Revenir à la rubrique : International | Société

« Un nouveau regard », documentaire sur les humains qui veulent sauver les animaux d’Afrique du Sud

Pour l'ONG sud-africaine Elephants, Rhinos & People (ERP), la pauvreté des populations rurales proches des réserves animalières est le principal frein à la protection des espèces braconnées. Dans leur documentaire « Un nouveau regard », Alexandra Bègue et Rémy Javel relaient l'engagement des bénévoles d'ERP en matière d'accès à l'éducation, au travail et à la santé. Avec en fil conducteur la beauté intemporelle des animaux sauvages qui font la célébrité du pays.

Ecrit par Thierry Lauret – le dimanche 07 janvier 2024 à 14H48

Autant être prévenu : « Un nouveau regard » ne constitue pas un documentaire animalier, même s’il traite de la lutte contre le braconnage – mais pas que – et qu’il a pour cadre les réserves animalières d’Afrique du Sud et leurs abords.

Le film d’Alexandra Bègue et Rémy Javel, deux Dionysiens tombés amoureux l’un l’autre lors de leurs études en Afrique en Sud, comporte bien quelques séquences d’animaux du Big Five, dont cette image saisissante d’un rhinocéros dont la corne a été sectionnée par des braconniers. Mais l’essence de ce documentaire de 40 minutes se dévoile lors d’entretiens face caméra avec des bénévoles, des employés ou des personnes en lien avec l’ONG Elephants, Rhinos & People (ERP).

Cette organisation non gouvernementale, principalement financée par des fonds privés, s’est construite sur un postulat innovant : la préservation des espèces braconnées, ou en voie de disparition, ne peut s’inscrire que dans une démarche volontariste de soutien aux populations rurales pauvres qui vivent autour (et parfois même à l’intérieur) des réserves animalières d’Afrique du Sud et de Namibie.

Un principe d’aide au développement économique par l’accès à l’éducation, aux soins et au travail qui guide l’ensemble des projets mis en œuvre par Elephants, Rhinos & People, quand nombre d’ONG dans le monde habillent leurs programmes de quelques considérations pour les populations locales.

« En 2018, dix ans après notre rencontre, on a voulu retourner en Afrique du Sud mais on ne voulait pas faire des choses classiques comme le safari, on l’avait déjà fait. On voulait faire de l’écovolontariat, alors on a demandé à ERP de quelle manière on pouvait les aider. Ils nous ont dit qu’ils avaient besoin de communiquer sur leurs actions et ils nous ont demandé de filmer les gens qui s’investissaient dans leurs projets », relate Alexandra Bègue, qui réside et travaille désormais à Berlin avec son compagnon.

Nanti d’un appareil photo à 500 euros acheté avec la première paye que vient de toucher Alexandra Bègue, le couple s’envole ainsi en Afrique du Sud où il parcoure 10.000 km et traverse 7 réserves pour recueillir les témoignages de femmes et d’hommes en lien avec les projets d’ERP. Comme la réintroduction des rhinocéros dans des zones où ils s’établissaient auparavant en bon voisinage avec une population entre temps chassée, elle, par le régime de l’Apartheid.

Le documentaire « Un nouveau regard » s’attache aussi à montrer l’engagement de l’ONG dans des actions aussi variées que la mise à disposition d’ordinateurs à des enfants pour l’apprentissage de l’informatique, l’étude comportementale des éléphants visant notamment à déterminer leur état de stress afin d’éviter qu’ils ne chargent les habitations environnantes, le don de vélos pour des écoliers habitant des endroits reculés, la surveillance et la protection des animaux en danger via des dispositifs numériques, la promotion d’un artisanat en lien avec les réserves animalières prisées des touristes ou, enfin, le soutien médical et psychologique à des personnes atteintes du Sida dans un dispensaire.

Autant de séquences qui avaient initialement vocation à être utilisées dans des vidéos courtes pour les réseaux sociaux, mais que le couple s’est décidé à exploiter dans un projet de documentaire plus ambitieux, en y incluant des images d’animaux fournies par un vidéaste de l’ONG.

