Revenir à la rubrique : Faits divers

Violences conjugales : « Vous êtes un bourreau domestique », fustige la procureure

Ce lundi, un homme de 34 ans comparaissait pour des faits de violences sur conjoint dans le cadre de la comparution immédiate. Il était en récidive légale et sous le coup d'une mesure d'interdiction de contact avec la victime.

Ecrit par 1167938 – le mardi 15 mars 2022 à 10H03

Jean B., 34 ans, est en proie à la jalousie. Le 14 mars dernier à Sainte-Suzanne, voyant un homme aux cotés de sa compagne au bas de l’immeuble où elle vit, il sort de ses gonds. Il croyait que c’était son amant, dira-t-il à la barre. La réalité est tout autre. C’est le fils de 9 ans de son amie qui est allé chercher l’oncle de celle-ci car il a senti que son ti-père allait devenir violent. S’en suit une scène d’une grande violence : coups de poings, claques, coups de pieds et tirage des cheveux au sol. Fort heureusement, les gendarmes sont prévenus et interviennent rapidement. Lorsqu’ils arrivent, Jean B. prétend avoir donné un coup de poing « pour se défendre ».

Les militaires constatent également les yeux rouges ainsi que la forte odeur d’alcool du prévenu. Trois quart d’heures après leur arrivée sur les lieux, l’individu est contrôlé à 23h30 avec 2,08 g/l d’alcool dans le sang. « Je reconnais un coup à l’arcade. Ça a commencé par des claques, ensuite il y a eu un ‘ralé-poussé’ et le coup de poing est parti tout seul« , explique le prévenu à la barre. Il indique ensuite avoir bu quatre bières et une bouteille entière de vin. Sous le coup d’un contrôle judiciaire avec une interdiction de contact pour les mêmes faits datant de septembre 2021, il avait écopé d’une peine d’un an de prison dont du sursis. Comme il l’indique avec lucidité, il connait parfaitement son schéma de fonctionnement : alcool, jalousie, colère et violence.

Le parquet se dit « particulièrement inquiet, voire très inquiet ». « Il a 4 mentions sur son casier dont 3 pour les mêmes faits. Il est là 6 mois après être sorti de garde à vue pour les même faits sur la même victime. La victime a dit au docteur : ‘je me suis sentie comme chien’. Il n’y a aucune remise en question, aucune empathie pour la victime. C’est un bourreau domestique ! », requiert la procureure qui demande 3 ans de prison avec mandat de dépôt et une interdiction de contact avec la victime.

« Il est décrit comme un tyran domestique, mais si tel était le cas, il se serait montré différent dès sa sortie de prison. La jalousie a pris le pas sur la raison. Ce qu’il a fait est inadmissible mais il ne veut pas se soustraire à ses responsabilités », plaide la défense. « Même s’l y a une mesure d’éloignement, je m’en moque », disait le prévenu en garde à vue… 

Après en avoir délibéré, le tribunal condamne Jean B. à 3 ans de prison avec mandat de dépôt et une interdiction de contact et de paraitre au domicile de la victime. 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

St-Denis : Les parents dépassés frappent leur garçon avec le tuyau d’arrosage

Le père et la mère minimisent les coups portés régulièrement à leur marmaille de 12 ans avec une ceinture. Mais les constatations médicales sont sans appel. Un jour de février 2020, ils se sont, chacun à leur tour, particulièrement acharnés à cause d’un « trop-plein ». Si la famille semble désormais réunie, les prévenus ont tout de même été condamnés ce vendredi. Le père est derrière les verrous pour d’autres faits de violences.

Trafic de drogues de synthèse : Le psychonaute sévèrement condamné

Des substances psychédéliques par kilo importées par colis postal de Chine où elles sont fabriquées par des laboratoires ont inondé La Réunion. Ces cristaux qui imitent la cocaïne ou les amphétamines ne seraient pas de la drogue, selon un trentenaire rejugé à sa demande par la cour d’appel en novembre 2023. Celui-ci s’est réclamé de sa consommation personnelle et n’a pas manqué d’imagination pour justifier son train de vie. Mais il n’a pas convaincu la cour dont la décision tombe comme un couperet.

Trottinettes électriques : La police contrôle et verbalise

Ce jeudi matin, les policiers de Saint-Denis avaient dans leur viseur les propriétaires de trottinettes électriques. Comme indiqué sur la page Facebook de la Police Nationale de La Réunion, de nombreuses infractions ont été relevées et de nombreuses verbalisations ont été dressées.