Revenir à la rubrique : Faits divers

Vaccinobus incendié au Port : Qui sont les commanditaires ?

L'enquête concernant l'incendie du vaccinobus va reprendre. Le jeune incendiaire présumé n'a en effet peut-être pas agi seul.

Ecrit par IS-LR – le mardi 18 janvier 2022 à 11H41

« C’est une affaire qui doit inquiéter aujourd’hui la population »,  indique Me Yann Prévost, avocat représentant les parties civiles. « Elle met en évidence qu’il peut y avoir des actes extrêmement dangereux et criminels commis éventuellement contre les personnes qui interviennent à la demande de l’ARS pour procéder à la politique de vaccination ».

La robe noire s’est montrée inquiète à la sortie du procès en comparution immédiate de Yassar O., poursuivi pour l’incendie du vaccinobus, visé par des cocktails Molotov le 10 janvier dernier. « C’est inquiétant parce que l’incendie a été commis au domicile des organisateurs du bus, c’est-à-dire dans des conditions qui auraient pu mettre en danger toute la famille. On aurait pu assister à un embrasement du domicile de mes clients. On n’est pas du tout sur un acte politique ou militant comme on peut parfois en voir avec peu de débordements à la suite. Là, nous sommes avec un risque majeur pour la sécurité de mes clients », ajoute-t-il, estimant qu’il y a forcément un instigateur.

Cinq cocktails Molotov et un accélérateur de feu ont été retrouvés sur place, ce qui ne cadrerait pas vraiment avec le personnage poursuivi aujourd’hui. « Il n’était peut-être pas seul », précise Me Yann Prévost, qui se félicite de la décision du tribunal de procéder à de plus amples investigations.

Une personnalité influençable ? 

« On sait aujourd’hui que nous sommes dans une période où beaucoup de passions s’expriment autour du débat vaccinal. Quand c’est un débat d’idées, ça passe dans la démocratie, mais lorsque ça prend des proportions d’extrême violence – on est sur un incendie qui aurait pu être tragique pour la vie de mes clients – on n’est plus dans ce débat d’idées, et oui on doit vérifier et savoir s’il a pu y avoir une logique derrière de destruction de ce bus dans un souci de faire passer un message ‘antivax’. Les limites seraient dépassées si tel était le cas, et vue la personnalité du jeune homme aujourd’hui poursuivi, mes clients n’arrivent pas à imaginer qu’il ait pu agir de manière isolée », conclut l’avocat.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Soupçons d’emplois illégaux : Didier Robert, Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou se défendent à la barre

La deuxième journée du procès des emplois de cabinet de la Région a conforté la défense dans sa contestation de la partialité de l’enquête menée par l’OCLCIFF : les témoins auditionnés ont en effet tous confirmé l’effectivité des missions effectuées par les ex-conseillers techniques Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou, tandis que le troisième prévenu appelé à la barre, l’ancien président Didier Robert, a martelé sa légitimité, en tant que chef de l’administration, à choisir lui-même les personnes embauchées dans son cabinet. Enfin, le DGS d’alors Mohamed Ahmed, convoqué comme témoin, a souligné qu’un arrêté relatif à l’organisation administrative de la Région avait rattaché certains services au cabinet, sans que cela ne soit contesté ni par le contrôle de la légalité, ni par le tribunal administratif.

Rodéos urbains au Port : 10 motos saisies et détruites par la Police

Alors que depuis le début de l’année, une recrudescence des rodéos motorisés a été observée au Port avec pour conséquences deux accidents graves de la route, une opération menée par la Police ce jeudi a permis la saisie de 10 motos impliqués dans cette pratique illégale. Les deux-roues ont été détruits.

Soupçons d’emplois illégaux au cabinet de la Région : La stratégie d’enquête décriée par la défense

En début d’audience pour ce premier jour de procès, les 11 prévenus de la Région Réunion, dirigée par Didier Robert de 2010 à 2021, ont nié toute faute malgré les poursuites pour détournement de fonds, prise illégale d’intérêts et de recel après un contrôle de la Chambre régionale des comptes. L’enquête préliminaire a révélé des emplois potentiellement fictifs, des recrutements discrétionnaires et des rémunérations excessives. Les avocats de la défense contestent la procédure, arguant notamment de partialité et d’imprécision des motifs de poursuite.