoumogné était la cible d’une intrusion de délinquants avec agressions physiques d’usagers, détérioration matérielle et vandalisme. Le plan blanc a été déclenché après cette vague de violences gratuites commises par des jeunes entièrement vêtus de combinaisons blanches qui manifestent leur colère face à l’opération Wuambushu et, notamment, la destruction prévue des nombreux bidonvilles dans le 101e département. L’hôpital a fermé ses portes et les patients ont été transférés au CHM du chef lieu.

Contrôles tous azimuts

Côté gendarmerie, les interpellations se sont multipliées sur toute l’île, à l’image, le 5 mai, de l’arrestation de quatre individus pour participation avec arme à un attroupement, violences aggravées et vol aggravé commis le 28 avril 2023 à Bandrélé. Ou encore, le 8 mai dernier, l’interpellation par les militaires de la brigade de Mzouazia de l’auteur de violences avec usage d’une arme commises le jour même et, le 12 mai, l’auteur de violences aggravées sur un gendarme commises le même jour à Ouangani, appréhendé par les militaires de la brigade de Sada.
 

Les nuits de samedi 6 et dimanche 7 mai, des opérations de lutte contre les conduites à risque ont été organisées sur la commune de Bandrélé. Les gendarmes de la brigade de Mzouazia, appuyés par l’équipe cynophile de Koungou et des policiers municipaux, ont procédé à des contrôles qui ont permis de découvrir des produits stupéfiants (cocaïne, ecstasy, résine et herbe de cannabis). Compte tenu des quantités, des amendes forfaitaires délictuelles ont été infligées aux détenteurs.

La nuit de samedi à dimanche, deux individus, dont un chef de bande, ont été interpellés par la police nationale à Mayotte. Ceux-ci ont tenté d’utiliser des chiens pour faire rempart entre eux et les forces de l’ordre.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] Contamination des végétaux à Mayotte : risque sanitaire élevé dû aux pesticides, les consommateurs appelés à la vigilance

La préfecture de Mayotte met en garde ses habitants quant à la contamination de végétaux aux pesticides. Les autorités mettent en garde les consommateurs qui sont invités à ne pas réaliser leurs achats de fruits et légumes auprès des vendeurs sur le bord des routes en raison du danger qu’est susceptible de représenter la consommation de ces produits. Parmi les substances présentes dans les produits analysés se trouve le Diméthoate, un insecticide prohibé depuis février 2016, mais aussi du chlorpyriphos-éthyl ou de l’hexaconazole surdosés.

Mayotte : L’épidémie de choléra s’étend à un nouveau quartier

L’épidémie de choléra qui sévit actuellement à Mayotte continue de susciter l’inquiétude, notamment après la confirmation hier d’un cas dans un nouveau quartier de l’île, portant le total à 67 personnes infectées.
Parmi les victimes figure une fillette de trois ans décédée la semaine dernière.

Choléra à Mayotte : L’ancienne directrice de l’ARS accuse les élus d’être responsables

Dominique Voynet, qui fut ministre de l’Environnement dans le gouvernement de Lionel Jospin et directrice de l’Agence régionale de santé de Mayotte de 2019 à 2021, appelle l’État à accélérer les travaux d’assainissement des eaux usées sur l’île pour freiner le risque de propagation du choléra. Et elle n’hésite pas à pointer du doigt la responsabilité des élus locaux, accusés d’immobilisme.

Un enfant meurt du choléra à Mayotte

Il s’agit du premier décès recensé par l’Agence régionale de santé. L’enfant habitait dans le quartier de Koungou dans lequel plusieurs cas de choléra ont été identifiés ces dernières semaines.