Revenir à la rubrique : Société

Saint-Denis est propre…

L’opération "coup de poing propreté" lancée par la municipalité de Saint-Denis touche à sa fin et c’est un bilan plutôt positif qui en ressort. Dératisation, enlèvement des dépôts sauvages d’encombrants, ramassage des batteries et des épaves de voitures, le chef-lieu est passé au peigne fin.

Ecrit par Melanie Roddier – le mardi 26 mai 2009 à 16H53

Ville de Saint-Denis et Cinor, main dans la main, pour nettoyer le territoire…Des équipes ont sillonné les rues pendant une semaine en quête du moindre déchet, à commencer par le quartier de Petite Ile.
« Nous présentons ce bilan dans le quartier de Petite Ile, là où la presse mettait en cause la propreté de la ville. Nous acceptons la critique et nous avons agi pour combler cette lacune« , explique Emmanuel Hoarau, conseiller municipal.

Le premier jour de l’opération à Petite-Ile, près de 4.000 tonnes de déchets en tous genres ont été enlevés par les agents municipaux. Mais la ville de Saint-Denis tient à rappeler combien cela est l’affaire de tous… Maximilien Assaby, élu de la ville chargé du bas de la Rivière et de Petite Ile, a souligné l’importance que chacun mette la main à la patte faisant référence notamment aux bailleurs sociaux. « Les bailleurs sociaux doivent prendre leurs responsabilités et sensibiliser leurs locataires pour ne pas entasser gravas et ordures au niveau des logements« .

Une brigade verte pour le dialogue social, contre le tout répressif

L’opération coup de poing est désormais achevée avec au total 78 épaves de voitures, 6.000 batteries et 900 tonnes d’encombrants qui ont été retirés. Mais la municipalité ne compte pas s’arrêter en si bon chemin… La brigade verte, composée de 11 agents, a pour mission de veiller à la propreté des quartiers. « Je suis contre le tout répressif, les agents seront là avant tout pour conseiller et rappeler à l’ordre, mais face aux récidivistes, nous devrons sévir« , a rappelé Nalini Veloupoulé-Merlo, chargée de la sécurité. Cela coûtera entre 38 et 1.500 euros d’amende, selon l’infraction constatée…

Les professionnels constatent que si la population est satisfaite de voir les dépôts sauvages et épaves de voitures enlevés, tous n’ont pas conscience de la nécessité de conserver les sites propres…

 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Errance animale : « Si on prend la peine d’avoir un chien et qu’on l’aime, on le laisse dans sa cour »

Ce mardi 23 juillet, la CASUD organisait une grande opération de prévention et de sensibilisation contre l’errance animale sur le parcours de santé de Bel-Air au Tampon. L’occasion de rappeler les bonnes pratiques pour ne pas attirer les chiens errants et éviter qu’ils se rassemblent en meute. L’intercommunalité du sud annonce renforcer la sensibilisation autour des chiens divagants et, le cas échéant, mettre en place des sanctions.

Clara répond de belle manière aux commentaires misogynes

La chanteuse Clara Roland a été la cible de très nombreux commentaires négatifs sur son choix vestimentaire lors d’une prestation musicale sur scène. Elle a pris la parole lundi et a rappelé l’importance de rester libre et de s’assumer face aux critiques qui seront toujours présentes.

Les cas de coqueluche augmentent en France, comment protéger les nourrissons ?

Face à la recrudescence de la coqueluche en France depuis le début de l’année 2024, la Haute Autorité de santé (HAS) a publié aujourd’hui de nouvelles recommandations vaccinales.
Cette infection respiratoire, hautement contagieuse, a causé la mort de 17 personnes depuis janvier, dont 12 nourrissons âgés d’un à deux mois, un enfant de quatre ans et trois adultes de plus de 85 ans.