Revenir à la rubrique : Social | Société

Violences sexuelles et sexistes : Manifestation à Saint-Denis

Le collectif Nous Toutes 974 organise ce samedi une marche contre les violences sexuelles et sexistes. Les participants partiront du Jardin de l'État à 16 heures.

Ecrit par N.P. – le samedi 25 novembre 2023 à 11H20

Le communiqué :

Le collectif Nous Toutes 974 organise la manifestation contre les violences sexistes et sexuelles le samedi 25 novembre 2023, à partir de 16h, à Saint-Denis au départ du Jardin de l’État jusqu’au Barachois.

L’édition 2022 de la manifestation avait réuni 200 personnes. Cette année, nous espérons en réunir beaucoup plus. En effet, les réunionnaises prennent de plus en plus conscience des violences qu’elles vivent au quotidien. Lorsqu’elles décident de dénoncer leur agresseur, elles sont victimes de violences supplémentaires venant de l’Etat et de la Justice. Elles ne sont pas crues, elles ne sont pas aidées et elles ne sont pas protégées !

D’après les derniers chiffres 2022 de la Préfecture, chaque jour, 9 femmes en moyenne déclarent des violences conjugales. On estime également qu’entre 4 à 5 marmailles dans une classe de 33 à La Réunion sont victimes de violences sexuelles ou d’inceste. Cette situation est alarmante !

La Réunion est le 3ème département français en termes de violences intrafamiliales. En 2022, 4 réunionnaises ont été assassinées par leur conjoint ou ex, ou leur voisin. Cette année, Yvonne 68 ans et Lorane 5 ans ont été assassinées par Abraham, le fils d’Yvonne et l’oncle de Lorane. Les violences de genre ne se limitent pas au cadre conjugal, il s’étend aussi dans l’espace public, à l’école ou au travail. A Salazie, Alain a été assassiné parce qu’il était homosexuel.

Nous organisons donc cette manifestation pour dire STOP aux violences sexistes et sexuelles, STOP à la pédocriminalité et à l’inceste, STOP aux LGBTQIAphobies.

Les femmes, les enfants et les personnes LGBTQIA+ subissent chaque jour des violences (physiques, psychologiques, économiques, verbales, médicales, administratives…) dans l’indifférence complète de l’Etat. Mais ces violences concernent TOUTE la société en France et à La Réunion. Nous avons tous et toutes dans notre entourage des personnes qui en sont victimes, que nous le sachions ou pas. La honte doit changer de camp !

L’édition 2023 sera également l’occasion de dénoncer l’absence sidérante de politiques publiques pour lutter efficacement contre les violences faites à toutes les femmes, aux enfants et aux minorités de genre.

Depuis le début des mandats du Président Macron plus de 850 femmes ont été assassinées sous ses mandats, plus de 1000 enfants sont devenus orphelins. Les associations de terrain manquent cruellement de moyens, faute de subventions suffisantes. Les associations féministes estiment qu’il faudrait un budget de 2.6 milliards d’euros par an pour être enfin efficaces, cela représente 0,1% du PIB de la France.

Nous serons donc dans la rue le 25 novembre pour rappeler qu’en 2023 être une femme, et d’autant plus une femme noire, racisée, trans, porteuse de handicap ou une personne LGBTQIA+, c’est vivre en étant partout exposé·e aux violences.

Ces violences de genre s’inscrivent dans un contexte social et politique d’inégalités, d’injustice et de racismes. Nous ne pouvons pas fuir un père, un conjoint, un employeur, un système violent si notre survie matérielle n’est pas assurée. Nous nous mobilisons pour l’émancipation de tous·tes, en particulier pour celle des plus précaires d’entre nous.

Le gouvernement ne se contente pas à l’inaction face aux violences basées sur le genre. Il les génère et les accentue, par son application de politiques répressives, la casse des services publics et de notre protection sociale (réformes des retraites, du chômage, du RSA).

Au cours de cette manifestation, nous porterons aussi la voix de toutes celles et ceux qui, parmi nous, cumulent les violences en raison de leur situation de handicap, de leur vulnérabilité, de leur âge, de leur poids, de leur origine sociale, de leur statut de migrantes, de leur orientation sexuelle, de leur identité de genre ou parce qu’elles sont racisées.

Nous porterons également la voix des populations opprimées dans leur pays : Palestine, Soudan, République Démocratique du Congo, Ukraine. Les femmes, les enfants et les personnes LGBTIQIA+ sont les 1ères victimes des conflits. Ce qu’il se passe à l’étranger se fait trop souvent avec l’aval voire la complicité des pays occidentaux comme la France. Nous sommes solidaires des populations opprimées, quelque soit leur ethnie ou leur religion.