« Pendant le Covid, on était en Allemagne et on a créé le collectif Xploratopia avec des amis de La Réunion. C’est comme ça qu’on a décidé de bosser ensemble sur cette idée de documentaire », se souvient Rémy Javel, qui donne des cours de dessin à Berlin, tandis qu’Alexandra Bègue travaille pour une grande entreprise et fait partie du conseil d’administration de French Tech Berlin. Les autres membres du collectif s’impliquent à distance dans la création du documentaire, en fonction de leurs compétences et de leur disponibilité, à l’image de Jonathan Degard, l’auteur des partitions de piano du film.

Sans moyens professionnels, le montage du film s’étire sur une longue période et le collectif choisit d’y intégrer des mises à jour pour informer des progrès de certains projets. L’objectif du documentaire, disponible à l’achat (4,99 euros) depuis ce samedi sur la plateforme de vidéo à la demande Vimeo, demeure celui qui animait le couple lors de leur séjour en Afrique du Sud de 2018 : aider l’ONG  Elephants, Rhinos & People. Cette fois en lui reversant l’intégralité des fonds générés par la vente du documentaire « Un nouveau regard ».

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
15 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Médailles de l’Engagement : Un policier réunionnais récompensé par la MGP

Lors de la 3e cérémonie des Médailles de l’Engagement, la mutuelle MGP a honoré 36 policiers pour leurs actions notables. Parmi eux, on retrouve le Réunionnais Alexandre V. de La Réunion, récompensé pour avoir fondé le Moufia Boxing Club à Saint-Denis, un club inclusif servant divers groupes sociaux, dont des policiers, des personnes porteuses de handicap et des jeunes marginalisés.

A La Réunion, 55 millions d’euros d’impôts ont été collectés en 2023 suite à des contrôles fiscaux

L’an dernier, sur les 536.000 foyers réunionnais qui ont rempli leur déclaration d’impôts sur le revenu, 92% l’on fait sur internet. Selon la Direction régionale des finances publiques, les fraudes constatées lors des contrôles fiscaux concernent principalement les entreprises. La nouvelle campagne déclarative des revenus, qui a débuté ce lundi 15 avril, verra l’intensification de la lutte contre la fraude via l’utilisation de logiciels informatiques et le croisement de données.

La Poste et la SEOR s’associent pour la création d’un Refuge Péi

La SEOR et la Plateforme Industrielle du Courrier de Saint-Denis ont collaboré pour transformer cette dernière en « site pilote » du programme Refuges LPO Péi en 2023, s’engageant à protéger la biodiversité locale et à sensibiliser les employés à la préservation de la faune et de la flore.

Des fermetures nocturnes à prévoir sur le boulevard Sud

Sur la RN6 boulevard Sud à Saint-Denis, pour permettre des travaux de fouille pour le raccordement au réseau électrique, la circulation sera interdite sur la contre-allée de la tranchée couverte Mazagran Doret dans le sens Nord/Ouest, de 20h à 5h les nuits du lundi 15 au mercredi 17 avril. Une déviation sera mise en place par la voirie communale.

Les Chroniques de tonton Jules #170

L’attaque de l’Iran sur Israël, la riposte prévisible d’Israël sur Téhéran, je ne vous en parlerai pas : toute la presse le fait et le fait bien. Mais encore faudrait-il, pour être informés, que vous écoutiez les radios, que vous lisiez les journaux, y compris en ligne, que vous visionniez les JT. Attention : je n’ai rien contre les réseaux dits sociaux mais ces derniers démolissent les neurones, le libre-arbitre et la raison critique : on avale le pré-cuit, on ne pense plus. Et ce sont bien ces derniers, libre-arbitre et raison critique qui nous distinguent de la paramécie.

Nos journalistes, je veux dire « nos vrais journalistes », contrôlent dix fois une information avant de la mettre en ligne. Les « faux journalistes », parés du nom d’influenceurs, ne vérifient jamais rien, comptant sur notre seule passivité. On constate alors que les bonobos et colibris nous surpassent côté cellules grises.

Je me contenterai, comme depuis pas mal de temps, de l’actualité courante ; laquelle contient suffisamment de quoi se lamenter, geindre ou s’esclaffer.

Fé roulé Férrère !