Revenir à la rubrique : Faits divers

Un marin philippin secouru après une chute de 7 mètres

Au moment de l’alerte, le navire se situait à 500 milles marins de La Réunion et 200 milles marins de Madagascar, indique la préfecture. Le lundi 31 décembre 2018 à 06h20 (heure locale à La Réunion), le vraquier « KM OSAKA » (pavillon Panama – longueur 291 mètres) alerte le centre régional opérationnel de surveillance et de […]

Ecrit par N.P – le mercredi 02 janvier 2019 à 18H40

Au moment de l’alerte, le navire se situait à 500 milles marins de La Réunion et 200 milles marins de Madagascar, indique la préfecture. Le lundi 31 décembre 2018 à 06h20 (heure locale à La Réunion), le vraquier « KM OSAKA » (pavillon Panama – longueur 291 mètres) alerte le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de La Réunion de la présence à bord d’un blessé.

Il s’agit du troisième officier, de nationalité philippine, victime d’une chute de 7 mètres après une manœuvre incontrôlée du Freefall (embarcation de sauvetage à chute libre). 

Le Commandant du navire a sollicité les services de santé français pour sa prise en charge médicale, après avoir consulté le service de télémédecine philippin.

Le CROSS a alors pris contact avec le centre de consultation médicale maritime (CCMM) situé à Toulouse (Hôpital Purpan) pour une analyse plus précise de la situation du blessé. Le marin, âgé de 39 ans, est polytraumatisé. La situation est jugée très sérieuse et il est envisagé une évacuation vers un centre de soins adapté.

Le marin a été évacué par voie aérienne vers La Réunion, destination retenue après concertation entre le CCMM et le SAMU de coordination médicale maritime (SCMM) de La Réunion. L’hélicoptère de la marine nationale de type Panther et une équipe de deux médecins militaires ont été mobilisés pour assister le blessé avant évacuation.

Le mardi 1er janvier 2019, après plus de 40 heures de transit après l’alerte donnée, le KM OSAKA se présente aux abords de La Réunion, à 41 nautiques. A 23h45, l’hélicoptère effectue le transfert de l’équipe médicale à bord. Après examen médical, conditionnement et brancardage, le blessé est embarqué à bord du Panther à 01h45, accompagné de l’équipe médicale, pour un transfert au Centre hospitalier universitaire Felix Guyon à Saint-Denis.

« Cette opération illustre une nouvelle fois l’efficacité et le professionnalisme des acteurs français de l’aide médicale en mer et la confiance des armateurs dans la qualité de service des centres hospitaliers français pour la prise en charge de leur marin professionnel blessé ou malade », conclut la préfecture.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Accusé du viol d’une mineure de 14 ans, l’accusé arguant s’être « laissé tenter » reste en détention

« Un viol barbare » a décrit le parquet général ce mardi matin dans le cadre d’un appel sur un placement en détention provisoire interjeté par un père de famille de cinq enfants accusé d’avoir abusé sexuellement d’une adolescente de 14 ans dont il était proche. L’intéressé s’en défend et invoque une relation consentie. Mais c’est méconnaître la loi de 2021 sur le consentement sexuel des mineurs de moins de 15 ans.

Des escrocs se font passer pour Big Morel

Pour fêter les 10.000 abonnés sur sa page Facebook officielle, le combattant réunionnais a lancé un concours afin de gagner une de ses paires de gants. Des esprits malveillants profitent de l’occasion pour tenter d’arnaquer des internautes qui pourraient se laisser piéger par la ressemblance.

Clip tourné à Fayard : Le rappeur Bofré invoque la drill plutôt qu’une incitation à la haine et finit en prison

Le 18 janvier dernier à Saint André, des habitants caillassaient des policiers intervenant sur des violences conjugales. Le lendemain, le rappeur Bofré publiait un clip vu comme un appel à la haine envers les autorités, entraînant son arrestation. Il a été condamné ce lundi à deux ans de prison, dont un avec sursis, et maintien en détention. Il est interdit de retour à Saint André après sa libération.

Domenjod : Un agent pénitentiaire frappé par un détenu

Un agent a été frappé par un détenu ce lundi matin au centre pénitentiaire de Domenjod. L’UFAP UNSA Justice tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme concernant les difficiles conditions de travail du personnel, liées au manque de personnel et à la surpopulation carcérale.