Revenir à la rubrique : Société

Sécurité routière : Drogue au volant, mort au tournant

Les effets négatifs de la consommation de cannabis sur la conduite d'un véhicule sont encore sous-estimés voire ignorés par les automobilistes. Ils peuvent être pourtant fatals : chaque année, 700 personnes sont tuées sur les routes françaises dans un accident impliquant un conducteur ayant consommé des drogues, soit 21 % de la mortalité routière.

Ecrit par La rédaction – le mercredi 06 septembre 2023 à 15H00

A La Réunion, depuis le début de l’année, 19 personnes ont trouvé la mort sur les routes du département. 11% de ces accidents mortels sont à mettre sur le compte d’une consommation de stupéfiants. L’alcool est toujours le facteur le plus meurtrier avec 56% des tués sur la route à cause de leur alcoolémie. Le nombre de personnes décédées sur la route a cependant fortement baissé par rapport à 2022 (34), soit 44% de moins. A titre d’exemple, le mois d’août a été plutôt calme avec un seul décès contre 8 l’an dernier à la même période, indique l’Observatoire départemental de sécurité routière de La Réunion (ODSR).

La consommation de stupéfiants au volant est le facteur qui entraine le plus de retraits de permis avec une moyenne de 200 retraits par mois depuis le début de 2023. Faut-il encore le rappeler, la combinaison drogue et conduite est un cocktail qui peut être fatal du fait de l’augmentation du temps de réaction après avoir consommé. Chaque année, plus de 700 personnes sont tuées en France sur les routes dans un accident impliquant un conducteur ayant pris des drogues, soit 1 accident mortel de la route sur 5, assène l’ODSR Réunion.

Pour rappel :

  • Le cannabis entraîne une somnolence, ralentit la coordination des mouvements, allonge le temps de réaction et diminue les facultés visuelles et auditives
  • L’ecstasy masque la sensation de fatigue et altère les capacités mentales, donne l’impression trompeuse que l’on est maître de soi et de sa conduite, et favorise un comportement irrationnel au volant ;
  • La cocaïne suscite une conduite agressive et entraîne une baisse de l’attention ou de jugement qui peut aller jusqu’à la perte de contrôle du véhicule ;
  • Les opiacés (opium, morphine…) suscitent une baisse de l’attention, diminuent l’aptitude à la prise de décision rapide et réduisent la conscience du danger et des obstacles
  • Le LSD, les champignons Psilocybes, la mescaline, font partie des drogues hallucinogènes qui entraînent des troubles de la perception, des illusions délirantes, un sentiment de confusion ou d’angoisse pouvant aller jusqu’à la crise de panique.

La lutte contre ce fléau va s’intensifier dans l’île alors que les sanctions s’alourdissent et peuvent aller jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 4.500 euros d’amende (trois ans et 9.000 euros d’amende si conjugué avec une alcoolémie positive). Six points sont supprimés sur le permis de conduire, qui peut être retiré pour une durée pouvant atteindre trois ans, ou être annulé avec interdiction d’en solliciter un nouveau pendant trois ans. Comme pour tous les délits, les condamnations pour conduite après usage de drogues sont inscrites au casier judiciaire.

En cas d’accident après usage de drogues, le conducteur s’expose par ailleurs à des sanctions de son assureur : augmentation des cotisations, résiliation de son contrat, réduction ou annulation des indemnisations. La compagnie d’assurances indemnisera les victimes, mais pourra se retourner contre le conducteur fautif pour le remboursement des sommes versées (qui peuvent se compter en millions d’euros).

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] 8 000 euros offerts pour la restauration du Chemin de croix de la Chapelle Pointue

Samedi 18 mai, dans le cadre de la Nuit des musées, Allianz France a remis à Béatrice Sigismeau, vice-Présidente du Conseil départemental, qui représentait le Président Cyrille Melchior, un don de 8 000 € pour la restauration du chemin de croix de la Chapelle Pointue, au Musée de Villèle. Une cérémonie à laquelle participait également la Conseillère départementale Eglantine Victorine.

Coup d’envoi de la Marche des visibilités ce dimanche

La Marche des visibilités va s’élancer du Jardin de l’Etat, à Saint-Denis, ce dimanche après-midi à 14h. Cette quatrième édition se terminera sur le Barachois avec des prises de parole et performances artistiques. Le Mois des visibilités doit, lui, s’achever le 25 juin prochain.

Le prix des oignons péi flambe sur les marchés

Depuis le mois dernier et l’interdiction par l’Inde de toute exportation de sa production d’oignons, les familles réunionnaises versent une larme à chaque fois qu’elles doivent s’approvisionner. Un lecteur de Zinfos974 nous a ainsi fait parvenir une photo prise samedi sur le marché de Saint-Pierre, où le prix de l’oignon péi, certes bien meilleur que son cousin indien, se négocie à 18 euros le kilo !

« L’histoire de la Buse est assez emblématique de la carrière d’un pirate de l’époque »

Si le mythe réunionnais du trésor de la Buse se nourrit depuis plusieurs décennies des nombreuses annonces, jamais confirmées, de découverte d’une potentielle cache secrète, Charles-Mézence Briseul estime qu’il faut rompre avec la coutume de la chasse au trésor et privilégier une archéologie de la piraterie. L’auteur de « La Buse, la biographie du plus grand pirate français » souligne par ailleurs que les rares éléments tangibles disponibles témoignent des difficultés financières du marin calaisien après le célèbre pillage de la Vierge du Cap.