Nous porterons, enfin, les voix de celles qui ne peuvent plus parler, assassinées parce qu’elles étaient des femmes. Chaque féminicide émeut les politiques et la population mais rien ne change ! *

Nous appelons aujourd’hui chaque réunionnais·e, chaque association et organisation à nous rejoindre pour un mouvement de masse et à montrer son soutien aux victimes. Lorane, Yvonne, Alain, Dominique, Charlotte, Marie-Reine, Elise, Jay, Erminah, Geneviève, Lise-May, Rose May, Marie-Bergette, Alexandrine, Carole, Graziella, Vanina, Vivienne, Corine, Marie, Jessie, Arlette, Nicole, nous ne vous oublions pas. RDV samedi 25 novembre à 16h au Jardin de l’Etat à Saint-Denis. Collectif NousToutes974 (comité local de NousToutes)

Thèmes : Saint-Denis | VIF
S’abonner
Notification pour
13 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Mat
2 mois il y a

Paraît-il que l’on aurait aperçu Cauet en queue de peloton cortège…

K-buum
2 mois il y a

–Malaise sur BFM: «Proches de Macron»: une féministe égrène la liste des «prédateurs sexuels» de la Macronie
Signataire d’une tribune
«Me too»dans Le Monde en 2021, appelant à «écarter les auteurs de violences sexuelles et sexistes» de la vie politique, Mathilde Viot a dressé une longue liste, parmi laquelle:
•Eric Dupont-Moretti
•L’inévitable Gérald Darmanin
•Des hauts fonctionnaires et des privilégiés du régime comme le directeur du CNC, Dominique Boutonnat, donateur de Macron.
On y trouve même une femme, Chrysoula Zacharopoulou
, ministre de l’Europe (et accessoirement des Affaires étrangères)… et gynécologue, accusée par d’anciennes patientes de viol.
Dernier en date, Joël Guerriau, a été mis en examen pour «administration de substance afin de commettre un viol ou une agression sexuelle».

Realiste
Répondre à  K-buum
2 mois il y a

Faut pas aller loin pour trouver des cas d’hypocrisie : dans une mairie de l’ouest, gérée par le filleul, dont la mairesse officieuse faisait partie de la manif, grande prêtresse de la lutte contre la violence faite aux femmes au 974, cas présumés de harcèlement morale et sexuel sur des agents cadres obligés de démissionner.

JORI
Répondre à  K-buum
2 mois il y a

« une féministe égrène la liste des «prédateurs sexuels» de la Macronie », parce qu’il n’y en a pas dans les autres partis ?. Dans le milieu du cinéma ou autres ?. Pourquoi cette discrimination. 😂😂😂

Doris
2 mois il y a

bouéééé! soutien à Bernard et André aussi! et ùon poisson rouge némo qui voulait etre un requin

Zorro
2 mois il y a

Je voudrais dénoncer ici la violence sexiste que j’ai subie en 1980/1981, lorsque du fait de mon état civil masculin, j’ai été obligé de quitter mon travail, mes amis et ma famille pour subir, pendant un an, brimades et humiliations, violences physiques et psychologiques,.. Le tout payé avec un lance-pierres
C’était ce fameux service militaire.
Et tout ça sans la moindre gène de mes amies de l’époque, dispensées « sexuelles » de cette corvée.
Je note en passant, et sur le même thème, le silence assourdissant des associations féministes de l’Ukraine et de la Fédération de Russie qui se gardent bien de dénoncer la violence sexiste qu’y subit « La femme » dans le sanglant conflit actuel.
En toute cohérence, elles devraient se lever en masse et dénoncer cette criante inégalité qui les empêche de se joindre à cette multitude d’hommes voués au hachoir à viande.
L’homme et la femme doivent être égaux. Surtout la femme…

Huji
2 mois il y a

Vous avez vraiment rien à foutre..tous les week end manifestation pour les femmes ceux ci..cela..

JORI
2 mois il y a

Si ce collectif n’est pas d’accord avec ce que la France fait contre les violences faites aux femmes et autres, peut être trouvera t il son bonheur dans un autre pays 😂😂😂

Sade
2 mois il y a

Tout cela n’est qu’un complot, il n’y a jamais, et n’y aura jamais, de violences faites aux fommes.

David69l
2 mois il y a

En 2022, 4 réunionnaises ont été assassinées par leur conjoint ou ex, ou leur voisin

Plus de CENT femmes ont été tuées en Italie depuis le début de l’année…[Euronews] CENT FEMMES !

Donc arrêtez vos chiffres alarmistes qui font passer le Réunionnais pour un bourreau !!!

Marco
2 mois il y a

Marre de ces associations et jeux de politiques de gauche. Qui dans ces manifs inutiles ? Devinez quels politiques ? Très a gauche

Clay basket
2 mois il y a

Le plus gros danger pour une femme est donc de vivre avec un homme puisque le risque de mourir s’en trouve augmenté…

viez
Répondre à  Clay basket
2 mois il y a

l’inverse est aussi vrai, empoisonnement, accident , coups de couteaux de cuisine etc…

des trucs de ménagères en fait …

Dans la même rubrique

SPL Estival : Le redressement judiciaire prolongé de trois mois

Le tribunal de commerce de Saint-Denis a prolongé jusqu’au 22 mai le redressement judiciaire de la SPL Estival, le temps d’affiner les contours du nouveau plan de sauvegarde économique (PSE) ébauché après la grève des salariés, en fin d’année dernière. Pour garantir la survie de l’entreprise publique de transport, environ 70 salariés auront le choix entre accepter une baisse de leur rémunération, ou partir dans le cadre d’un licenciement économique.

Le Département et ses partenaires font front commun contre les violences intrafamiliales envers les enfants

« Nous ne pouvons pas rester les bras croisés, constater cette augmentation et ne pas agir ». Le Département passe la seconde dans sa lutte contre les violences intrafamiliales (VIF). Ce mercredi, à l’occasion de la tenue de l’Observatoire départemental de la protection de l’enfance (ODPE), la collectivité départementale a signé en compagnie de ses partenaires son Plan départemental de prévention et de lutte contre ces violences, avec une attention toute particulière envers les enfants. (Photos : Alexandre Robert).

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial