Revenir à la rubrique : Faits divers

Un avocat dionysien jugé ce vendredi pour agression sexuelle sur sa belle-fille mineure

À la barre du tribunal correctionnel de Saint-Denis ce vendredi, une robe noire du chef-lieu spécialisée dans les affaires administratives. Il lui est reproché des attouchements incestueux sur la fille de sa compagne âgée de 8 ans au moment des faits présumés.

Ecrit par 2181159 – le jeudi 07 avril 2022 à 08H38

Un avocat inscrit au barreau de St-Denis depuis 1977 sera à la barre du tribunal correctionnel de Champ-Fleuri ce vendredi matin. Il est poursuivi pour avoir agressé sexuellement pendant plus de quatre ans la fille de sa compagne de l’époque. La fillette avait 8 ans lorsque les faits présumés ont commencé, en 1995.

Cette année-là, le mis en cause venait de se mettre en couple avec la mère de la victime. Les premiers gestes incestueux se seraient produits à la faveur d’un massage. Les attouchements s’étaient répétés régulièrement sur le tapis du salon ou dans la piscine du domicile familial. La fillette était également prise en photo de façon suggestive. Par peur des représailles, elle ne s’était jamais confiée à sa mère.

Âgée de 24 ans en 2011, elle avait franchi le pas et dénoncé les faits. Elle avait également écrit à son agresseur pour lui exprimer sa douleur et aurait obtenu une réponse. Le couple se serait séparé suite à ses révélations.

Au cours de l’information judiciaire ouverte en 2018, le mis en cause a toujours nié les faits comme lors des confrontations avec son accusatrice. Pour la robe noire, il s’agirait d’une vengeance par jalousie orchestrée par son ancienne compagne. Mais la juge d’instruction en charge de ce dossier n’a pas tiré les mêmes conclusions des investigations qu’elle a menées, et estimé que les déclarations de la victime et la description des faits auprès de ses proches pendant de nombreuses années étaient crédibles.

Le prévenu encourt 10 ans de prison pour les faits reprochés. « Je ne me mêle pas des affaires concernant mes confrères mais dans ce contexte, la qualité professionnelle disparait de mon champ de vision et je ne vois que l’intérêt de la victime. Certaines professions comme celle d’avocat devraient constituer une circonstance aggravante dans des dossiers comme celui-ci », indique le bâtonnier Georges-André Hoarau qui soutiendra, ce vendredi, les intérêts de la partie civile.

Ce vendredi 8 avril, le mis en cause ne s’est pas présenté à la barre du tribunal, espérant le renvoi de son procès suite au choix tardif d’un nouvel avocat métropolitain pour assurer sa défense. Me Yassine Bouzrou n’ayant pas pu se déplacer, l’audience a été renvoyée au 28 octobre prochain.
 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

St-Denis : Les parents dépassés frappent leur garçon avec le tuyau d’arrosage

Le père et la mère minimisent les coups portés régulièrement à leur marmaille de 12 ans avec une ceinture. Mais les constatations médicales sont sans appel. Un jour de février 2020, ils se sont, chacun à leur tour, particulièrement acharnés à cause d’un « trop-plein ». Si la famille semble désormais réunie, les prévenus ont tout de même été condamnés ce vendredi. Le père est derrière les verrous pour d’autres faits de violences.

Trafic de drogues de synthèse : Le psychonaute sévèrement condamné

Des substances psychédéliques par kilo importées par colis postal de Chine où elles sont fabriquées par des laboratoires ont inondé La Réunion. Ces cristaux qui imitent la cocaïne ou les amphétamines ne seraient pas de la drogue, selon un trentenaire rejugé à sa demande par la cour d’appel en novembre 2023. Celui-ci s’est réclamé de sa consommation personnelle et n’a pas manqué d’imagination pour justifier son train de vie. Mais il n’a pas convaincu la cour dont la décision tombe comme un couperet.