Revenir à la rubrique : Société

Visite guidée du Grand Prado: De l’eau usée à l’eau de qualité baignade rejetée dans l’océan

Lancée en 2010 et mise en service en avril dernier, la STEP du Grand Prado, installée à Sainte-Marie, aura coûté 75 millions d'euros. Financée par l'Etat, l'Europe, l'Onema, la Région, l'Office de l'eau et Véolia, répondant aux contraintes européennes de retraitement des eaux usées, cette station d'épuration à haute qualité environnementale traite désormais les eaux usées des communes de Saint-Denis et Sainte-Marie. Visite.

Ecrit par zinfos974 – le mercredi 03 juillet 2013 à 16H10

De la quatre-voies en direction de Sainte-Marie, difficile d’imaginer qu’une station d’épuration des eaux usées (STEP), en l’occurrence celle du Grand Prado, se trouve là.

Une fois plus proche, c’est une usine dernier cri en matière de retraitement des eaux usées des communes de Saint-Denis et Sainte-Marie qui y apparaît. Elle répond aux dernières contraintes européennes, à savoir les dispositions relatives aux « Eaux Résiduaires et Urbaines ». Il faut savoir que les départements d’outre-mer étaient en retard sur la question du retraitement des eaux usées et obligation avait été faite par l’Europe de se mettre en conformité au risque de recevoir une amende particulièrement salée. D’autant qu’un autre problème apparaîssait, celui de la construction de grands ensemble de logements. « Avec le Grand Prado, nous n’avons plus de problème pour la construction de programmes de plus de 200 logements sur les communes de la Cinor« , explique Philippe Naillet, vice-président de la Cinor.

Passés ces détails techniques de mise en conformité, la STEP du Prado offre toutes les dernières innovations techniques en matière de retraitement des eaux usées, le tout sans utilisation de produits chimiques, se basant uniquement sur des procédés dits « biologiques« , tient à préciser Frédéric Albaré, chef de projet à la Cinor.

10 millions de m3 d’eau de qualité baignade

 

La visite guidée peut commencer. Dotée de deux bassins de dépollution et de deux bassins de clarification, la STEP du Prado dispose en outre d’un digesteur qui permet de produire du biogaz, « le premier dans les DOM« , souligne Laurent Laï-Kan-Thon, chef de station au Prado. « La STEP du Prado produit de l’électricité et de la chaleur. L’électricité est revendue à hauteur de 1GWh à EDF sur les 5 GWh consommés par la station du Prado« , précise Frédéric Albaré. Une fois les eaux retraitées, 10 millions de m3 par an de qualité eau de baignade, elles sont rejetées dans l’océan. Une partie des eaux usées est également dirigées vers la REUSE, pour « réutilisation des eaux usées« , et destinée à l’irrigation des terrains agricoles. « Il faut savoir que l’eau sortie de la REUSE permettrait un gain de production de 30 tonnes par hectares de cannes. C’est un meilleur engrais et un plus environnemental« , précise-t-il.

Comment fonctionne le circuit ? Tout est automatisé depuis une salle de contrôle informatique. L’eau arrive à la STEP, passe tour à tour par plusieurs étapes, le dégraisseur, le dessableur, le destilleur et le décanteur. Un processus qui permet d’éliminer la plus grosse partie des particules, graisses, boues et sable présents dans les eaux usées. Dans cette salle de pré-traitement, l’odeur est particulièrement désagréable, mais un système de récupérateur d’air vicié a été installé. Dans plusieurs bacs, du sable, mais également un amoncellement de restes « indéfinissables » au premier coup d’oeil. Pour l’anecdote, Laurent Laï-Kan-Thon nous explique qu’il lui est arrivé de trouver un « matelas » ou encore un « vélo d’enfant« . « Les gens jettent n’importe quoi dans les réseaux d’assainissements« , confie-t-il.

L’eau a le droit à un traitement aux U.V.

 

Une fois passées par le pré-traitement, les eaux sont dirigées vers les bassins d’aération. « Là des bactéries font le travail. Elles sont là pour dégrader les différents types de pollution« , poursuit-il. Puis l’eau passe dans les bassins de clarification et termine sa course par une dernière salle de traitement où elle reçoit des U.V. (ultra-violet) pour une désinfection complète. L’eau est ensuite rejetée dans l’océan. Des prélèvements sont effectués plusieurs fois par jour à l’entrée de la STEP et à la sortie avant rejet.

 

Après traitement, les boues servent à l’épandage

Concernant les boues, elles sont retraitées pour obtenir des « pellets » servant à l’épandage dans les champs. Leur séchage permet de transformer les boues visqueuses en boue sous forme de poudre puis, après une étape supplémentaire, en pellets. Les pellets sont ensuite stockés dans un hangar de 15.000 m3 et destinés à la production agricole.

Une visite guidée sous forme de parcours pédagogique qui sera également proposée aux scolaires dans les prochains mois, une fois que l’usine, encore en travaux, sera définitivement livrée.

Quand à l’ancienne usine de retraitement des eaux usées de Saint-Denis, la Jamaïque, elle n’est plus utilisée et sert uniquement de poste de refoulement. Désormais, il n’y a plus d’eau « maronnasse » déversée au large de Saint-Denis…

 

Visite guidée du Grand Prado: De l'eau usée à l'eau de qualité baignade rejetée dans l'océan

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Errance animale : « Si on prend la peine d’avoir un chien et qu’on l’aime, on le laisse dans sa cour »

Ce mardi 23 juillet, la CASUD organisait une grande opération de prévention et de sensibilisation contre l’errance animale sur le parcours de santé de Bel-Air au Tampon. L’occasion de rappeler les bonnes pratiques pour ne pas attirer les chiens errants et éviter qu’ils se rassemblent en meute. L’intercommunalité du sud annonce renforcer la sensibilisation autour des chiens divagants et, le cas échéant, mettre en place des sanctions.

Clara répond de belle manière aux commentaires misogynes

La chanteuse Clara Roland a été la cible de très nombreux commentaires négatifs sur son choix vestimentaire lors d’une prestation musicale sur scène. Elle a pris la parole lundi et a rappelé l’importance de rester libre et de s’assumer face aux critiques qui seront toujours présentes.