Revenir à la rubrique : Faits divers

Violences conjugales : « Tu vas mourir dans mes mains, je vais te tuer »

Depuis 6 ans qu’ils sont en couple, Mélanie* subit les accès de violence aggravés par l’alcool de Gérard*. Le 8 décembre dernier, l’homme de 49 ans l’a rouée de coups et menacée avec un couteau à pain.

Ecrit par PB – le lundi 13 décembre 2021 à 19H11

Gérard reconnait que quand il boit, il est violent. Une violence dont Mélanie fait de plus en plus les frais, devenant « un souffre-douleur ». Dans la nuit du 7 décembre dernier, alors qu’elle se trouve chez une amie, Gérard débarque ivre. Dès qu’il arrive, il l’insulte et la gifle puis s’endort. 

Le lendemain, Mélanie, de retour chez Gérard où elle réside également, subit une nouvelle fois les foudres de son compagnon. Toujours ivre, Gérard s’en prend à un ami pour finalement se tourner vers Mélanie. Coups de poings, coups de pieds, le quadragénaire la traine au sol par les cheveux jusqu’à un tiroir de la cuisine et s’empare d’un couteau à pain.  « Tu vas mourir dans mes mains, je vais te tuer », menace-t-il finalement, arrêté par son ami qui s’interpose. 

Quand ils se sont rencontrés, Gérard et Mélanie étaient tous les deux en errance. Sur les 5 mentions du casier judiciaire du prévenu, certaines figurent pour des faits de violences avec arme. Les scènes de violences pour lesquelles il est jugé ce lundi en comparution immédiate font ainsi « froid dans le dos, quand on sait qu’il est surnommé ‘le hacheur’, en référence à son passé », pointe le parquet qui demande 18 mois dont 1 an avec sursis probatoire, « l’éviction du domicile conjugal quand bien même Monsieur est sur le bail », ainsi que le placement en détention à l’issue de l’audience. 

Sa dernière condamnation datant de 2012 pour des faits graves sans pour autant être audiencés aux assises, l’avocat s’est opposé au maintien en détention. 

Il a été entendu. Gérard a été condamné à 18 mois dont 12 de sursis probatoire durant 2 ans. Le tribunal lui a accordé un aménagement sous bracelet électronique des 6 mois ferme. L’interdiction de contact et paraître au domicile de la victime mais aussi l’obligation de soins, de travailler et de réparer les dommages causés ont été prononcés. L’éviction du domicile n’a également pas été retenue.

* prénoms d’emprunt 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Maltraitance animale : Un individu interpellé et placé en garde à vue

Mercredi 28 février 2024, un individu défavorablement connu des services de police pour des faits de maltraitance envers les animaux a été interpellé. Il avait été filmé, en décembre dernier, alors qu’il frappait sa chienne avec un bâton sur son balcon. Placé en garde à vue, l’auteur devra répondre de ses actes devant le tribunal judiciaire, indique la Police Nationale de La Réunion sur sa page Facebook.

Ste-Suzanne : Les gendarmes mettent fin à une série de cambriolages

Le 26 février 2024, les enquêteurs de la Brigade Territoriale Autonome (BTA) de Sainte-Suzanne ont élucidé 4 cambriolages dont 3 concernant des écoles élémentaires. Les militaires de la compagnie de Saint-Benoit ont interpellé deux individus dont l’auteur principal a reconnu les faits.

Ste-Marie : Une femme gravement blessée par son compagnon

Un homme a tiré sur sa compagne à Sainte-Marie ce mercredi. L’individu s’est par la suite infligé une blessure. Les deux ont été transportés dans un état grave au Centre hospitalier universitaire de Félix Guyon à Bellepierre.

Violences : « Si c’était à refaire, je referais la même chose »

L’audience de comparution immédiate de ce lundi avait, bien malgré elle, pour thème les violences conjugales. Le tribunal avait à juger un trentenaire qui, sous l’effet de l’alcool, a frappé son ex-conjointe au prétexte qu’elle ne voulait pas le laisser entrer à son domicile.