Revenir à la rubrique : Faits divers

Sans assurance, sans permis et sans rainures, un automobiliste placé en garde à vue

La policiers de la circonscription de Saint-Denis ont effectué une opération de contrôle de sécurité routière. Comme indiqué sur la page Facebook de la Police Nationale de la Réunion, un conducteur a fini en garde à vue pour un cumul d'infractions :

Ecrit par 1167938 – le mercredi 19 janvier 2022 à 10H25

À Saint Denis, le conducteur d’une RENAULT Clio a cumulé les infractions. 

Circulant avec un véhicule doté d’un pneu lisse, il s’avérait conduire sans assurance et en défaut de permis. Le défaut de contrôle technique relevé également pouvait sembler anecdotique. L’automobiliste s’avérait faire l’objet d’une fiche de recherche au regard d’un précédent jugement l’ayant condamné à six mois de prison suite à une conduite malgré l’annulation judiciaire de son permis de conduire.

Le conducteur a été placé en garde à vue. Le véhicule qui ne lui appartenait pas était immobilisé et placé en fourrière aux frais du propriétaire.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Soupçons d’emplois illégaux au cabinet de la Région : La stratégie d’enquête décriée par la défense

En début d’audience pour ce premier jour de procès, les 11 prévenus de la Région Réunion, dirigée par Didier Robert de 2010 à 2021, ont nié toute faute malgré les poursuites pour détournement de fonds, prise illégale d’intérêts et de recel après un contrôle de la Chambre régionale des comptes. L’enquête préliminaire a révélé des emplois potentiellement fictifs, des recrutements discrétionnaires et des rémunérations excessives. Les avocats de la défense contestent la procédure, arguant notamment de partialité et d’imprécision des motifs de poursuite.