Revenir à la rubrique : Faits divers

Un couple de proxénètes sévèrement condamné pour de multiples passes aux quatre coins de l’île

Les deux prévenus à la tête d'un réseau de femmes dont ils monnayaient les charmes via des annonces sur les réseaux sociaux avaient souhaité un délai avant d'être jugés. Ces parents de quatre enfants âgés de 6 à 10 ans et dont les principaux revenus dépendaient des prestations sociales ont été envoyés derrière les barreaux pour plusieurs années. La décision du tribunal est contestée en appel.

Ecrit par Isabelle Serre – le lundi 04 décembre 2023 à 14H58

Allan Rougemont et sa compagne Rachel étaient convoqués devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis ce vendredi 1er décembre dans le cadre de la procédure accélérée qui avait été renvoyée, le temps que le couple prépare sa défense. Si lors de l’audience de renvoi de l’affaire le père de famille né en 1993 avait indiqué reconnaître les faits en dédouanant son épouse d’un an sa cadette, il s’est ravisé et a réfuté ce qui lui a longuement été reproché à la barre du prétoire.

Le couple, parent de quatre enfants âgés de 6 à 10 ans, était poursuivi pour proxénétisme aggravé de février à octobre dernier. Il proposait les services de prostituées originaires de l’île sœur, une quinzaine, via les réseaux sociaux. Des annonces que les deux mis en cause publiaient de leur domicile. Les relations tarifées se déroulaient de Boucan Canot à Saint-Benoît en passant par le chef-lieu. Une des victimes qui s’est portée partie civile décrit un nombre de passes imposées par jour. Lors des surveillances effectuées par les enquêteurs, 121 clients ont été dénombrés entre le 5 octobre et le 1er novembre 2023. Certains jours, sept femmes pouvaient répondre à la demande en même temps. Les filles étaient recrutées par Allan Rougemont qui réglaient les frais de voyage et louait des appartements destinés aux passes. Il récupérait ensuite l’argent gagné.

Une dizaine de bordereaux de remise d’espèces, des cartes de téléphone prépayées ainsi que 20.000 euros en liquide ont été retrouvés chez les intéressés qui déclarent un bénéfice net de 30.000 euros sur l’année. Une de leurs travailleuses présumées aurait annoncé avoir rapporté à ses « patrons » la somme de 1.200 euros en quatre jours de travail. « Une exploitation humaine », a dénoncé le parquet de Saint-Denis requérant de lourdes peines contre le couple qui vit exclusivement des aides de la Caisse d’allocations familiales à hauteur de 1600 euros par mois, selon leurs dires.

Les arguments d’Allan Rougemont se sont avérés parfois croustillants. Le trentenaire a expliqué garder des milliers d’euros en espèces sous son matelas provenant d’une indemnisation attribuée à son père dans le cadre de l’affaire du sang contaminé. Quant à sa compagne qui n’a cessé de pleurer face au tribunal, cette dernière a reconnu avoir publié des annonces et commandé quelques billets d’avion sous la menace de son conjoint qui, par ailleurs, lui aurait fait subir des violences conjugales.

Le mari et la femme ont respectivement écopé de 6 et 3 ans de prison ferme ainsi que d’une amende de 25.000 euros. Tous deux ont été reconduits à la prison de Domenjod. L’avocat d’Allan Rougemont, Me Jean-Christophe Molière, dénonce « des investigations partielles et les carences de l’enquête ». Selon nos informations, le conseil a interjeté appel.

Thèmes : Proxénétisme
S’abonner
Notification pour
9 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
électrice
2 mois il y a

j’espère qu’ils ont été déchus de leur autorité parentale…

Jose
2 mois il y a

Bel exemple pour les 4 enfants, en plus ces affreux vivaient des subsides sociaux. Qu’ils n’aient plus droit à aucune aide, et que les enfants soient placés chez des gens aimants, et respectueux.

Zorro
2 mois il y a

Les femmes, qui c’est bien connu supportent mieux la prison que les hommes, sont systématiquement moins condamnés que ceux-ci pour des faits identiques.
Vous trouvez ça normal?

Erik
2 mois il y a

« Mon pei bato fou ousa banna iral a nou. » Ziskakan

Marie
2 mois il y a

aucune pitié pour ces esclavagistes

Lui
Répondre à  Marie
2 mois il y a

Celui qui n’a pas fauté me jette la première pierre !!

Chacun aura a répondre de ces actes.

Aucune pitié !!

Cette phrase vous vaudras bien de problème d’ordre spirituel !!

Arrêter de réagir de la sorte !!

Les gens doit tomber d’humilité devant ces choses !!

Les sois disant coupable ne le sont pas !!

Car nul ne sais pas ce qu’il fait réellement !!

Mais sa vous dépasse mes propos,et pourtant c’est la vérité !!

Dans la tête de chacun néna une chose pas bien un parasite qui contrôle de la tête jusqu’au pied,en passant par sentiments et sensations !!

Il faut apprendre !!

Lulu
2 mois il y a

zut ils n’auront pas le temps de profiter du nouveau parc qu’Erika aménage pour ce genre d’action…..!

Caro
2 mois il y a

Le plus triste dans cette affaire, c’est le sort des 4 enfants qui se trouvent privés de leurs parents…

Miss la fé
2 mois il y a

Vous dites « sévèrement condamné, » c’est très relatif, en quoi c’est sévère.

Dans la même rubrique

William porté disparu depuis le 25 novembre

William Mardémoutou a été vu pour la dernière fois le 25 novembre dernier à Saint-Benoît. Il est âgé de 45 ans, il mesure entre 1,70 et 1,75m, il est de type Indopakistanais, de corpulence normale et a les cheveux courts, noirs et épais. Si vous disposez d’informations, appelez la gendarmerie de Saint-Benoît au 0262 50 33 82 ou en dehors des heures ouvrables, composez le 17.

Trafic de cocaïne Dubaï-Réunion et blanchiment : La tête de réseau présumée et sa compagne influenceuse confrontés

Il y a un an, Karim B., soupçonné d’être à la tête d’un réseau de trafic de cocaïne et de blanchiment d’argent en lien avec ce trafic, était placé en détention provisoire. Sa compagne, influenceuse et chroniqueuse TV, était également inquiétée, soupçonnée d’avoir été complice en tant que prête-nom d’une société d’import-export de véhicule qui aurait permis d’écouler une partie des sommes provenant du trafic. Tous deux vont se retrouver ce mardi après-midi dans le cabinet du juge d’instruction qui devrait confronter leurs déclarations.

Saint-Joseph : À 71 ans, elle va en prison pour violences conjugales

Une Saint-Joséphoise était jugée hier par le tribunal de Saint-Pierre pour des violences sur son conjoint en récidive. La septuagénaire souffre de problèmes psychiatriques qui lui causent une jalousie obsessionnelle avec une dangerosité avérée. Elle a été condamnée à sept mois de prison ferme.

Le Tampon : Elle le quitte, donc il tue ses poules

Un Tamponnais va passer 11 mois derrière les barreaux pour avoir commis en récidive des violences conjugales. Après avoir craché sur son ex qui tenait leur bébé dans les bras, il est allé tuer ses poules, car il affirme ne pas avoir eu d’autres solutions.

St-Louis : Une gentille voisine jugée pour abus de faiblesse

Entre avril 2017 et septembre 2019, Marie-Fabienne R. est soupçonnée d’avoir abusé de la vulnérabilité d’un homme handicapé dont elle s’occupait. Ce dernier souffre d’un handicap visuel et a rencontré la prévenue, jugée ce jeudi devant la cour d’appel, par l’intermédiaire de voisins.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial