Revenir à la rubrique : Faits divers

Toulon : Le policier qui a frappé des manifestants avait déjà été sanctionné pour violences

La vidéo tourne en boucle sur les réseaux sociaux. On y voit un commandant de police frapper plusieurs manifestants lors des manifestations de samedi à Toulon. Dans une première séquence, il frappe un manifestant qui était dos au mur de plusieurs coups de poing au visage. Il a fallu que ses collègues interviennent pour le […]

Ecrit par zinfos974 – le dimanche 06 janvier 2019 à 23H40

La vidéo tourne en boucle sur les réseaux sociaux. On y voit un commandant de police frapper plusieurs manifestants lors des manifestations de samedi à Toulon. Dans une première séquence, il frappe un manifestant qui était dos au mur de plusieurs coups de poing au visage. Il a fallu que ses collègues interviennent pour le faire arrêter.
  Dans un premier temps, le procureur de la République a estimé que l’homme frappé, et qui ne portait pas de gilet jaune, était porteur d’un tesson de bouteille et que le policier « a voulu le neutraliser« .

« Nous avons pu établir que cet homme faisait partie d’un groupe d’une cinquantaine de casseurs qui avaient dégradé des voitures dans les minutes avant la vidéo« , a affirmé le procureur.

L’homme est connu de la justice depuis une dizaine d’années selon le procureur, notamment pour des faits d’outrage et de viol. Il a été arrêté, placé en garde à vue, et comparaîtra lundi à Toulon.

Dans une interview à Nice Matin, le policier explique avoir d’abord envoyé un coup sur la main de l’homme, « pour lui faire lâcher le tesson« . Puis, « je lui donne deux autres coups, car je ne sais pas s’il a lâché le tesson ».  

Sur les images des différentes vidéos disponibles, ce tesson de bouteille n’apparaît pas mais, selon Le Parisien, le fonctionnaire disposerait d’attestations d’autres collègues décrivant la même arme par destination.

Ces explications n’ont cependant pas paru suffisamment convaincantes pour le préfet du Var qui a décidé de saisir l’IGPN.
Un élément a dû l’inciter à le faire. Plusieurs médias révèlent en effet que ce commandant de police avait déjà été sanctionné par un avertissement il y a deux ans pour des faits de violences.

Selon Le Parisien, il aurait frappé d’une « manchette » un major de police dans les locaux de la sûreté départementale à Toulon.

Soutenu par son supérieur, qui est son ami, il avait écopé de la plus petite des sanctions : un avertissement. Pour sa défense, il avait évoqué un geste involontaire – son poing aurait frappé malencontreusement le visage de son collègue alors que le coup était destiné à une armoire.

Selon Le Parisien, le major, depuis parti à la retraite, avait eu l’arcade sourcilière et le nez fracturés.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Viol d’une prostituée sur la voie publique : L’auteur présumé ne voulait pas payer

Gabriel*, mis en examen le 25 août 2022 pour un viol commis la veille sur une prostituée rencontrée via les réseaux sociaux, a donné des explications variables sur le non paiement de ses services. Il a été décrit par des experts comme ayant des difficultés relationnelles mais sans dangerosité criminelle. Malgré sa demande de libération, la chambre de l’instruction a maintenu sa détention, suivant l’avis du parquet général qui craint qu’il exerce des pressions sur la victime.

Trafic de stupéfiants en bande organisée : 45 kilos de zamal péi retrouvés au domicile d’un cultivateur

Jean-Cédric L., 45 ans, a été arrêté pour avoir cultivé 45 kg de cannabis chez lui, impliqué dans un trafic entre l’Île Maurice et La Réunion. Après un an en détention provisoire, il a été placé sous contrôle judiciaire, mais reste sous les verrous après un appel du parquet. Le réseau d’envergure bien huilé révèle des envois fréquents et volumineux vers Maurice.

Soupçons d’emplois illégaux : Didier Robert, Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou se défendent à la barre

La deuxième journée du procès des emplois de cabinet de la Région a conforté la défense dans sa contestation de la partialité de l’enquête menée par l’OCLCIFF : les témoins auditionnés ont en effet tous confirmé l’effectivité des missions effectuées par les ex-conseillers techniques Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou, tandis que le troisième prévenu appelé à la barre, l’ancien président Didier Robert, a martelé sa légitimité, en tant que chef de l’administration, à choisir lui-même les personnes embauchées dans son cabinet. Enfin, le DGS d’alors Mohamed Ahmed, convoqué comme témoin, a souligné qu’un arrêté relatif à l’organisation administrative de la Région avait rattaché certains services au cabinet, sans que cela ne soit contesté ni par le contrôle de la légalité, ni par le tribunal administratif.

Rodéos urbains au Port : 10 motos saisies et détruites par la Police

Alors que depuis le début de l’année, une recrudescence des rodéos motorisés a été observée au Port avec pour conséquences deux accidents graves de la route, une opération menée par la Police ce jeudi a permis la saisie de 10 motos impliqués dans cette pratique illégale. Les deux-roues ont été détruits.